Le succès à long terme avec des stratégies gagnantes  - inscription gratuite !

Les meilleures stratégies Avec des stratégies adaptées, le poker devient très facile. Nos experts vous montrent comment y parvenir pas-à-pas. 

Des experts de talent Progressez avec des joueurs professionnels accomplis grâce à nos coachings live et sur

notre forum.

Argent réel gratuit
PokerStrategy.com est totalement gratuit. Et nous vous offrons en plus de l'argent réel gratuit.

Vous êtes déjà membre de PokerStrategy.com ? Connexion

Stratégie Specials

Don't fold, just ask - NL : Jeu préflop, 4-bet

» Don't fold, just ask

 

Les responsables du Département Éducation de PokerStrategy, Onkel Hotte (Fixed Limit), Sammy (No-Limit, SNG), Wishmaster (Fixed Limit, Real-Life-Poker), reviennent en détail sur des questions posées par des membres de la communauté, que ce soit concernant des mains qu'ils ont jouées, ou bien des points plus théoriques.

 

Question de Ghostmaster / joosP

No-Limit

Deux simples questions:
1. Dans quelles circonstances feriez-vous un 4-bet light en réponse à un 3-bet light.
2. Quand et contre quels adversaires feriez-vous un 4-bet de bluff ?


Réponse de sammy

Cette question m'a été posée plusieurs fois et je voudrais dire pas mal de chose à ce propos. La question semble assez concise mais la réponse, ou du moins essayer d'en trouver une simple mais pertinente ne l'est pas du tout.

J'aimerais rendre cet article aussi lisible et compréhensible que possible sans qu'il soit trop long, je vais donc diviser la question en deux blocs et répondrai donc en deux parties.

Dans la première partie qui nous intéresse aujourd'hui, je vais essayer de démontrer pourquoi il peut être judicieux de confronter des light 3-bet à des 4 bets. Ensuite, j'essaierai de montrer quels paramètres doivent être intégrés dans la décision de savoir si il faut faire un 4 bet ou non.

La seconde partie sera à propos de la taille du 4-bet ainsi que des implications que cela aura sur le jeu. Cette partie sera forcement un peu plus mathématique ...

Demandons-nous d'abord pourquoi nous ferions un 4-bet pré-flop. Il existe deux raisons simples :


sammy
Jan Samuelsen alias Sammy est le chef du content No-Limit PokerStrategy.com. Joueur accompli, et lui même Black Member, il a pris sur lui d'enseigner aux générations montantes l'art de ce qu'il appelle le Big-Balls-Pokers.

Pour la value

Si nous sommes convaincu que nous avons la meilleure main et que nous avons un edge contre la range de push/call de notre adversaire, nous devrions 4-bet pour la value. Nous y pensons à chaque fois avec AA ou KK. Dans certains cas, AK et QQ tombent également dans cette catégorie. Notre range de 4-bet va varier en fonction de notre adversaire et de nos reads. Nous payerons toujours un 5-bet après avoir nous-mêmes fait un 4-bet pour value, parce que nous sommes convaincu d'avoir la meilleure main.

Pour le bluff

Un 4-bet en bluff est très utile pour punir les gens qui font un petit 3-bet car ils vont devoir passer beaucoup de mains avec lesquelles ils font ça. Cela nous permet d'accumuler pas mal d'argent pré-flop grâce à cette technique. De plus, nous devrions veiller à un équilibre entre nos 4-bet pour value et nos 4-bet en bluff, car il n'y a rien de pire que d'afficher clairement la force de notre main pour que l'adversaire n'ai plus qu'à s'ajuster.

Nous devons toujours avoir la possibilité de passer pré-flop si notre adversaire push, car nous ne voulons pas mettre notre tapis sur une situation marginale.

Vous devez équilibrer donc vos 4-bet pour value et ceux en bluff. Mais lorsque vous le faites, vous devez exactement savoir pourquoi vous le faites et comment vous allez réagir à un push.

Comme cela vient naturellement dans l'explication, je vais vous donner un petit indice sur le timing-tell d'un pré-flop 4-bet. Vous verrez souvent que certains adversaires feront un 4-bet très rapide. Vous pouvez dors et déjà savoir qu'il le fait pour la value. Cela prend du temps de préparer un 4-bet en bluff car il y a pas mal de paramètres à prendre en compte pour qu'il soit EV+.

Quand nous faisons un 4-bet pour la value, nous regardons notre main et savons instantanément que nous voulons faire un 4-bet avec AA. C'est pour quoi je vous conseillerais de prendre du temps lorsque vous voulez faire un 4-bet pour la value.

Lorsque vous voulez faire un 4-bet light (de bluff), vous devez analyser la situation rapidement et penser directement à vos différentes options.


Situation standard

Nous faisons un open raise et un joueur nous envoie plusieurs fois des 3-bet. Vu la fréquence de ses 3-bet, nous savons qu'il ne le fait pas qu'avec des premiums.

Option I (quitter la table)
Nous ne savons pas nous adapter avec l'agression permanente de ce joueur et devrions donc simplement changer de table.

C'est une solution dans l'absolu mais nous arriverons vite à un point où nous ne trouverons plus de table car les 3-bet light sont fait de plus en plus fréquemment depuis les limites moyennes et chaque bon joueur sait faire un 3-bet pré-flop.

Option II (Ne montrer aucune résistance)
Notre seconde option serait de passer nos mains non-prémium et de 4-bet nos prémium pour value. Nous ferons alors face à deux « petits » problèmes.

a) Si notre éventail d'open raise est trop large, nous devrons passer trop souvent et notre adversaire serait dans une situation EV+ grâce à ses 3-bets light (et nous serions donc dans une situation EV-). Il va nous prendre beaucoup d'argent de cette manière.

b) Nous n'avons pas équilibré nos 4-bet, permettant ainsi à notre adversaire de jouer de manière optimale après un 4-bet.


Option III (payer et jouer post-flop)
A l'inverse de fuir l'action, nous pourrions payer son 3-bet. En payant, nous espérons toucher un bon flop et faire un peu de profit grâce à notre jeu post-flop. En payant, nous montrons à notre adversaire qu'il devrait réduire sa range de 3-bet light parce que nous sommes capable de a) jouer un pot qui a été 3-bet contre lui et b) de jouer agressivement contre lui

Notre ajustement le plus profitable dans cette situation devrait nous mener automatiquement à faire des 4-bet light ou à payer le 3-bet.

Voici deux situations standards où nous sommes confrontés à un 3-bet light.

Exemple 1 :

Preflop: Hero is CO with X, X
UTG folds, MP3 folds, Hero raises to 3,5BB, BU raises to 12BB, 2 folds, Hero ???

Exemple 2 :

Preflop: Hero is BU with X , X
UTG folds, MP3 folds, CO folds, Hero raises to 3,5BB, SB folds, BB raises to 13BB, Hero ???

Qu'en est -il des paramètres qui déterminent si allons faire un 4-bet light ou non ?

La Position

La différence entre ces ceux exemples réside dans notre position relative. Dans le premier exemple, nous devrions jouer hors position post-flop alors que dans l'exemple 2 nous serons toujours en position. Si nous décidons de 4-bet, la position relative devient moins importante car le pot sera tellement gros que nous serons très souvent commited, ce qui nous laisse vraiment peu d'espace pour faire des moves.

Un call pré-flop dans l'exemple 2 serait d'ailleurs meilleur que dans l'exemple 1 car nous avons la position sur notre adversaire et la possibilité d'exploiter notre edge post-flop le mieux possible.

En dehors de notre position relative, notre position absolue joue aussi un rôle important. Notre range d'open raise augmente depuis UTG jusqu'au bouton. Ce qui suggère que nous avons plus souvent une prémium en début de parole avec lesquelles nous allons 4-bet. Nous devons donc également équilibrer notre range de 4-bet bluff par rapport à notre position.



La taille des tapis

Cette information manque à nos exemples, alors qu'elle est très importante. Voici ce que nous devons prendre en compte : plus le tapis est grand, plus la position relative est importante post-flop et plus les cotes implicites sont grandes si nous décidons de payer pré-flop. Si les tapis sont petits, nous serons commited à cause d'un 4-bet pré-flop et devrons payer un tapis avec un 4-bet bluff, ce qui n'est pas le but.

Prenant cela en considération, cela devient clair que la taille de nos mise par rapport aux tailles des tapis est très importante. Le concept de la taille de mise sera expliqué dans la seconde partie, ainsi vous pourrez faire les bons ajustements pour faire un 4-bet profitable.



Metagame/Gameflow
Un 3-bet light marche grâce à la fréquence à laquelle on le fera. Nous ne pouvons déguiser un 3-bet light que si nous ne le faisons pas souvent, ce qui en fait un facteur très important. La fréquence d'un 3-bet influence les paramètres suivant nommé metagame et gameflow. Nous devons toujours nous adapter à la situation et prendre la dynamique de la table en compte. Nous devons prendre notre propre image en compte et des éventuelles rivalitées entre les autres adversaires en compte également. Tout cela influence la range de nos adversaires et affecte leurs réactions face à nos 4-bet. Nous devons donc toujours penser à tout cela avant de faire un 4-bet, pour nous éviter ainsi des décisions difficiles.



L'adversaire

La personne qui fait le 3-bet light est bien évidemment très importante aussi. C'est un très grand avantage de connaître notre adversaire, pour pouvoir le mettre sur une range. En dehors de la range pré-flop, il y a deux autres choses importantes qu'il faut prendre en compte et qui varient d'adversaire en adversaire.

a) Ses capacités post-flop
Plus un adversaire est mauvais post-flop, plus nous devrions payer pré-flop car nous pourrons alors exploiter notre avantage.

b) La stratégie de notre adversaire
Si nous savons que notre adversaire passe en « push/fold » après un 4-bet de notre part, nous avons un énorme avantage pour décider si oui ou non il faut faire un 4-bet. Si notre adversaire paye uniquement les 4-bet et se commit lui-même post-flop, la décision devient plus difficile.

Si nous savons qu'il ne payera qu'avec les nuts absolue (AA, et de temps en temps KK), nous pourrons prendre de meilleures décisions post-flop, parce que nous n'aurons alors besoin d'aucune fold equity. Nous éviterons d'ailleurs de risquer notre tapis dans un bluff pré-flop.

Notre main


Voici un facteur qui semble très important, mais qui ne l'est qu'à une certaine limite. Avec quelles mains voudrions-nous faire un 4-bet en bluff ? Notre 4-bet pour value peut être facilement estimé en observant la dynamique de la table et notre adversaire. Nous devons considérer un énorme facteur lorsque nous voulons faire un bluff. Nous voulons être capable de passer sans problème si notre adversaire push derrière nous. Donc des mains telles que TT, AJ ou KQ ne sont pas bonnes pour bluffer. Nous aurons fréquemment une décision borderline pour payer car l'equity est acceptable contre une range normale de push avec 100bb.

Alors, il n'y a pas de différence entre un 4-bet avec JT ou A3, parce que nous les passerons de toute façon suite à un push ? Il y a bien une différence. Selon le théorème de Bayes, il est moins probable de trouver AA chez notre adversaire si nous avant A3 que si nous avons JT. Comme nous voulons garder la range de push de notre adversaire la plus petite possible lorsque nous bluffons en 4-bet, c'est mieux d'avoir Ax ou Kx en main car cela réduit la probabilité que notre adversaire ait AA, KK ou AK.

Il existe des paramètres fondamentaux que nous devons prendre en compte lorsque nous pensons à faire un 4-bet light. Cependant, avant que je finisse cette partie, j'aimerais vous montrer deux situations dans lesquelles nous devrions penser à faire un 4-bet light. Ces deux situations ne sont pas communes mais peuvent arriver souvent.



Exemple 3 (4-Betting de Squeeze):

Preflop: Hero is BB with X , X
UTG folds, MP3 folds, CO folds, BU raises to 3,5BB, SB raises to 12BB, Hero ???

Exemple 4 (4-Betting de Resqueeze)

Preflop: Hero is BU with X , X
UTG folds, MP3 folds, CO folds, Hero raises to 3,5BB, SB calls, BB raises to 15BB, Hero ???

Nous pouvons faire un 4-bet light dans les deux exemples. Nous pouvons 4-bet quelqu'un qui 3-bet light dans la première main, même si nous ne sommes pas l'open raiser. Nous devons savoir s'il existe une quelconque rivalité entre l'open raiser et la personne qui 3-bet pour comprendre et prendre le maximum de cette situation.

Dans la deuxième main, nous faisons un 4-bet contre un squeezer. Pour ce move, nous devons savoir si notre adversaire est capable de faire un squeeze. Si nous avons noté que le BB est un grand squeezer, nous pouvons utiliser cette situation pour faire un 4-bet profitable.

Vous remarquez que la dynamique de la table et vos reads sur vos adversaires deviennent important. La taille effective des tapis devient aussi très importante (vous devez prendre en compte les tapis de vos deux adversaires !) car une mise qui commit un autre joueur peu facilement arriver contre des petits stack. Et nous ne voulons pas ça.

C'est la fin de la première partie. Dans la seconde partie nous regarderons la taille des mises plus attentivement et j'essaierai d'expliquer tout ça avec des exemples et des calculs. Vous pouvez vous attendre à (j'espère) des informations très intéressantes.

Sammy

 

Ce n'est qu'une partie de l'article...

Avec une inscription gratuite à PokerStrategy.com, vous recevez de l'argent de poker gratuit pour jouer au poker et vous accédez à des centaines d'articles de stratégie comme ceux là - ainsi qu'à des vidéos de poker, des sessions de coaching en live et des forums de stratégie. Inscrivez-vous dès maintenant gratuitement et commencez à jouer pour bénéficier de toutes nos offres !

S'inscrire