Le succès à long terme avec des stratégies gagnantes  - inscription gratuite !

Les meilleures stratégies Avec des stratégies adaptées, le poker devient très facile. Nos experts vous montrent comment y parvenir pas-à-pas. 

Des experts de talent Progressez avec des joueurs professionnels accomplis grâce à nos coachings live et sur

notre forum.

Argent réel gratuit
PokerStrategy.com est totalement gratuit. Et nous vous offrons en plus de l'argent réel gratuit.

Vous êtes déjà membre de PokerStrategy.com ? Connexion

Stratégie Sit and Goes

L'intérêt des continuation bets en SNG

contibet SNG
» SUPPLÉMENT

L'intérêt des contibets en SNG

par Yoda

Dans le supplément d'aujourd'hui, je propose de se pencher sur le concept de contibets dans une situation de tournoi.

En consultant l'article de stratégie Big Stack "continuation bet" disponible à partir du rang Argent, on peut lire :

"Lorsqu'on n'a pas de paire dans sa main de départ, alors on ne touche le flop que dans un bon tiers des cas [...]. Dans la plupart des situations où on a été l'agresseur préflop, on n'a pas de main justifiant de continuer à jouer.

Mais, d'un autre côté, il en va de même pour les adversaires, dans la plupart des cas. [...] Dans cette situation, c'est bien souvent le premier à bluffer qui remporte le pot, et c'est là que l'agresseur préflop a un avantage considérable : il a déjà annoncé une main forte avant le flop."

ADAPTATIONS LORS D'UN SNG

Le principe de base évoqué vaut également pour les situations de tournoi, mais il faut alors prendre l'ICM en compte. En SNG, un jeton gagné a une valeur absolue nettement inférieure à un jeton perdu, contrairement au cashgame, où les jetons gagnés et perdus ont la même valeur !

En réfléchissant à ce fait, on remarque qu'à chance de succès et taille de contibet égales, on gagne moins d'argent, et donc, qu'un contibet tout juste correct en cashgame peut devenir déficitaire en tournoi.

On peut donc en conclure que, contrairement au cashgame, où le standard est de miser le pot, en SNG, il est recommandé de choisir une taille de mise un peu inférieure (1/2 - 2/3).

De plus, en SNG, on devrait moins souvent recourir aux barrels multiples - car on ne peut pas recaver, et chaque jeton perdu nous rapproche de la sortie.

Dans ce qui suit, j'ai réuni quelques facteurs que vous devriez prendre en compte lorsque vous vous posez la question "contibet - oui ou non ?".

Dans l'ensemble, on veut réussir à

  • pousser de meilleures mains à se coucher et/ou
  • de moins bonnes mains à suivre et/ou
  • protéger nos mains contre les tirages.
FACTEURS FAVORABLES ET DÉFAVORABLES AU CONTINUATION BET
POUR :
  • Bon flop. La texture du tableau laisse penser que notre adversaire aura souvent manqué le tableau (par exemple, un tableau Q 2 7), peu ou pas de tirages ne sont possibles.

  • Nous voulons être commited. Nous avons une overpair ou un tirage très fort, qui perdra beaucoup d'equity si une blank tombe sur le turn, et qui, si il touche sur le turn, sera rarement payé (A K sur un flop 9 8 2. Nous voulons donc être commited (le contibet est alors également un valuebet).

  • Villain est nitty regular. Notre adversaire est un regular qui aura souvent suivi pour la set value et ne suivra que si il a touché son set. Ici, il faut faire attention à ne pas accorder trop de crédit à Villain, car il existe également des regular qui réfléchissent de temps en temps, et se rendent compte qu'ils peuvent souvent relancer, si vous les mettez systématiquement sur un set à chaque relance. Il convient donc de réagir si c'est le cas.

  • Nombre d'adversaires. Le pot est heads-up, et il est donc nettement plus probable que nous ne soyons pas le seul à ne rien avoir touché.

  • La taille du buy-in  peut plaider en faveur d'un contibet : admettons que nous avons AK sur un tableau 233 dans un SNG à 109 $ contre un reg solide. Ici, il fera souvent un call unique avec une pocket qu'il a joué pour la set value. Cela signifie que nous devrons soit faire un second barrel, soit renoncer à notre contibet. En SNG, les barrels multiples sont souvent une mauvaise idée, car nous souhaitons conserver nos jetons. Si l'adversaire était un fish à 40 % de VPIP, alors AK high serait loin devant son éventail, de sorte que renoncer à un contibet serait jeter de l'argent par les fenêtres.

  • Nous avons la position. Il existe bon nombre de joueurs, surtout aux petites limites, qui n'ont pas compris le concept de check/raise, et font donc quasiment systématiquement un donk en cas de hit. Contre ces joueurs, un contibet est donc particulièrement justifié, car nous avons déjà des informations sur la force de sa main.

CONTRE :
  • Notre image. Si nous avons déjà fait beaucoup de continuation bets, et avons dû abandonner ensuite, alors nos adversaires nous perçoivent comme étant weak, et nous ne devrions donc plus faire de continuation bet de bluff.

  • Way ahead, way behind Nous nous trouvons dans une situation WA/WB (voir l'article sur ce sujet, en particulier l'exemple 2), le check nous offre bon nombre d'avantages.

  • Valeur d'une carte gratuite. Notre main n'est pas très forte, mais une carte gratuite pourrait bien s'avérer précieuse (A K sur un flop Q T 5) - il convient alors d'opter pour un check behind, surtout en position.

  • Tailles de tapis défavorables. Vue la taille de tapis de Villain, ou la nôtre, un contibet nous rendrait commited face à un shove. Un check behind est alors presque toujours la meilleure option.

  • Mauvais flop. La texture du flop nous permet de supposer que notre adversaire aura souvent touché. De plus, un check behind pourrait nous faire toucher une de ses overcards que l'on domine. Un exemple de mauvais flop : 9 8 7.

  • Balancing. Notre adversaire est un regular, la main est à nouveau A K sur Q T 5, nous faisons un check behind. Il misera alors souvent sur le turn. C'est pourquoi il est important d'également faire un check behind de temps en temps avec JJ ou QQ sur ce flop, afin de ne pas être trop lisible. Cela ne devrait pas devenir votre ligne standard, mais il est important de brouiller un peu les pistes.

EXEMPLES

Le premier exemple est tiré d'un VIP Pass Tourney. Villain est tout sauf un shark.

Party Poker No-Limit Hold'em Tourney, Big Blind is t30000 (9 handed)
BB (t1188999)
Hero (t491226)
UTG+1 (t254400)
MP1 (t418145)
MP2 (t621966)
MP3 (t345354)
CO (t495848)
Button (t160997)
SB (t217550)

Preflop: Hero is UTG with A, K.
Hero raises to t75000, 7 folds, BB calls t45000.

Flop: (t160000) Q, 2, J (2 players)
BB checks, Hero checks.

Turn: (t160000) 8 (2 players)
BB checks, Hero checks.

River: (t160000) T (2 players)
BB checks, Hero bets t122999, BB calls t122999.

Nous avons AK et relançons préflop à 2.5 BB. Le flop est très propice aux tirages, chaque a un tirage couleur, T9 a un OESD, et Villain a bon nombre de Q ou J dans son éventail. C'est pourquoi nous optons pour un check behind flop.

Sur le turn, nous avons droit à une nouvelle carte gratuite. Villain ne couchera plus grand chose après notre jeu sur le flop (avec une pocket underpair, il trouvera sans doute encore un call) si nous décidons de miser.

Sur la river, nous touchons un de nos trois outs cleans, puisque Villain n'aura sans doute pas de couleur après sa ligne. Nous misons donc beaucoup (nous pouvons faire un gros value bet, car Villain suivra souvent si il a quoi que ce soit, sans prendre en compte la taille de la mise, puisque nous semblons vouloir acheter le pot) et Villain nous suit.

Hero shows [ Ah, Kd ]a straight Ten to Ace.
Villain doesn't show [ Qh, 9c ]a straight Eight to Queen.

Notre plan a fonctionné.

Main 2, tirée du forum :

No-Limit Hold'em Tournament ($55), Blinds 20/40 (10 handed)
MP3: 1,980
Hero: 2,000
MP1: 2,000
UTG: 2,000
UTG+2: 2,000
UTG+1: 2,000
SB: 2,000
CO: 2,620
BU: 1,840
BB: 1,560

Preflop: Hero is MP2 with K, K
4 folds, Hero raises to 120, 3 folds, SB calls $100,00, BB calls $80,00.

Flop: (360) 8, A, 7 (3 players)
SB checks, BB checks, Hero checks.

Turn: (360) 4 (3 players)
SB checks, BB checks, Hero bets 180, SB raises to 360, 2 folds.

Final Pot: 900

Ici, il y a certes des tirages sur le flop (T9 et 56 ont un tirage quinte bilatéral) mais nous optons tout de même pour un check behind face à deux adversaires.

Sur le turn, Hero mise, ce que je ne trouve pas particulièrement bon, pour deux raisons : d'une part, notre main ressemble exactement à ce qu'elle est : une main avec laquelle nous optons pour un value bet thin, mais ne pourrons suivre une relance. De plus, un check behind amènera souvent nos adversaires à faire des bluffs river, avec des mains comme QJ. Si nous prenons le check behind, c'est avec l'intention de suivre sur la river.

» EN RÉSUMÉ

A chacune de nos prises de décisions concernant les continuation bets, nous devrions passer en revue les points évoqués, et peser le pour et le contre de chacun. J'ai déjà souvent entendu que certains regulars renoncent complètement aux contibets, car ils les considèrent comme non profitables. Il s'agit là d'un leak qui affaiblit votre ROI. Il convient juste de savoir choisir les bons spots, auquel cas le contibet est une arme qui ne devrait pas faire défaut à votre arsenal de grinder SNG.

 

Commentaires (2)

#1 Apsara, 15/04/10 16h54

Merci, tres bon petit rappel ;)

#2 dienvost, 07/11/14 21h02

Excellent approfondissement !