Le succès à long terme avec des stratégies gagnantes  - inscription gratuite !

Les meilleures stratégies Avec des stratégies adaptées, le poker devient très facile. Nos experts vous montrent comment y parvenir pas-à-pas. 

Des experts de talent Progressez avec des joueurs professionnels accomplis grâce à nos coachings live et sur

notre forum.

Argent réel gratuit
PokerStrategy.com est totalement gratuit. Et nous vous offrons en plus de l'argent réel gratuit.

Vous êtes déjà membre de PokerStrategy.com ? Connexion

Stratégie No-Limit BSS

No Tilt - 1ère partie

» COLONNE

 

No Tilt (1ere partie)

PAR MiiWiin

Tout le monde le sait, même si personne ne veut vraiment l'admettre : le Tilt est l'un des plus grands problèmes du joueur de poker et a déjà fermé à beaucoup la porte d'une carrière potentielle aux plus hautes limites. Aujourd'hui, nous allons passer en revue différentes manières de prévenir ce phénomène.

Je voudrais diviser ce sujet en deux parties. Aujourd'hui, nous parlerons de l'origine, de la problématique et du fonctionnement du Tilt. Nous verrons comment on se prépare à une session, comme on assure sa sécurité en amont et pendant une session de jeu, et à quel point la sélection des tables ainsi que le choix du nombre de parties jouées en simultané est important.

La semaine prochaine je parlerai de la "règle du Down". Nous aborderons les mesures préventives de la gestion de Bankroll et nous attarderons sur d'autres facteurs nécessaires pour éviter le Tilt.

Note : dans la section psychologie, vous trouvez d'ailleurs une série de cinq articles consacrés au Tilt signés par le psychologue Robert Langer : section psychologie

ORIGINES

 

Au fait, pourquoi tiltons nous ? La faute en revient à la variance et au fait qu'à court terme bien jouer ne signifie pas nécessairement être payé en retour. Au sujet de la variance ainsi que des Downswings / Upswings il y a beaucoup de considérations mathématiques qu'il serait trop long d'expliquer ici.

Sur le sujet du Tilt et des motifs émotionnels qui le provoquent, il y a actuellement une série de vidéos que je ne saurais trop vous recommander. C'est pourquoi nous laisserons ces sujets de côté pour le moment et nous concentrerons seulement sur ce que nous pouvons faire en pratique pour prévenir tout danger de Tilt.

 

PROBLEMATIQUE

Pourquoi le Tilt est-il l'un des problèmes cruciaux d'un joueur de poker ? A quoi cela sert-il d'être décidé à jouer un poker sérieux, de posséder un bon jeu Preflop et Postflop et d'être capable de placer des Valuebets aux bons moments si, dans le même temps, nous nous mettons à dilapider notre stack dans des situations qui ne le nécessitaient pas. La plupart ont déjà vécu cette expérience et se rappellent sans doute de moments où après une session ils se sont retrouvés à se prendre la tête à deux mains en répétant : "C'est pas vrai, qu'est-ce qui m'a pris...! ?"

Et ces pertes de jetons inutiles nous touchent durement. Il arrive même que la colère d'avoir tilté nous entraine parfois vers de plus grands Tilts encore : « au point où j'en suis... »

CONSÉQUENCES

 

Comment reconnait-on le tilt ? Certains deviennent plus agressifs, d'autres plus passifs. Certains se transforment en Maniac ou en Bluffeur fou, d'autres en Callingstation et en accro au Showdown. Evidemment, rien de tout cela n'est bon.

Chaque écart par rapport à notre jeu optimal abaisse notre Winrate. Nous nous mettons dans des situations inconfortables que nous ne pouvons pas jouer de manière profitable. En outre, notre concentration en souffre et nous amène à nous focaliser bien plus sur nos cartes que sur nos adversaires, ce qui le plus souvent conduit à surjouer nos mains.

Notre but doit donc être d'éviter ce genre de situations par tous les moyens!

 

PREPARATION
En premier lieu l'approche psychologique d'une partie est très importante. Je lis souvent que des joueurs se rendent à une session sans être motivés ou en étant persuadés qu'ils perdront de toute manière. Ils allument le Hand-Converter, rassemblent les Bad Beats, mettent tout cela sur un forum et se plaignent ensuite d'avoir la poisse, que le Poker n'est vraiment qu'un jeu de hasard ou encore que le site XXX est « rigged ».

Si je devais démarrer une session dans un tel état d'esprit, ce genre de trucs m'arriverait aussi. Comment peut-on rassembler le courage, les certitudes et la confiance nécessaire dans son propre jeu si on s'attend aux Suckouts qui confirmeront que tout va mal ?

On se prépare à perdre son premier stack en étant certain que d'autres suivront inévitablement. Le pire dans cette approche c'est qu'on démarre une partie en étant déjà dans un état d'esprit proche du Tilt!

Alors qu'est-ce qu'on peut faire contre ça ? Beaucoup se demandent s'il est judicieux de programmer une pause plus souvent quand ça ne va pas bien. La réponse est simple : Noui !

Si vous pensez que vous jouez bien et que vous ne vous laissez pas influencer par le résultat des coups, vous devriez continuer à jouer. Les swings font partie du jeu et un bon joueur doit être capable de les surmonter. S'asseoir simplement dans un coin en attendant que « le Down soit terminé » ne se justifie rationnellement d'aucune manière.

Cependant si le danger du Tilt domine, si déjà vous vous asseyez à la table en étant d'humeur maussade, alors vous devriez vraiment songer à faire une pause. Demandez vous d'abord, avant chaque session, si vous avez vraiment envie de jouer, de rester concentré, de donner le meilleur de vous-même !? Si tel n'est pas le cas, lâchez l'affaire, concentrez vous sur la théorie ou faites complètement autre chose.

SECURISATION AVANT DE JOUER
Si vous êtes mécontent de votre jeu ou bien si vous doutez de la sûreté de vos choix au moment des décisions les plus coûteuses, il est temps de faire quelque chose.

Tout d'abord, avant une session, il peut être utile de se focaliser un peu sur soi-même, de se concentrer et de passer les problèmes en revue. Si je sais par exemple que je me laisse trop souvent déstacker avec des Overpairs, ou que ma principale faiblesse est mon jeu au Turn, souvent trop weak, alors c'est sur ces points précisément que je me concentrerai au cours de la prochaine session. Plus je suis concentré, moins je suis susceptible de succomber au Tilt.

Aménagez une atmosphère dans laquelle vous vous sentiez bien. Un « poste de travail » agréable, votre boisson favorite, une jolie musique en fond sonore, de préférence apaisante plutôt qu'agressive.

Faites votre possible pour démarrer la session de bonne humeur et serein.

Vous avez aussi la possibilité d'analyser des mains ou de lire des articles juste avant la session. En analysant des mains vous vous « chauffez le cerveau ». Et vous démarrez la partie avec quelques « trucs » de poker stockés dans la mémoire vive de votre crâne. Bien sûr, il est aussi possible de lire des articles ou de visionner des vidéos directement à la table de poker.

Commencer 30 minutes avant la partie à « s'échauffer » un peu ne peut donc pas faire de mal. Et puis, après une session on n'a plus forcément la motivation nécessaire pour se replonger dans la théorie. Faites d'une pierre deux coups et reportez vos révisions au moment précédant la prochaine session, vous ne la démarrerez que plus concentré et mieux préparé.


CHOIX DE LA TABLE

Tout comme le Tilt, la Tableselection est vraiment l'un des thèmes les plus sous-estimés au Poker. Pourquoi si peu de joueurs font-ils attention à la Tableselection et qu'est-ce qui la rend si importante?

Dans le même ordre d'idées, une question mérite d'être posée : combien de tables est-ce que je joue simultanément ? Ai-je bien vérifié qu'à partir d'un certain nombre de tables je joue encore mon meilleur jeu ? Est-ce que je sais bien où se situent mes limites ? Ai-je déjà comparé mes hourly Winrates ?

Commençons par le sujet de la Tableselection. Evidemment, si elle est si souvent sous-estimée c'est avant tout une question de confort. Je choisis mon nombre de tables, je m'asseoie, je les trie et c'est parti ! Au bout d'un moment je me rends compte que l'une ou l'autre des tables n'est pas optimale, trop agressive, il n'y a pas de fishs, ma position n'est pas bonne.

C'est à ce moment-là qu'on devrait se chercher une nouvelle table, comparer le nombre de mains par heure ainsi que le pot moyen, faire attention aux vieilles connaissances, qu'il s'agisse de fishs ou de bons joueurs. C'est du boulot. Pendant ce temps-là, je n'accorde peut-être plus à mes autres tables la concentration nécessaire. Et puis la question est aussi de savoir si la nouvelle table va vraiment être meilleure? Si je ferme maintenant ma table et en attends une nouvelle, je suis peut être en train de gâcher des mains précieuses !?

Et tour d'un coup, on se met à considérer le Maniac qui parle après soi non plus comme un problème, mais comme un défi. Aux autres tables, j'essaie de faire de l'argent, à celle-ci j'essaie juste de m'affirmer. Je me retrouve dans une situation où je suis en train de défier un type super-agressif. En principe ce n'était pas mon but puisque je suis parfaitement au courant de l'utilité d'une bonne Tableselection. Mais dorénavant c'est comme ça et je reste à la table! Moi aussi je peux 4-better.

Même si l'on sait que le Maniac en question est un bon joueur, on va essayer de rester en jeu avec des 4-bets bien loose. Et on oublie complètement qu'on pourrait tout simplement éviter cette table. Il n'y a pas de fish à la table et personne ne se fait de cadeaux. On doit prendre des décisions difficiles, chères et soumises à une forte variance. Il est également clair que notre jeu à cette table ne sera pas EV+. Si tous les joueurs sont bons, on s'achemine vers un break even et le Rake fera le reste.

Nous nous dirigeons possiblement vers le Tilt. Les autres tables sont plus que jouables mais au lieu de nous concentrer sur notre A-Game et sur des situations profitables, toute notre attention se porte sur la table difficile, celle que nous aurions dû quitter depuis longtemps. Nous essayons d'y placer des Moves puissants et de ne pas nous laisser bluffer. Nous voulons nous tester dans des situations EV- et négligeons pour cela les autres tables.

Et tout se passe alors comme on pouvait le craindre. Nous perdons un stack, à l'autre table nous en perdons un autre contre un pretendu fish. Nous nous énervons et overplayons à fond une Top paire, synonyme de troisième stack envolé, tout va de mal en pis. Nous sommes maintenant en pleine phase de Tilt. Rester concentré sur son jeu devient à peine possible, le pouls bat la chamade et notre A-Game n'est plus qu'un lointain souvenir.

Est-ce que ça rappelle quelquechose à quelqu'un ?

Prenez votre temps, étudiez bien les tables et quittez celles qui ne sont pas profitables à jouer. Ca en vaut la peine.

Un problème lié est évidemment le nombre de tables jouées en simultané. Ca dépend vraiment du joueur. Il y en a beaucoup qui peuvent jouer sans problème beaucoup de tables à la fois. D'autres n'ont pas ce don. Les premiers signes apparaissent quand on devient fébrile dans ses actions. A quoi cela sert-il d'avoir des adversaires très prometteurs si, de toute façon, je n'ai pas le temps de les observer, de les analyser et de prendre de bonnes décisions !?

Celui qui veut améliorer son jeu et prendre les meilleures décisions possibles en s'aidant des stats, celui-là, on ne le rencontre pas souvent sur 4 tables à la fois.

Ce qui ressort de tout ça, c'est qu'on devrait vraiment se tester soi-même. Je reconnais personnellement que si je veux jouer mon A-Game (ce qui est à mon sens absolument indispensable), il m'est difficile de multitabler sur 6 tables en Shorthanded.

Celui qui joue beaucoup de mains ne peut pas en l'espace de 15 secondes - et sur 3 tables différentes - vérifier sa position, sa main, les adversaires, les stats des adversaires, réfléchir aux différentes stratégies possibles, pas seulement à ce tour d'enchères-ci, mais aussi en se projetant sur les streets suivantes, peser le pour et le contre, prendre une décision et l'appliquer. J'ai du respect pour les gens qui arrivent à jouer sur plus de 6 tables à la fois en restant hautement concentré. Et je suis persuadé que beaucoup de gens en sont réellement capables, contrairement à moi. Mais je suis tout aussi convaincu qu'il y a beaucoup de joueurs qui PENSENT en être capables.

Peut-être ne se sont-il encore jamais vraiment demandé si le fait de jouer sur moins de tables ne leur procurerait pas au final plus de plaisir et n'améliorerait pas les décisions marginales qui doivent souvent être prises ?

Plus on joue de tables et moins les décisions prises sont optimales. Si les erreurs se multiplient ça peut finir par coûter cher parce que si on est plus capable de jouer son A-Game, c'est encore pire sur 8 tables que sur 4.

Nous devrions donc nous fixer comme objectif de ne jouer que le nombre de tables que l'on peut affronter sans problème, de sélectionner ses tables, de ne pas hésiter à en quitter une lorsqu'elle se dégrade fortement et d'en choisir alors une nouvelle. Si nous prenons ce quelques principes à coeur, nous jouerons le plus souvent dans des situations profitables et le plus à l'abri possible du Tilt.


» RESUME

 

Aujourd'hui nous avons vu comment éviter le Tilt. Une attention toute particulière a été portée à la préparation du jeu, à notre mise en condition ainsi qu'à la Tableselection et à ses effets potentiels.

La semaine prochaine, nous continuerons à nous pencher sur ce sujet et examinerons à la loupe la gestion de Bankroll et la "règle du Down".

 

 

Commentaires (8)

#1 mattt25, 21/05/08 18h11

elles sont où ces videos sur le tilt??

#2 MiiWiin, 21/05/08 20h13

This videos are only in german language available.

#3 pokerzaterban, 22/05/08 22h20

yes in german, ok, but where?

#4 MiiWiin, 23/05/08 07h15

http://de.pokerstrategy.com/video/psychology/

#5 yoanndubois, 30/05/08 05h56

tout à fait d'accord ! c'est la motivation qui entraine les gains

#6 Arnaud190, 02/03/10 17h16

Vraiment un bon article... éloquent !

#7 Black69, 12/03/10 10h27

Très bien. Un bon article sur un sujet mésestimé.

#8 djconnexion, 11/10/11 12h42

très bonne article. le table sélection je le pratique depuis peut grâce a table scan pro et je peut vous dire que du coup on tilt beaucoup moins.