Le succès à long terme avec des stratégies gagnantes  - inscription gratuite !

Les meilleures stratégies Avec des stratégies adaptées, le poker devient très facile. Nos experts vous montrent comment y parvenir pas-à-pas. 

Des experts de talent Progressez avec des joueurs professionnels accomplis grâce à nos coachings live et sur

notre forum.

Argent réel gratuit
PokerStrategy.com est totalement gratuit. Et nous vous offrons en plus de l'argent réel gratuit.

Vous êtes déjà membre de PokerStrategy.com ? Connexion

Stratégie Short & Mid Stack

MSS - Le jeu après le flop

Introduction

Dans cet article

  • Les différentes catégories de mains au flop
  • Les différents types de flop
  • Quand miser, et à combien
  • Tables de décision pour le jeu post-flop
  • Exemples d'utilisation

Cet article vous présente les principes de base du jeu post-flop suivant la stratégie mid stack. Une fois ces concepts assimilés, vous saurez quels sont vos objectifs à partir du flop, et comment vos actions lors des différents tours d'enchères peuvent vous permettre d'y parvenir.

Quelles mains pouvez-vous toucher au flop ?

Dans ce qui suit, nous allons vous présenter les différentes catégories de mains que vous pouvez avoir touchées au flop. Ces mains sont formées à partir de votre main de départ et des cartes du flop. Bien entendu, votre approche post-flop variera en fonction du type de main que vous possédez.

Au flop, on distingue principalement entre les mains faites, les mains à tirage et les mains poubelle.

Mains faites

ТOP PAIRE
Si vous avez une paire obtenue à partir d'une de vos deux cartes de départ et de la carte commune la plus haute, alors il s'agit d'une top paire.

Si vous avez par exemple un As et une Dame, alors à chaque fois que la plus haute carte du tableau est un As ou une Dame, vous avez top paire.

Il est également important de tenir compte de la deuxième carte de votre main (appelée kicker). En MSS, vous jouez une top paire uniquement si votre kicker est un Valet ou mieux.

Top Paire :

Vos cartes :    Flop : 
OVERPAIR
Si vos deux cartes de départ forment une paire et que leur rang est supérieur à la carte commune la plus haute, alors on parle d'overpair. Une overpair sera toujours supérieure à une top paire.

Si vous avez par exemple une paire d'As, et que le flop contient trois cartes inférieures à l'As, alors vous avez une overpair.

Si vous avez une overpair alors que vous n'aviez pas relancé avant le flop (vous vous êtes par exemple contenté de checker au Big Blind avec une paire de Six), vous devez vous montrer prudent. Bien qu'une paire de Six puisse vous donner une overpair sur certains flop, votre main reste équivalente à une paire basse. Si vous n'avez pas relancé avant le flop, vous devriez éviter de miser trop fort avec cette main.

Overpair :

Vos cartes :    Flop : 
DOUBLE PAIRE
Si chacune de vos deux cartes de départ forme une paire en combinaison avec une carte commune, alors vous avez une double paire.
Attention : votre double paire vaut réellement quelque chose uniquement si chacune de vos cartes de départ forme une paire en combinaison avec le flop. Si le flop contient déjà une paire, alors vous devriez jouer votre main comme une simple paire.

Autrement dit, si une des deux paires se trouve sur le tableau, vous ne pouvez pas la comptabiliser car n'importe quel adversaire encore en jeu peut avoir un brelan (voire un full) obtenu à partir de cette paire.

Double paire forte :

Vos cartes :    Flop : 

Double paire faible :

Vos cartes :    Flop : 
BRELAN
Si la main obtenue contient trois cartes identiques, alors vous avez un brelan.

Un brelan est une très bonne main, avec laquelle vous devez miser et relancer autant que possible afin de soutirer le maximum d'argent à vos adversaires.

Brelan :

Vos cartes :    Flop : 

Il existe un type particulier de brelan appelé "set". Un set est obtenu à partir de vos deux cartes de départ (qui forment donc une paire) en combinaison avec une carte commune.

Set :

Vos cartes :    Flop : 

Toutes les autres combinaisons vous sont présentées dans l'article Les règles du Texas Hold'em. Pour rappel, voici leur liste par ordre de force croissante :

  • Quinte
  • Couleur
  • Full
  • Carré
  • Quinte flush
  • Quinte flush royale

Les DOUBLES PAIRES, BRELANS et toutes les combinaisons supérieures sont appelées MONSTER.

Tirages

TIRAGE QUINTE BILATÉRAL ou OESD (OPEN-ENDED STRAIGHT DRAW)
Si vous pouvez former une suite de 4 cartes consécutives à partir de vos deux cartes de départ et des cartes communes, alors vous avez un tirage quinte bilatéral, également connu sous le nom de OESD, pour open-ended straight draw.
Votre quinte est encore incomplète. Il vous manque la cinquième carte, soit à l'extrémité supérieure, soit à l'extrémité inférieure de la suite, d'où le qualificatif "bilatéral". Dans l'exemple suivant, 8 cartes peuvent compléter votre quinte, les 4 As et les 4 Neuf qui se trouvent encore dans le paquet.

OESD incluant les deux cartes de votre main de départ :

Vos cartes :    Flop : 

Vous pouvez également avoir un OESD obtenu à partir d'une seule de vos cartes de départ. Dans cet exemple, une Dame ou un 7 vous donne la quinte.

OESD incluant une seule de vos deux cartes :

Vos cartes :    Flop : 
GUTSHOT
Un gutshot est un tirage quinte avec une carte manquante au milieu. Seule cette carte peut vous permettre d'obtenir la quinte.
Dans cet exemple, vous avez besoin d'un Roi pour compléter la quinte. Votre gutshot se compose d'un As, d'une Dame, d'un Valet et d'un Dix. Ce type de tirage n'est pas particulièrement fort puisque seulement quatre cartes peuvent encore vous aider. Ici les quatre Rois. Un gutshot devra donc être joué comme s'il s'agissait d'une main poubelle quelconque.

Gutshot :

Vos cartes :    Flop : 
DOUBLE GUTSHOT
Un double gutshot est la combinaison de deux tirages gutshot. Votre main de départ et les cartes communes vous donnent deux possibilités de compléter un gutshot.
Dans l'exemple ci-dessous, vous avez un premier gutshot composé de As, Dame, Valet, Dix, et un deuxième gutshot composé de Dame, Valet, Dix, Huit. Comme vous pouvez le constater, ce sont cette fois huit cartes au total (comme dans le cas d'un OESD) qui peuvent vous donner la quinte : quatre Rois et quatre Neuf. Un double gutshot est donc aussi fort qu'un OESD.

En réalité, un double gutshot est même encore plus profitable qu'un OESD, du fait que les adversaires ont généralement davantage de mal à le détecter.

Double gutshot :

Vos cartes :    Flop : 
TIRAGE COULEUR ou FLUSH DRAW
Si vous avez quatre cartes de la même famille, alors vous avez un tirage couleur. Une carte supplémentaire de la même famille vous donnerait une couleur.
Un tirage couleur peut être obtenu soit à partir de vos deux cartes de départ et de deux cartes communes, soit à partir d'une seule de vos deux cartes et de trois cartes communes. Un flop contenant trois cartes de la même couleur, ou famille, sera qualifié de monochrome.

Tirage couleur à deux cartes :

Vos cartes :    Flop : 

Si vous avez un tirage couleur sur un flop monochrome (exemple ci-dessous), alors vous devez avoir l'As ou le Roi de la couleur pour pouvoir continuer à jouer. Dans le cas contraire, votre tirage ne vaut rien et doit être joué en conséquence.

Tirage couleur sur un flop monochrome :

Vos cartes :    Flop : 
TIRAGE MONSTER
Un tirage monster est la combinaison de plusieurs tirages, par exemple un tirage couleur et un OESD. Avec un tel tirage, vous avez davantage de chances de toucher une bonne main qu'avec un simple tirage couleur ou quinte.

Combinaisons vous donnant un tirage monster :
  • Tirage couleur + OESD
  • Tirage couleur + Gutshot
  • Tirage couleur + Top paire
Bien qu'un tirage monster ne soit pas une main faite, il s'agit d'une très bonne main avec laquelle votre objectif est de mettre de l'argent au milieu en misant et en relançant.

Tirage monster avec tirage couleur + OESD :

Vos cartes :    Flop : 

La combinaison tirage couleur + gutshot représente également un tirage monster :

Tirage monster avec tirage couleur + gutshot :

Vos cartes :    Flop : 

Si vous avez une main faite du type top paire ou overpair, et que vous pouvez compter en plus sur un OESD ou un tirage couleur, alors il s'agit là encore d'un tirage monster :

Tirage monster avec tirage couleur + top paire :

Vos cartes :    Flop : 
OVERCARDS
Si vous ne possédez ni main faite, ni tirage (parmi ceux mentionnés plus haut), mais que vos deux cartes de départ sont supérieures à toutes les cartes communes, alors vous avez ce qu'on appelle des overcards.
Ce tirage n'est pas particulièrement fort, mais si vous touchez une paire sur l'un des tours d'enchères suivants, il s'agira forcément d'une top paire.

Overcards :

Vos cartes :    Flop : 
MAINS POUBELLE
Si vous n'avez ni main faite, ni tirage, ni overcards, alors votre main ne vaut rien, c'est une poubelle.
Même si vous touchez une petite paire, vous ne pouvez pas vraiment compter dessus. En jouant ce type de main, vous risqueriez de subir des pertes sur le long terme.

Paire basse (poubelle) :

Vos cartes :    Flop : 

Les différents types de flop

Les différents types de flop peuvent être classés en deux catégories principales : tableaux secs et tableaux à tirage. Avec la MSS, vous entrez presque toujours dans le coup via une relance préflop, ce qui vous donne très souvent la possibilité d'effectuer un continuation bet (voir le chapitre consacré aux mises un peu plus bas). Les tableaux secs se prêtent particulièrement bien aux continuation bets. Les tableaux à tirage, ou les flops sur lesquels vous êtes confronté à plusieurs adversaires, beaucoup moins (sauf bien entendu si vous avez une bonne main).
 
  •  Tableau sec : un tableau qui offre peu de possibilités de tirages. Moins il y a de tirages possibles, plus le tableau est sec.
  •  Tableau à tirage : un tableau qui offre de nombreuses possibilités de tirages. C'est par exemple le cas lorsqu'un grand nombre de cartes peuvent compléter ou améliorer la main adverse sur les tours d'enchères suivants.
Il est très important d'être capable de bien faire la différence entre tableau sec et tableau à tirage, puisque votre façon de jouer à partir du flop en dépendra grandement. Bien entendu, il n'existe pas de frontière clairement définie, le plus souvent on se trouve quelque part entre un tableau absolument sec et un tableau extrêmement favorable aux tirages. Voici cependant quelques points de repère qui vous permettront de vous orienter un peu dans cet exercice :

Afin de déterminer si un tableau est sec ou à tirage, vous devez commencer par vous intéresser à la façon dont sont connectées les cartes, ainsi qu'aux couleurs présentes sur le tableau. Des cartes fortement connectées sont des cartes dont les rangs sont proches les uns des autres, comme par exemple une Dame et un Valet, ou un 7 et un 8.

Tableaux secs :

Il s'agit par exemple de tableaux contenant une paire, ou bien une carte haute et deux cartes basses, et ne contenant bien entendu pas plus de deux cartes de la même couleur. Voici quelques exemples de tableaux secs :
Flop 1 :
Flop 2 :
Flop 3 :
Flop 4 :
     

Tableaux à tirage :

On parle de tableau à tirage dans les cas suivants :
  • Le tableau contient trois cartes connectées
  • Le tableau contient trois cartes de la même couleur
  • Le tableau contient deux cartes connectées et deux cartes de la même couleur

Quelques exemples de tableaux à tirage :


Flop 5 :
Flop 6 :
Flop 7 :
Flop 8 :
     
Au cours de votre carrière de joueur de poker, vous en apprendrez bien davantage sur les différentes textures de flop et sur l'approche à avoir en fonction des différents cas. Mais dans un premier temps, les critères donnés plus haut seront suffisants pour déterminer si un tableau est menaçant ou non.

Quand miser, et à combien


De façon générale, vous devriez avoir tendance à ne miser qu'avec de bonnes mains. En fonction de la situation, il peut cependant s'avérer profitable de miser également avec des mains plus faibles.

À combien miser ou relancer


Le montant d'une mise dépend des objectifs recherchés et du montant actuel du pot (le total de toutes les mises effectuées depuis le début du coup). Si vous misez par exemple 4€ dans un pot de 8€, on parle alors de mise à la moitié du pot. Une mise aux 3/4 du pot correspondrait à une mise de 6€ dans un pot de 8€, et ainsi de suite... Bien entendu, on n'est pas au centime près, et il suffit de s'en tenir à des montants approchés.

Il existe une règle générale au sujet des mises et des relances :

  • À chaque fois que le montant d'une mise ou d'une relance représente plus de la moitié de votre stack actuel, mettez-vous directement all-in.


Quand miser

Continuation bet :

Après avoir relancé avant le flop, il est souvent judicieux de continuer à miser au flop. La raison principale pour effectuer un continuation bet est de maintenir la pression, en espérant ainsi remporter directement le pot. Même si vous n'avez rien touché au flop, vous pouvez continuer sur votre lancée et empocher le pot via une simple mise.

  • Face à un unique adversaire et sur un tableau sec, vous devriez miser à 1/2 du pot en tant que continuation bet.
  • Sur un tableau à tirage, ou contre deux adversaires, votre continuation bet devrait être plus élevé, aux environs des 3/4 du montant total du pot.


Value bet :

Dans ce cas, vous avez une bonne main et voulez mettre l'argent dans le pot. Vous voulez amener vos adversaires à payer avec une main inférieure à la vôtre. On dit que vous misez pour la value. Si un adversaire mise avant vous et que vous voulez jouer pour la value, alors vous relancez.

  • Si vous avez une bonne main, avec laquelle vous voulez gagner de l'argent, alors misez aux alentours des 3/4 du pot.
  • Si votre adversaire mise et que vous décidez de relancer, vous relancez à 3 fois la mise adverse.


Bluff bet :

Il peut exister un autre motif pour miser : le bluff. Vous voulez amener les adversaires à coucher des mains supérieures à la vôtre et remporter le pot sans abattage. Le continuation bet s'apparente dans certaines situations à un bluff bet, et c'est d'ailleurs le seul type de bluff que vous pouvez vous autoriser en tant que débutant. Bluffer sans avoir un bon plan de jeu derrière débouchera automatiquement sur de grosses pertes.

Quand ne pas miser

Contrôle du pot :

Dans certaines situations, tout particulièrement lorsque vous faites face à plusieurs adversaires, ou lorsque vous êtes sur un tableau particulièrement menaçant pour vous, il se peut que votre main ne soit pas suffisamment forte pour risquer tous vos jetons. Il n'est pas exclu que vos adversaires possèdent des mains inférieures à la vôtre, mais il y a également un grand nombre de mains supérieures envisageables. Si vous n'êtes pas sûr de votre main, alors il vaut mieux éviter de trop investir avec.

  • Si vous décidez de jouer pour le contrôle du pot, alors vous ne devriez pas payer une mise adverse supérieure à la moitié du pot, et ne devriez pas non plus prendre l'initiative de miser.

La table post-flop

La table suivante vous indique comment jouer les différentes mains que vous pouvez avoir touchées à partir du flop :

Stratégie Mid Stack - Table post-flop

La table post-flop fait apparaître les différentes catégories de mains. Les couleurs qui leur sont attribuées vous indiquent la ligne de jeu recommandée. Vous pouvez voir par exemple qu'avec les mains inscrites en noir sur fond rouge , vous devez systématiquement miser ou relancer.

  • Vous utilisez la table post-flop uniquement si vous avez relancé avant le flop.
  • Avec les mains (CHECKER / SE COUCHER), vous checkez et couchez votre main en cas de mise adverse.
  • Avec les mains (MISER / SE COUCHER), vous misez. Si votre mise est relancée, vous vous couchez. Si un adversaire mise avant vous, vous vous couchez également.
  • Avec les mains (MISER / SUIVRE), vous misez et suivez en cas de relance adverse. Si votre adversaire mise avant vous, alors vous vous contentez de suivre sa mise.
  • Avec les mains (MISER / RELANCER), vous misez et en cas de relance adverse vous vous mettez all-in. Si votre adversaire mise avant vous, alors vous relancez sa mise.

FLOP:

Votre stratégie au flop dépend de la texture du flop et du nombre d'adversaires. Si vous n'avez qu'un seul adversaire sur un tableau sec, alors vous devez consulter la partie de la table correspondant à "TABLEAU SEC et 1 ADVERSAIRE".

Si vous avez plusieurs adversaires, ou s'il s'agit d'un flop à tirage, alors vous jouez suivant les indications données dans la partie "TABLEAU À TIRAGE ou 2+ ADVERSAIRES".


TURN:

Une fois au turn, les décisions sont relativement plus simples à prendre. Vous misez avec toutes les bonnes mains faites, les monsters et les tirages monster. Vous checkez avec tout le reste.

RIVER:

Votre jeu sur la river dépend en grande partie de vos actions au turn. Si vous avez misé ou relancé au turn, alors vous devez consulter la partie de la table correspondant à "Si vous avez MISÉ". Si vous et votre adversaire avez checké au turn, alors c'est la partie marquée "Si vous avez CHECKÉ" qui vous intéresse.

 

Pour pouvoir jouer une top paire ou une overpair conformément aux indications de la table post-flop, il faut que cette main soit suffisamment forte. Si votre overpair est trop basse ou si le kicker de votre top paire est trop faible (lorsque vous avez une top paire, la deuxième carte de votre main de départ représente votre kicker), vous ne pouvez pas la jouer profitablement. Si elle ne satisfait pas aux critères suivants, vous pouvez la considérer comme sans valeur :

  • Votre overpair doit être supérieure à paire de Sept.
  • Votre top paire doit être au minimum une paire de Dix, et le kicker doit être Valet ou mieux.

 

Exemples

Les exemples suivants passent en revue une série de situations dans lesquelles vous pouvez vous retrouver après avoir relancé préflop. Vous allez ainsi pouvoir apprendre à résoudre ces situations à l'aide de la table post-flop.

N'oubliez jamais que cette table vous donne uniquement une approche valable dans le cas général, et que pour pouvoir affronter les situations les plus complexes, et optimiser ainsi vos gains avec cette stratégie, il est nécessaire pour vous d'exploiter au maximum le matériel d'apprentissage gratuit mis à votre disposition sur notre site, ainsi que les conseils qui vous seront donnés dans nos Forums de discussions stratégiques et d'analyse de mains.

EXEMPLE 1 : Vous faites un continuation bet
Avant le flop - NL10 - Blinds : 0,05/0,10€  - 9 joueurs
Vous êtes au bouton
avec
  • Tous les joueurs situés avant vous se couchent.
  • Vous relancez à 0,30€. Il vous reste 3,50€ .
  • Le joueur au Big Blind suit votre relance.
Flop - Joueurs actifs : 2 - Pot : 0,65€
  • Votre adversaire checke.
  • Vous misez 0,35€. Il vous reste 3,15€ .
  • Votre adversaire se couche.

Vous avez relancé avant le flop avec Roi Dame, et avez été suivi par un adversaire qui checke une fois au flop. Vous n'avez absolument rien touché, mais sur un tableau aussi sec et contre un seul adversaire, la table vous recommande un continuation bet.

Étant donné que le tableau est sec, vous devriez miser aux alentours de 1/2 du pot (peu importe si vous misez un peu plus ou un peu moins). Dans notre exemple, vous misez à 0,35€. Une mise à 0,30€ ou 0,40€ n'aurait en aucun cas représenté une erreur. Le plus important est d'effectuer votre continuation bet.

Si votre adversaire suit ou relance, alors vous abandonnez votre main.

EXEMPLE 2 : Vous ne faites pas de continuation bet
Avant le flop - NL10 - Blinds : 0,05/0,10€  - 9 joueurs
Vous êtes en
fin de parole
avec
  • Tous les joueurs situés avant vous se couchent.
  • Vous relancez à 0,30€. Il vous reste 3,70€ .
  • Le joueur au Small Blind suit votre relance.
  • Le joueur au Big Blind suit votre relance.
Flop - Joueurs actifs : 3 - Pot : 0,90€
  • Vos adversaires checkent.
  • Vous checkez.
Turn - Joueurs actifs : 3 - Pot : 0,90€
  • Vos adversaires checkent.
  • Vous misez 0,70€. Il vous reste 3,00€ .
  • Vos adversaires se couchent.

Vous avez de nouveau relancé préflop avec Roi Dame, et avez été suivi par les deux joueurs situés dans les blinds. Cette fois-ci, le flop est vraiment très propice aux tirages. Les cartes sont fortement connectées et rendent à la fois des tirages quinte et des tirages couleur possibles.

Vous avez encore deux adversaires et il y a toutes les chances pour qu'ils aient touché quelque chose sur ce flop. En accord avec la stratégie, vous devriez renoncer à votre continuation bet et essayer de voir le turn gratuitement. Vous vous contentez donc de checker avec vos deux overcards.

Le point positif avec des overcards, c'est que si vous finissez par toucher, alors vous obtenez top paire. Vous avez maintenant une bonne main faite au turn, avec laquelle vous pouvez miser pour la value, aux environs des 3/4 du pot.

EXEMPLE 3 : Paire basse face à plusieurs adversaires
Avant le flop - NL10 - Blinds : 0,05/0,10€  - 9 joueurs
Vous êtes en
fin de parole
avec
  • Un joueur paie le Big Blind en milieu de parole.
  • Vous relancez à 0,40€. Il vous reste 3,40€ .
  • Le joueur au Small Blind suit votre relance.
  • Le joueur au Big Blind suit votre relance.
  • Le joueur en milieu de parole suit votre relance.
Flop - Joueurs actifs : 4 - Pot : 1,60€
  • Vos adversaires checkent.
  • Vous checkez.
Turn - Joueurs actifs : 4 - Pot : 1,60€
  • Deux adversaires checkent.
  • Un adversaire mise à 0,90€.
  • Vous vous couchez.

Vous faites face à trois adversaires sur un tableau à tirage, avec une main qui ne peut pas être considérée comme une main faite. Il y a de bonnes chances pour qu'au moins un de vos adversaires ait touché quelque chose sur ce flop.

Une fois au turn, vous pouvez vous coucher sans problème. Votre main ne s'est pas améliorée et la Dame pourrait bien avoir complété un tirage chez votre adversaire.
EXEMPLE 4 : Value bets
Avant le flop - NL10 - Blinds : 0,05/0,10€  - 9 joueurs
Vous êtes en
début de parole
avec
  • Tous les joueurs situés avant vous se couchent.
  • Vous relancez à 0,30€. Il vous reste 3,80€ .
  • Le joueur au Small Blind suit votre relance.
Flop - Joueurs actifs : 2 - Pot : 0,70€
  • Votre adversaire checke
  • Vous misez 0,50€. Il vous reste 3,30€ .
  • Votre adversaire suit votre mise.

Turn - Joueurs actifs : 2 - Pot : 1,70€
  • Votre adversaire checke.
  • Vous misez 1,20€. Il vous reste 2,10€ .
  • Votre adversaire suit votre mise.
River - Joueurs actifs : 2 - Pot : 4,10€
  • Votre adversaire checke.
  • Vous checkez.

Vous avez ici une overpair, sur un tableau offrant des possibilités de tirages quinte et couleur. Vous misez non seulement pour extraire de la value contre des mains inférieures, mais également pour protéger votre main contre un éventuel tirage adverse.

Il est important de miser aux alentours des 3/4 du pot afin de protéger suffisamment votre main.

L'adversaire suit votre mise au flop. Une fois au turn, vous misez de nouveau avec votre overpair. L'adversaire refuse là encore de se coucher et suit votre mise.

La river affaiblit considérablement votre main, on ne peut plus parler d'overpair. La meilleure option est ici de checker afin de pouvoir participer gratuitement à l'abattage. Votre adversaire pourrait bien avoir une meilleure main. Par ailleurs, s'il possède une main inférieure à la vôtre, l'apparition du Roi pourrait bien l'inciter à se coucher en cas de nouvelle mise de votre part. Au final, il ne vaut donc pas la peine d'investir davantage.
EXEMPLE 5 : Contrôle du pot
Avant le flop - NL10 - Blinds : 0,05/0,10€  - 9 joueurs
Vous êtes au Big Blind avec
  • Un joueur paie le Big Blind en milieu de parole.
  • Vous relancez à 0,40€. Il vous reste 3,50€ .
  • Votre adversaire suit votre relance.
Flop - Joueurs actifs : 2 - Pot : 0,95€
  • Vous misez 0,70€ (€2,80€ ).
  • Votre adversaire suit votre mise.
Turn - Joueurs actifs : 2 - Pot : 2,35€
  • Vous checkez.
  • Votre adversaire checke.
River - Joueurs actifs : 2 - Pot : 2,35€
  • Vous checkez.
  • Votre adversaire checke.

Vous touchez une top paire avec laquelle vous faites un continuation bet. Votre adversaire vous suit. Le turn fait perdre de sa force à votre main, on ne peut plus parler de top paire. Vous ne pouvez plus miser pour la value, et devriez la jouer comme une simple poubelle. Votre adversaire pourrait bien avoir une meilleure main et, dans le cas contraire, rien ne dit qu'il soit prêt à payer avec une main inférieure à la vôtre.

Vous avez bien envie de voir l'abattage avec votre paire, mais si possible sans avoir à investir beaucoup plus avec une main aussi marginale. C'est pourquoi vous checkez de nouveau à la river afin d'éviter de faire grossir le pot inutilement.
EXEMPLE 6 : Tirage
Avant le flop - NL10 - Blinds : 0,05/0,10€  - 9 joueurs
Vous êtes au bouton
avec
  • Tous les joueurs situés avant vous se couchent.
  • Vous relancez à 0,30€. Il vous reste 3,80€ .
  • Le joueur au Big Blind suit votre relance.
Flop - Joueurs actifs : 2 - Pot : 0,65€
  • Votre adversaire checke.
  • Vous misez 0,35€. Il vous reste 3,45€ .
  • Votre adversaire suit votre mise.
Turn - Joueurs actifs : 2 - Pot : 1,35€
  • Votre adversaire checke.
  • Vous checkez.
River - Joueurs actifs : 2 - Pot : 1,35€
  • Votre adversaire mise 0,80€.
  • Vous vous couchez.

Vous faites un continuation bet sur ce flop relativement sec afin de poursuivre sur votre lancée en tant qu'agresseur préflop. À ce stade, la force de votre main ne joue en réalité aucun rôle. Vous essayez simplement de tirer profit de votre jeu agressif avant le flop. Étant donné que le tableau n'est pas particulièrement favorable aux tirages, vous misez à peu près la moitié du pot, soit 0,35€.

Le turn ne vous aide pas. Comme votre adversaire ne se montre pas particulièrement agressif, vous en profitez pour voir la carte suivante gratuitement. Miser dans cette situation ne serait pas forcément une bonne idée. Votre adversaire pourrait bien avoir une paire d'As qu'il ne couchera pas si facilement.

Étant donné que votre couleur ne s'est pas matérialisée sur la river, vous pouvez vous coucher face à la mise adverse.


La table de freeplay

Si les adversaires vous laissent entrer dans le coup avant le flop en checkant au Big Blind, vous bénéficiez alors de ce qu'on appelle un freeplay (personne n'ayant relancé avant le flop, vous voyez le flop "gratuitement"). Dans le cas d'un freeplay, vous n'avez pas relancé avant le flop, c'est pourquoi le jeu au flop va quelque peu différer par rapport à la table post-flop :

Stratégie Mid Stack - Table de freeplay

Si vous voyez le flop gratuitement, alors vous utilisez la table de freeplay qui fonctionne suivant le même principe que la table post-flop.

  • Vous utilisez la table de freeplay lorsque vous n'avez pas relancé avant le flop et avez pu entrer en jeu gratuitement.

Exemples

Les exemples qui suivent illustrent la façon de jouer lorsque vous avez pu entrer gratuitement dans le coup :
EXEMPLE 7 : Freeplay
Avant le flop - NL10 - Blinds : 0,05/0,10€  - 9 joueurs
Vous êtes au Big Blind avec
  • Un joueur paie le Big Blind en milieu de parole.
  • Le joueur au bouton suit également.
  • Vous checkez.
Flop - Joueurs actifs : 3 - Pot : 0,35€
  • Vous misez 0,25€. Il vous reste 3,75€ .
  • Vos adversaires suivent votre mise.
Turn - Joueurs actifs : 3 - Pot : 1,10€
  • Vous misez 0,80€. Il vous reste 2,95€ .
  • Un adversaire se couche.
  • Un adversaire suit votre mise.
River - Joueurs actifs : 2 - Pot : 2,70€
  • Vous misez 2,95€ (all-in).
  • Votre adversaire se couche.

Vos adversaires vous donnent la possibilité de voir gratuitement un flop sur lequel vous touchez un tirage couleur et un gutshot, soit un tirage monster. Vous misez (aux environs des 3/4 du pot, du fait que vous faites face à deux joueurs) et êtes suivi par vos adversaires.

Votre tirage s'améliore au turn. Vous avez maintenant un tirage encore plus fort avec un tirage couleur et un OESD. Vous misez pour la value aux 3/4 du pot et un des deux adversaires se couche.

Votre tirage vous a finalement donné une quinte sur la river, avec laquelle vous devez miser pour la value. Une mise aux 3/4 du pot (soit 2€) représenterait cependant plus de la moitié de votre stack et ne vous laisserait que 0,95€. Vous vous mettez donc directement all-in.
EXEMPLE 8 : Freeplay
Avant le flop - NL10 - Blinds : 0,05/0,10€  - 9 joueurs
Vous êtes au Big Blind avec
  • Le joueur au Small Blind suit.
  • Vous checkez.
Flop - Joueurs actifs : 2 - Pot : 0,20€
  • Le SB mise 0,20€.
  • Vous vous couchez.

Bien que vous ayez touché un OESD au flop, on ne peut pas dire que votre main soit particulièrement forte. De fait, la table de freeplay vous indique de jouer "CHECK / FOLD" avec cette main. Vous vous abstenez donc de miser et couchez votre main suite à une mise adverse.

En résumé

Après avoir lu cet article, vous devriez être désormais à même de déterminer la bonne approche au flop. Si votre intention n'est pas en rester là et que vous souhaitez perfectionner votre MSS, vous êtes invité à consulter les articles de niveau avancé, prendre part à nos coachings, consulter des vidéos et mettre à profit notre service d'analyses de mains professionnelles.

Vous avez appris dans cet article...

  • ... à différencier les catégories de mains et à adapter votre stratégie en conséquence.
  • ... dans quels cas miser et dans quels cas vous en abstenir.
  • ... comment procéder en fonction de la texture du flop.
  • ... ce que sont les tables de décision post-flop, et comment les utiliser.
 

Commentaires (18)

#1 RafiLaFigue, 07/04/11 05h33

Exactement ce que j'attendais, je vais m'y mettre mais... où est donc passée la middle pair?

#2 Julien, 07/04/11 16h53

Venez en parler sur le forum ou donnez vos commentaires ici ! et si vous la mettez en pratique, n'hésitez pas à poser vos questions.


@1 ravi que ca puisse répondre à tes attentes.
qu'entend du par la ? ta question sur la middle pair ?

#3 Julien, 07/04/11 16h56

c'est que les middle pair ne sont pas dans le tableaux "post flop"

#4 Bowlythom, 30/07/11 00h39

Merci infiniment pour tous vos articles, j'ai d'abord lu quelques articles sur la BSS, je suis ensuite passé à la pratique, j'ai rapidement été assez à l'aise avec, mais j'ai ensuite lu la MSS et je suis encore plus à l'aise avec.
On minimise les pertes et grâce au multitabling, on fait petit à petit gonfler sa BR !! Que du bonheur, cela fait seulement 2 jours que je joue au poker mais c'est un régal de débuter grâce à vos articles.

#5 SebFZ1, 23/08/11 07h44

J' ai une petite question concernant l'exemple 6. Est ce normal que la relance au bouton soit effectuée avec KTs ?
La main de fait pas partie de la table des relances...

#6 Julien, 23/08/11 12h34

@seb

effectivement KTs n'est pas dans la range de relance standard, mais si tu regardes les tableaux de dessous, tu remarqueras la table de "steal et resteal"

et KT y figure.
par contre, si les blind te 3bet tu dois te coucher car tu ne le fais que pour essayr de voler les blinds.

#7 SebFZ1, 23/08/11 14h10

Exact, merci pour la réponse (honte à moi...:-))

#8 MbCash, 23/10/11 15h41

AMHA il y a intérêt à multitabler parce que qu'est ce qu'on s'ennuie...

#9 Julien, 24/10/11 09h29

@8
c'est le cas du poker en général

je suis ok pour multitabler, mais si vous voulez travailler votre jeu, vos réflexion et vos réflexe en profondeur, essayer de commencer par une seule table. c'est vraiment rentable pour le long terme et ensuite seulement ajoutez plus de table.

#10 PattRiott, 16/12/11 19h09

Félicitation, vous avez vraiment fait du beau travail en en vous penchant sur cette stratégie! Juste dommage qu'il ait fallu attendre que les salles de poker vous y obligent ;)

Les tableaux PDF sont très bien fait! Les infos sont précises, trop peut-être, j'espère encore pouvoir jouer contre des mains poubelles ^^

Ça me donne le goût de m'y remettre en tout cas!

#11 grosbluffeurRNMD, 28/06/12 04h14

Alors, en ce ki concerne la middle pair? on fait koi dans kelles situations?

#12 kranrasta, 24/10/12 13h04

Excellent cet article, j'aurais juste une petite question, aucun des 2tableau ne donne d'information concernant les doubles paires, que fair flop turn ou river ? Merci d'avance pour les reponse, bon jeu all ;)

#13 Julien, 07/11/12 10h42

@12 :
"Les DOUBLES PAIRES, BRELANS et toutes les combinaisons supérieures sont appelées MONSTER."

ce qui veut dire que tu bet/raise le flop avec 2 pair.

#14 pikron, 05/03/13 13h47

il n'y a pas les overpaires dans la table de freeplay.. on les attache aux monsters ?

#15 NaNypokerRNMD, 24/03/13 18h02

une question nl2 : en cas de relance adverse preflop supérieur a 6ct que faire se rapporter a quel tableau?

imaginons que vilain en mp3 raise à 15ct et moi mp2 j'ai AQo je re raise 45ct(sachant que j'ai 0.80) ?
ou fold ?

#16 snakepit81, 18/04/13 15h32

J'ai la même question que NaNypokerRNMD , car sur les micro limites beaucoup ne prennent pas conscience de l'ampleur du pot pré flop (ce qui devient souvent un avantage), mais c'est à quitte ou double et je me trouve souvent en train de folder ces mains hors position (SB ou BB),manquant alors de marge de manoeuvre post flop. J'aurai rarement un monster et me retrouverai avec une poubelle au flop en sachant que mp3 va dans la plupart des cas faire son continuation bet, et que je serai déjà très engagé.

#17 snakepit81, 21/04/13 13h45

Il manquerait un petit exemple...
Héro possède AA en SB et relance logiquement Vilain (CO)à 6ct...
Flop 9s9dQh pot:14ct Aucun ex ne comporte une doublette au flop.
Héro mise 3/4 du pot (10ct), Vilain suit.
Turn 6d pot:34ct
Héro mise 20ct et Vilain relance all in. Si on suit le shéma, alors on doit suivre (même équilab donne Héro à 76.44).

#18 lordoog, 08/11/14 11h36

merci