Le succès à long terme avec des stratégies gagnantes  - inscription gratuite !

Les meilleures stratégies Avec des stratégies adaptées, le poker devient très facile. Nos experts vous montrent comment y parvenir pas-à-pas. 

Des experts de talent Progressez avec des joueurs professionnels accomplis grâce à nos coachings live et sur

notre forum.

Argent réel gratuit
PokerStrategy.com est totalement gratuit. Et nous vous offrons en plus de l'argent réel gratuit.

Vous êtes déjà membre de PokerStrategy.com ? Connexion

Stratégie Mindset & Psychologie

Quel type d'apprentissage me correspond ?


Les différent styles cognitifs

 


Il existe différentes façons d'apprendre - et on peut apprendre à apprendre. Certains apprennent mieux lorsqu'ils entendent quelque chose et sont alors directement en mesure de le mémoriser, ce sont les auditifs. D'autres, en revanche, sont avant tout en mesure d'engranger des connaissances lorsqu'ils les voient, par exemple en lisant. Ce sont les visuels. En troisième lieu viennent ceux qui préfèrent apprendre par le biais d'une discussion ou d'un débat, ce sont les communicatifs. Enfin, il y a les actifs, qui apprennent au mieux en s'appuyant sur des expériences pratiques, c'est ce qu'on appelle le « learning by doing »

L'auditif

L'auditif apprend au mieux lorsqu'il écoute et lit les informations à haute voix, ou du moins remue les lèvres en lisant. Les personnes qui correspondent à ce style cognitif se laissent facilement déranger ou déconcentrer par des nuisances sonores. Il est donc essentiel d'isoler acoustiquement la source d'apprentissage.


Le visuel

Le visuel aura surtout recours aux supports d'apprentissages tels que les livres, les graphiques, voire même les vidéos. En observant, il engrange un grand nombre d'informations et prend au passage quelques notes. La combinaison de la visualisation et de la copie du matériel d'apprentissage permet alors une mémorisation optimale. Les personnes relevant de ce style devraient se référer à l'article Mindmapping de la section Didactique, qui constitue une base d'apprentissage essentielle pour les visuels.


L'actif


L'actif est celui des apprenants qui possède le plus le sens pratique et qui est le plus émotionnel, il apprend par le biais d'activités pratiques et de l'expérience qu'il en tire. Cette approche s'accompagne de différents types de comportement actif, comme la gestuelle ou le fait d'utiliser ses doigts pour compter.

Le communicatif

Le communicatif parle et écoute volontiers, et le fait très bien. La discussion l'aide à intégrer les informations qu'il échange avec ses interlocuteurs. Les communicatifs ne peuvent bien sûr apprendre qu'en groupe, ils révisent en répondant aux questions et questionnent leurs interlocuteurs afin d'acquérir de nouvelles connaissances.

 

Combinaison des différentes formes d'apprentissage

 

Il s'agit là de styles cognitifs standards - en réalité, il n'existe pas d'apprenant qui corresponde à 100% à un style en particulier , disons plutôt que chacun a une affinité particulière avec un des types d'apprentissage, mais on ne peut pas apprendre efficacement en se limitant à une seule de ces formes. Si, par exemple, un auditif se contente d'apprendre auditivement, il oubliera une grande partie des informations ainsi apprises - on parle d'une perte pouvant aller jusqu'à 80%
Il est donc important d'intégrer toutes les sources d'informations possibles lors de l'apprentissage, car se limiter à une seule source est peu efficace. Celui qui arrive à combiner un apprentissage où il entend, écrit, voit et discute, apprendra nettement mieux. Dans l'idéal, on peut alors retenir jusqu'à 90% des informations.

 

La mémoire

 

C'est justement à la mémoire que revient la tâche de saisir les informations, de les conserver et de permettre de les consulter plus tard. Suivant la durée de conservation des informations, on distingue la mémoire immédiate, la mémoire à court terme ou mémoire de travail, et la mémoire à long terme.

a) La mémoire immédiate est essentielle pour la vie quotidienne. Les informations qui sont enregistrées ici ne le sont que pour quelques secondes et sont, par exemple, importantes pour la coordination. C'est ainsi qu'en lisant, les derniers mots sont conservés afin de conférer un sens à la phrase, qui resterait une énigme si on ne pouvait se souvenir du début en arrivant à la fin.

b) La mémoire de travail se décompose en trois systèmes : tout d'abord, un « bloc-notes visuel et spatial » qui permet de conserver momentanément les impressions visuelles. Il y a également une « boucle articulatoire », un système qui s'appuie sur la répétition intérieure de série de chiffres ou de lettres pour les enregistrer.
Enfin, on distingue également une « unité exécutive » centrale qui gère les impressions du « bloc notes » et les informations de la « boucle », les relie à la mémoire à long terme afin de les comparer aux modèles et motifs se trouvant dans celle-ci. Les informations ne restent pas longtemps conservées dans la mémoire à court terme, et les capacités sont très limitées, il s'agit d'impulsions électriques dont le contenu peut être effacé puis remplacé par un autre. Si on veut pouvoir disposer plus longtemps de nos connaissances, il est donc nécessaire d'avoir recours à la mémoire à long terme.

c) La mémoire à long terme permet la sauvegarde durable des connaissances et des expériences. Afin d'intégrer des informations dans la mémoire à long terme, il y a plusieurs possibilités, comme par exemple la répétition des informations, de manière adaptée à chaque type d'apprentissage. Afin de mémoriser des expériences, il peut être utile de recourir aux émotions et sentiments, qui sont plus facilement mémorisables ; un phénomène que la publicité a fait sien. En effet, alors que les émotions sont facilement stockées, les informations concurrentielles peuvent quant à elles amener à une saturation qui engendre une altération des capacités de perception. Lorsque le nombre d'informations est important, les performances, et ainsi les possibilités de mémorisation, diminuent. Afin de favoriser l'intégration de la connaissance à la mémoire à long terme, il convient donc de se plier à une stratégie d'apprentissage.

La stratégie d'apprentissage

 

On peut apprendre de façon optimale en développant une stratégie d'apprentissage efficace, c'est à dire qu'on essaye d'avoir un aperçu général et complet du matériel d'apprentissage dont on dispose, ainsi que des objectifs à atteindre et du temps que l'on veut y consacrer. En premier lieu, il est important d'être dans de bonnes dispositions, de se sentir bien. On apprend de façon moins efficace lorsqu'on ne se sent pas bien. Et de bonnes dispositions passent par un sommeil suffisant et une bonne alimentation, car la nourriture amène un certain nombre de vitamines et de protéine qui influencent la capacité de concentration, et ainsi la prise d'informations.

Comme au poker, il est important de fixer au départ d'une séance d'apprentissage le temps que l'on compte y passer, et le moment où il sera judicieux de faire une pause.
Les pauses sont essentielles, car après une séance assez longue la tête comme le corps ne sont plus en mesure d'enregistrer convenablement, et apprendre trop longtemps peut avoir un effet contre-productif (une surcharge) si on ne s'accorde pas une petite pause de temps en temps.
Il faut faire une petite coupure toutes les 20-30 minutes. Lire un livre durant plusieurs heures sans s'arrêter est inutile, si toutefois on le fait avec l'intention d'en intégrer le contenu complet. Beaucoup d'information vous échapperont, ou ne seront retenues que partiellement.

Les petites pauses de 5 minutes sont le meilleur moyen de décharger un peu la tête, et il est nécessaire de faire une longue pause après 2-3 heures; celle-ci ne devrait toutefois pas excéder les 2 heures. Il est ainsi envisageable de travailler de façon concentrée plus de 6 heures par jour.

La répétition de ce que l'on a appris est également importante : apprendre une seule fois ne laisse en général l'information que dans la mémoire de travail, on ne peut ancrer le savoir durablement dans la mémoire à long terme que si on le répète de façon structurée. Il faut donc organiser les répétitions.
Le lendemain du premier apprentissage, on revoit brièvement la matière apprise, et c'est au troisième ou quatrième jour que l'on doit s'y replonger de manière intensive. Il est même bénéfique de répéter l'apprentissage après une semaine, puis encore une fois une semaine plus tard. Si vous retravaillez le tout un mois plus tard, alors vous aurez pratiquement tout intégré de façon durable. Pour parfaire l'apprentissage, il est bénéfique de se replonger une dernière fois sur le sujet 6 mois plus tard.

En pratique, cela signifie qu'il est préférable de lire et relire plusieurs chapitres d'un ouvrage, plutôt que d'essayer d'en ingurgiter le contenu entier en une seule fois.
Il est également utile lors de l'apprentissage de combiner l'apprentissage de thèmes nouveaux avec la répétition de matière connue.

Des problèmes peuvent apparaître dans l'apprentissage lorsque les émotions viennent influencer la façon dont on intègre les expériences réalisées en jouant. C'est ainsi qu'une expérience négative lors d'un « bad beat » peut venir prendre la place d'une information apprise, car l'émotion vécue est plus forte qu'un savoir théorique appris par le biais d'un livre ou d'une discussion.
En conséquence, lorsque l'on reconnaît un modèle, une analogie, de façon consciente ou inconsciente, on ne se rappelle alors pas, en cas de doute, de la tactique à adopter que l'on a apprise plus tôt, mais de l'expérience désagréable que l'on vient de vivre. Dans une telle situation, on joue de manière incorrecte, peut-être d'une manière trop peu agressive, par peur de devoir subir un nouveau bad beat.
C'est pourquoi il faut absolument essayer de continuer a jouer correctement selon le savoir théorique, dans une telle situation d'association négative. Il faut constamment et continuellement travailler de façon théorique, et essayer de corriger les sources d'erreurs créées par des expériences émotionnelles, par le recours constant à du savoir théorique.

Il est également important de préparer et réviser ses connaissances, d'un coté en répétant ce savoir, d'un autre coté en révisant certaines mains dans les forums, et en observant attentivement ce qu'en disent les autres joueurs ; mais aussi en analysant sa propre session par exemple avec le replay viewer de Pokertracker.

De même, lorsqu'un coach vous a paru jouer une main de façon étrange, il est essentiel de poser la question, afin de ne rien laisser en suspens et de ne pas rester dans l'inconnu. L'efficacité est ici aussi dépendante de la combinaison des différents types d'apprentissage, celle-ci rendant l'acquisition de nouvelles connaissances plus facile et plus complète. L'apprentissage optimal ne dépend donc pas exclusivement de l'intelligence.

 

L'emploi optimal du matériel proposé par Pokerstrategy selon chaque type d'apprentissage

 

Qu'entend-on par le matériel proposé par PokerStrategy ? Plusieurs formes d'apprentissage sont proposées, et il est évidemment essentiel d'en faire bon usage. Selon le type d'apprentissage auquel on pense appartenir, on peut accentuer certains points.

a) Celui qui s'identifie au style auditif sera à même d'apprendre de façon optimale en participant à des séminaires, où bien en écoutant des lectures enregistrées sur support audio. Malheureusement, l'offre est très limitée dans ce dernier point. Il est cependant envisageable de s'enregistrer soi-même, par exemple sur le PC, ou bien sur un magnétophone, et de pouvoir ainsi s'écouter lire le contenu à tout moment. On apprend ainsi en lisant à haute voix, et on a ensuite accès aux informations, que l'on peut même emmener partout sur un baladeur, ou un lecteur MP3.

b) Pour les visuels, l'offre présente sur Pokerstrategy est considérable, et il est donc nécessaire de tirer le meilleur de cette source afin d'élargir constamment sa connaissance. Il faut commencer par les articles théoriques de chaque section, les différentes tables, qui peuvent être facilement mémorisées, les vidéos de Stoxtrader, et enfin surtout les coaching en direct. Les forums de mains d'exemple sont également un excellent moyen d'asseoir son savoir en consultant les récapitulation de mains jouées par un tiers. Les visuels devraient également, et surtout, prendre l'habitude de prendre des notes. Comme le dit Matthias Wahls dans l'article « Apprendre efficacement », un marqueur ou un bloc note permettent de travailler de manière plus concentrée et augmentent l'efficacité des relectures en mettant directement en avant les points importants.

c) Pour le communicatif, ce sont justement les forums de mains d'exemples qui se révéleront particulièrement efficaces, afin d'approfondir ses connaissances aussi bien passivement qu'activement. L'explication des actions, et des choix qui les ont entraînées permettent de refaire appel au savoir accumulé, et le questionnement dans les discussions permet de découvrir de nouvelles idées et approches d'un même problème. L'organisation de groupe d'apprentissage ou bien l'observation réciproque pendant une session, est profitable aux deux partis, car il permet de discuter chaque idée et chaque ligne de conduite, tout en permettant un « contrôle » qui amènera à des discussions sur la meilleure tactique à adopter dans chaque situation.

d) L'actif, même s'il n'a pas encore réussi le quiz, s'assoit à une table, ne serait-ce qu'avec de l'argent virtuel, et essaye d'optimiser son jeu en analysant les erreurs et les expériences. Ceci peut également être fait avec un groupe d'apprentissage. Cette technique est cependant problématique, en ceci qu'elle ne se repose pas sur un savoir statique et sur une « base de données mémorisée » qui sont la base d'un bon poker. Le jeu seul ne suffit pas à remplacer le savoir théorique, mais il peut l'appuyer.

Pour tous les types d'apprenants, des coachings privés sont également disponibles, afin d'atteindre ses propres objectifs.
Les auditifs peuvent par exemple se faire expliquer leurs problèmes par téléphone après une session. Le communicatif discutera des différentes mains et essaiera de découvrir ses erreurs et les solutions en en discutant, l'actif peut jouer en heads-up avec le coach en essayant d'adapter son jeu en conséquence. Mais je le répète : apprendre en se basant uniquement sur l'une des nombreuses options dont vous disposez ne permet pas d'atteindre un résultat optimal en terme d'apprentissage, car on ne correspond jamais purement a un seul type d'apprentissage. Celui qui a tout essayé, pourra ensuite voir quels sont les méthodes les plus efficaces, et quelle combinaison de sources d'apprentissage permettra d'atteindre une efficacité optimale. Il pourra alors concevoir son propre programme d'apprentissage.

 

Commentaires (7)

#1 gege91, 12/07/09 13h52

Article très intéressant.

#2 pianoforever, 10/09/09 16h17

le passage sur les mémoires de travail manque de clarté (du moins pour la mémoire de travail : "bloc note" etc...). Je pensais que la mémoire instantanée ne persistait que 500ms maximum?

#3 Nathounet, 25/09/09 13h10

Article intéressant mais je m'attendais à autre chose quand même!

#4 shinvicious, 26/10/09 15h36

Je me suis senti super concerné en lisant la section "auditif":<br /> Je remuais les levres en lisant et pester contre le marteau piqueur a l'exterieur qui m'empêche de me concentrer XD

#5 djconnexion, 12/09/10 09h37

très bon article, une fois de plus ps nous donne tous les outils et ficelles pour bien apprendre et progresser efficacement

#6 Ph1l1pp3, 21/09/10 14h17

Merci djconnexion. Fais-en bon usage ;)

#7 XimRez, 03/11/11 15h22

Très bon article.