Le succès à long terme avec des stratégies gagnantes  - inscription gratuite !

Les meilleures stratégies Avec des stratégies adaptées, le poker devient très facile. Nos experts vous montrent comment y parvenir pas-à-pas. 

Des experts de talent Progressez avec des joueurs professionnels accomplis grâce à nos coachings live et sur

notre forum.

Argent réel gratuit
PokerStrategy.com est totalement gratuit. Et nous vous offrons en plus de l'argent réel gratuit.

Vous êtes déjà membre de PokerStrategy.com ? Connexion

Stratégie Sit & Go (SnG)

Le jeu préflop (3) : suivre et isoler les all-ins

SNG_pre_3

Avant de consulter cette leçon, il est préférable d'avoir déjà lu :

Vous avez maintenant sans doute une idée assez précise de comment entrer dans un pot ouvert via une petite relance ou un limp. Cependant, il arrive qu'un joueur ouvre l'action en investissant directement tous ses jetons. C'est particulièrement fréquent lors de la phase finale d'un SnG. Dans de tels cas, vous pouvez vous coucher ou suivre le all-in. Par ailleurs, il arrive que vous disposiez de plus de jetons que lui, auquel cas vous avez la possibilité de surrelancer pour isoler le joueur all-in.

Il est impératif de bien réaliser quels sont les facteurs les plus importants lorsqu'on appréhende un tel spot. Dans cette leçon, vous verrez comment prendre votre décision dans une telle situation en découvrant les trois étapes que vous devriez suivre lorsque vous êtes confronté à un all-in.

Première étape : calculer l'equity en jetons nécessaire

Le processus de prise de décision dans un spot comme celui décrit ci-dessus comprend plusieurs étapes. La première de ces étapes consiste à calculer l'equity dont vous avez besoin pour suivre un all-in.

Dans cette optique, il vous faut toujours commencer par un calcul basé sur l'equity en jetons. Pour ce faire, il vous faut diviser le montant qu'il vous faut investir pour un call par la taille du pot, votre call inclus – ce qui correspond à la taille actuelle du pot plus votre investissement.

Considérons l'exemple suivant, issu d'un SnG à 9 joueurs avec une structure de paiement classique :

Dans cet exemple, les blinds s'élèvent à 100/200 avec des antes de 25. Le joueur au milieu de parole s'est mis all-in pour 2.000. Vous êtes au button et caressez l'idée d'un call. Il vous faut investir 2.000 pour pouvoir suivre et le pot que vous avez la possibilité d'empocher s'élève à 2.525 + 2.000 = 4.525. Ce qui implique que l'equity dont vous avez besoin (en terme de cEV et en ne prenant pas en compte un éventuel over call) pour suivre profitablement un all-in est 2.000 / 4.525 = 44,2%.

Si votre main a plus d'equity que la range adverse, alors votre call vous permettra d'engranger des gains sur le long terme, à condition que les blinds se couchent toujours.

Deuxième étape : ajustement à la prime de risque et aux over calls

La dernière phrase du paragraphe précédent met le doigt sur les deux problèmes posés par un simple calcul d'equity en jetons. En effet, celui-ci ne prend pas en compte l'éventualité qu'un troisième joueur décide d'également entrer dans le pot. Il ne prend pas non plus en compte les implications de l'ICM qui  ont tendance à avoir un gros impact sur la décision (contrairement à bon nombre de situations pour les ranges de push).

Afin de prendre en compte l'effet de la valeur décroissante des jetons, il vous suffit d'ajouter l'estimation de prime de risque à l'equity en jetons nécessaire. Bien entendu, il ne vous est pas possible de réaliser ce calcul en pleine partie. C'est pourquoi il est nécessaire de développer un feeling (qui vous viendra avec l'expérience) de ce que pourrait être la prime de risque dans un spot donné et/ou de mémoriser la prime de risque moyenne dans les différentes phases d'un SnG.

Dans le cadre de l'exemple précédent, nous partons du principe que la main se joue dans un SnG à 9 joueurs avec une structure de paiement standard 50/30/20. Auquel cas, la prime de risque de cet exemple est d'environ 5,5%. Cela signifi que que l'equity dont vous avez besoin pour avoir un call profitable passe à 44,2% + 5,5% = 49,7%.

Mais ce n'est pas tout. Il vous faut également vous adapter à la possibilité qu'un (ou plus) des joueurs restants suive également (dans notre exemple, il pourrait s'agir de SB ou de BB). Cela n'est pas une science exacte et dépend d'un certain nombre de facteurs, comme le nombre de joueurs restants, leur tapis, la prime de risque ou encore les tendances des joueurs. En règle générale, il vous faut une range de call un peu plus tight que si vous étiez le dernier à parler.

Pour prendre cela en compte dans votre calcul, il est recommandé d'appliquer un ajout arbitraire de 0,5% par joueur restant à parler par rapport à la limite d'equity déterminée auparavant. Dans la plupart des cas, un ajustement de cette taille devrait être suffisamment prudent. En appliquant cela à l'exemple de cette leçon, on obtient le résultat final suivant : 49,7% + 1,0% = 50,7% d'equity nécessaire pour suivre un all-in.

Afin de vous adapter à l'éventualité d'un over call et s'il reste des joueurs à parler, vous ajoutez, par défaut, 0.5% par joueur restant à la limite d'equity.

Troisième étape : attribuer une range au joueur all-in

Une des dernières choses qu'il vous faut faire, c'est d'attribuer au joueur ayant fait un push, une range avec laquelle il est probable qu'il se soit mis all-in. Il est généralement préférable de commencer par lui attribuer une range qu'il "devrait" avoir. Cela peut-être fait en lui donnant une range correspondant aux tables de push ou tout simplement en considérant la range que vous joueriez depuis sa position, puis l'adapter selon que le joueur en question est sensiblement plus tight ou loose que le joueur moyen dans son comportement de push.

Dans l'exemple ci-dessus, Villain pourrait avoir la range de all-in suivante : 33+, A7s+, A5s-A4s, K9s+, Q9s+, J9s+, T9s, ATo+, KJo+ (16,6% de toutes les mains).

pushing range

La toute dernière étape consiste à comparer l'equity de la main que vous avez face à la range de mains que vous avez attribuée à Villain, à la limite d'equity calculée garantissant un call profitable. Si votre equity est meilleure que la limite, vous devriez suivre/surrelancer. Sans cela, vous devriez vous coucher.

Dans notre exemple, les mains suivantes : 88+, AJs+, AQo+ (5,9% de toutes les mains) ont plus de 50,7% d'equity face à la range de push estimée. Vous devriez suivre si vous avez une de ces mains. Sinon, vous devriez vous coucher.

Call contre isolation

Si un call vous rendrait déjà pot committed, alors que vous suiviez le all-in ou vous mettiez directement all-in ne change pas grand-chose. Cependant, il peut arriver dans certains spots qu'un all-in ne vous rende pas committed ou ne vous commit que contre certains adversaires (les petits tapis). Cela peut-être le cas si le tapis effectif entre vous et les joueurs restants à parler est nettement plus large que le tapis du joueur all-in.

Dans un tel cas, la meilleure solution est d'opter pour un flat call avec les mains que vous pouvez suivre profitablement face au joueur all-in, mais préféreriez coucher face à plus d'action de la part d'un tapis plus profond. Afin d'équilibrer ces mains, il vous faut également suivre avec le haut de votre range. Ainsi, un bon adversaire ne peut pas exploiter votre plan de jeu, puisque votre call ne révèle pas la force de votre main.

Dans l'ensemble, vous devriez suivre avec l'intégralité de la range avec laquelle vous souhaitez continuer et décider si vous souhaitez suivre ou vous coucher après une relance. Vous pouvez faire ici une entorse à cette règle dans les situations dans lesquelles la range adverse de call face à un isolation sera plus tight que sa range d'all-in face à un flat call. De tels spots peuvent souvent arriver dans les phases à prime de risque élevée, comme la bubble. Dans un tel cas, vous devriez isoler avec les mains assez forte pour être all-in face à un joueur ayant un tapis profond derrière vous, mais qui tireraient un plus grand profit en dissuadant un éventuel coin flip de continuer qu'en encourageant un autre joueur à entrer dans le pot.

Faire un flat call face à un all-in est préférable à une surrelance s'il vous permet d'éviter d'être commited.

En résumé

Dans cette leçon, vous avez appris que, face à un all-in :

  • Il vous faut calculer l'equity nécessaire en prenant en compte la cote du pot, la prime de risque et la possibilité d'over calls.
  • Il vous faut attribuer une range à villain et vérifier l'equity de votre main face à cette range.
  • Faire un flat call face à un all-in est préférable à une surrelance s'il vous permet d'éviter d'être commited.

Etapes suivantes

Passez le quiz et vérifiez votre compréhension de la leçon.
Lancer le quiz
Discutez avec d'autres joueurs ou posez vos questions concernant cette leçon.
Aller sur le forum
 

Commentaires (1)

#1 Timoalek970, 13/09/14 18h09

Bonjour, je ne comprend la phrase suivante: "Dans notre exemple, les mains suivantes : 88+, AJs+, AQo+ (5,9% de toutes les mains) ont plus de 50,7% d'equity face à la range de push estimée." Comment définit-on que ce sont les mains 88+, AJs+, AQo+ qui ont plus de 50,7% d'equity face à la range de push estimée??

Merci :)