Le succès à long terme avec des stratégies gagnantes  - inscription gratuite !

Les meilleures stratégies Avec des stratégies adaptées, le poker devient très facile. Nos experts vous montrent comment y parvenir pas-à-pas. 

Des experts de talent Progressez avec des joueurs professionnels accomplis grâce à nos coachings live et sur

notre forum.

Argent réel gratuit
PokerStrategy.com est totalement gratuit. Et nous vous offrons en plus de l'argent réel gratuit.

Vous êtes déjà membre de PokerStrategy.com ? Connexion

Stratégie Mindset & Psychologie

Downswing - considérations psychologiques

Le comportement spontané face à un downswing


Durant un downswing, beaucoup se demandent où se situent leurs erreurs. Certains ouvrent un topic dans la section SOS Downswings. Ces topics prennent souvent une de ces deux formes :

1. Je fais tout comme il faut, mais il y a toujours un fish qui me suit me fait subir un incroyable bad beat.

2. Au secours, je suis au bout du rouleau, je suis foutu, voilà, c'est fini, je suis d'une médiocrité sans bornes !

D'après moi, ceux qui pensent « Je suis un super joueur » et qui viennent toutefois se plaindre sont bien mal engagés. Leur donner des conseils est exténuant, car on entend alors souvent : « Non, mais en fait c'est bon, ce n'est plus la peine, là en fait je suis dans le vert après 5000 mains. » Je pense que les encouragements et le fait de dire qu'un nombre de mains limité ne permet pas de se faire une idée précise ne suffisent pas à aider ce type de joueurs. Leur gros problème est qu'ils ignorent l'essentiel : la nécessité d'évolution.

Le deuxième type de joueur a si peu confiance en lui qu'il n'est plus du tout en mesure de voir où il en est. Les conseils et les solutions ne l'aident pas non plus. Sa situation est difficile, il ignore également l'essentiel.

Essayons de leur ouvrir les yeux en observant ce qui se passe (ou peut se passer) lors d'un downswing :


Le downswing, un frein à l'apprentissage


Les downswing nous placent dans une situation psychologique fort difficile. On se sent peu sûr à plusieurs niveaux. Il nous manque la souveraineté et l'assurance nécessaires à l'application de notre connaissance dans cette situation. On perd son bon feeling, le plaisir de jouer et la confiance en soi.

Lorsque l'on joue et que l'on perd, il faut être vraiment très expérimenté et confiant pour pouvoir juger si on a bien joué ou pas. Le résultat étant négatif, on a tendance à automatiquement en déduire que la façon de jouer l'a été aussi (consciemment ou pas).

Que se passe-t-il exactement ?


Les pensées négatives et les associations qui en découlent influent sur le jeu de la façon suivante. Lorsque des situations similaires à celles qui les ont déclenchées se présentent, ces pensées refont surface. Elles deviennent alors des pensées établies (cognitions).

Sur le long terme, ceci amène des "leaks" (des faiblesses, des erreurs récurrentes), on change son jeu pour essayer d'échapper aux expériences négatives. Mettons que vous faites quelque chose et que vous prenez un coup sur la tête. Le jour où vous êtes dans la même situation, vous y réfléchirez à deux fois avant de refaire la même chose; après tout, vous n'avez pas envie de vous reprendre un coup sur la tête.

Exemple : on ne relance plus certaines mains pour faire payer les tirages le plus cher possible, car on pense : « Ils ne se couchent de toutes façons pas et finissent par toucher sur le turn ou la river, il est donc préférable de faire l'économie d'une mise ».

C'est un effet d'apprentissage tiré de l'expérience de jeu. Il s'oppose au savoir théorique, mais le problème c'est que l'expérience s'ancre plus facilement car elle se fonde sur quelque chose de concret. On a tendance à croire plus facilement ce dont on a fait l'expérience que ce que l'on ne fait « que » savoir.

On conçoit des hypothèses liée à ses défaites, des suppositions irrationnelles sur sa propre tactique, le générateur aléatoire, les adversaires, etc.

Voici quelques exemples :

« à chaque fois que j'ai une pocket paire d'as, mes adversaires touchent une double paire, un set, une quinte ou une couleur sur la river ! »

« C'est même pas la peine de jouer pocket Queens, puisqu'il y à toujours un roi ou un as sur la river ! »

« Les fish touchent très souvent leur 2 outs, mais mes tirages couleurs ne se réalisent jamais. »

« Je suis trop weak »

« mon WTS est trop élevé »

Les deux derniers exemples ont de quoi énerver. Ce sont en effet des suppositions fort plausibles ! On a peut-être posté ses mains dans le forum pour finalement se voir répondre par un joueur expérimenté qu'on a un AF (Agression Factor) trop faible ou un WTS (Went to Showdown) trop élevé. C'est peut être vrai, mais ca n'aide en rien à se sortir de la phase de downswing. Le joueur s'accroche à ce grappin, précisément car la situation semble si compliquée et sans issue. Les réflexions sur les « mauvaises » valeurs influencent le joueur par des cognitions négatives et font ainsi baisser ses performances. Elles bloquent le jeu, on entre en tilt.


Une approche rationnelle

Donnons tout d'abord une définition rationnelle du downswing. Un downswing est une répétition aléatoire d'événements qui entraîne une dérivation de l'espérance de gains, de sorte que des résultats négatifs en découlent pour un temps indéfini. L'espérance de gain est un des points faibles de cette définition, car elle est inconnue. Ce phénomène est de plus entaché de lacunes, de leaks qui augmentent la variance, et qui sont autant de facteurs qui font chuter l'espérance de gain.

On ne peut désamorcer un downswing. On ne peut influencer sur les facteurs qui le régissent, mais il peut lui nous influencer.

Les effets sur l'apprentissage sont amplifiés, ils diminuent encore plus notre espérance de gain. C'est là dessus qu'il nous faut travailler.


Que faire ?


Durant un downswing, le poids psychologique est particulièrement lourd à porter. Ceci influe sur notre façon de jouer et d'apprendre. Le poids des souffrances que l'on endure nous amène à entreprendre des changements. On veut contrecarrer le downswing. Si on profite de cet état pour se plonger intensément dans l'étude de textes, on se confronte à deux problèmes : d'une part, on n'est pas dans les conditions idéales pour apprendre, mais en plus, on risque de ne pas trouver la motivation pour apprendre lors du prochain upswing.

C'est pourquoi il est important d'aborder cette situation de manière organisée.




Le système des trois phases.


En m'appuyant sur les réflexions sur le sujet qui ont été menées jusqu'à présent, je divise le downswing en trois phases. Tous les conseils s'appliquant à chacune de ces phases peuvent naturellement être appliqués indépendamment et sont également utiles lorsque l'on ne se trouve pas dans un downswing. Cette répartition en plusieurs phases aide à surmonter un downswing, car elle permet de trouver une structure là où on a normalement le sentiment que le sol se dérobe sous ses pieds.

Lors de la première phase, il est recommandé de se concentrer sur l'élimination des pensées et comportements qui affectent votre bien être psychique. Les questions comme « A quoi est-ce qu'on peut reconnaître que je suis un mauvais joueur ? » sont un signal d'alarme. L'approche dépressive qui se dessine doit être interrompue avant qu'elle ne se renforce.

Quelques règles :

- N'interrompez jamais une session durant un downswings avec des pensées du type « j'arrête maintenant, avant que cela n'empire ». L'idéal est de se fixer un temps de jeu précis et de s'y tenir. A moins bien sûr que cela se passe très bien, auquel cas il peut être recommandé de continuer.
- Interrompez le flot des pensées qui ont une influence négative sur votre jeu ou sur vous même, à l'aide de l'interruption active de pensée. C'est une technique issue de la psychothérapie avec laquelle on se dit « stop » lors de l'apparition de pensées négatives, interrompant ainsi leur développement. Découvrez par là en quoi ces pensées sont irrationnelles et contre-productives (il en va de même pour les accès de colère lors des bad beats. Interrompez la colère et découvrez en quoi elle ne sert à rien, en quoi elle n'est que nuisible).

- Lorsque l'interruption de pensées négatives ne fonctionne pas, interrompez la session.

- Si vous êtes nerveux, stressé ou déprimé, interrompez également la session.

- Cherchez à retrouver la confiance en vous par le gain de mains isolées.
- Ne comparez pas votre situation avec celles d'autres joueurs qui réussissent mieux (qui, par exemple, sont montés plus vite dans les limites.)
- Ne vous mettez pas dans des situations où vous aurez la pression d'atteindre des objectifs à court terme (clearer un bonus, monter une limite plus vite, etc.) Lorsque vous êtes dans une série particulièrement néfaste, il est nécessaire de bien reconsidérer si le bonus que l'on essaye de clearer représente vraiment une situation de EV+, vu les conditions de jeu.
- Tenez-vous conséquemment aux règles de la gestion de la bankroll.
- Jouez en pleine conscience, dans les conditions optimales, et ne changez pas votre tactique.


Si le downswing persévère, alors on en arrive à la deuxième phase. Durant cette phase, l'objectif principal est que vous alliez bien ! Il faut faire abstraction de votre taux de gains, de l'état de votre bankroll, de votre bilan négatif, de vos leaks, etc.

Faites une pause !


Prendre une pause est sans doute le conseil le plus efficace, cela permet d'interrompre l'effet d'apprentissage erroné, et la formation de cognitions négatives durables. Il est important de prendre conscience de la situation et de chercher un moyen de se détendre. La tension accumulée doit être déchargée, faites du sport, une balade dans les bois ou en vélo, ou autre...

Laissez PokerTracker éteint, ne regardez pas vos statistiques.

Trouvez un moyen de vous remonter le moral. Dans la section SOS downswings, vous pouvez lire les posts d'autres membres qui ont traversé ce genre de période. Ne cherchez pas à savoir ce que vous faites de mal, c'est sans importance durant cette phase. Vous aurez tout le loisir de travailler sur vos erreurs et leaks une fois le downswing terminé, peut être même durant un upswing, quand ce n'est plus aussi handicapant.

Durant cette phase, l'objectif est que vous vous sentiez mieux. C'est pourquoi il n'est pas recommandé de se concentrer sur vos faiblesses et erreurs. L'analyse concrète d'erreurs, l'établissement d'objectifs d'apprentissages ainsi que la planification de trainings sont certes nécessaires, mais doivent être remis à un autre moment, quand vous serez en mesure de travailler efficacement à votre jeu.


On entre alors dans la troisième phase. Dans cette phase, il convient de se confronter à nouveau au poker de manière abstraite. Cherchez à connaître vos motivations et à réfléchir à la façon dont vous êtes prêt à vous investir dans le futur.
L'apprentissage du poker requiert une bonne capacité d'abstraction, il s'agit de concepts stratégiques qui payent sur le long terme. Prenez conscience du fait qu'apprendre le poker représente une dose conséquente de travail. Si votre but est de devenir un bon joueur de poker, alors vous êtes sur la bonne voie. Fixez vous des objectifs et un plan d'apprentissage afin de les atteindre. Il est important de se confronter à votre technique d'apprentissage.

Lorsque vous vous sentez libéré et efficace, il est temps de vous mettre au travail.

Un autre petit conseil : lorsque vous revenez à la table après un downswing. Ne rentrez jamais à une table en pensant : « bon, voyons un peu si je suis encore en downswing. » ou encore « Bon, il me faut d'abord récupérer toutes mes pertes de mon downswing ! ». De même, si vous subissez un bad beat, ne pensez pas « Ah non ! Voilà que ça recommence ! ». Si c'est le cas, il faut reprendre à la phase 1, c'est certes énervant, mais c'est nécessaire.

Bon courage !

 

Commentaires (22)

#1 donino30, 22/03/08 08h51

Articles psycho super intéressants, comme toujours sur ce site

#2 grgbpm, 27/02/09 19h16

c'est rigolo les downswing ;)

#3 titece, 26/03/09 00h35

En ce qui me concerne, le seul moyen d'en sortir a été de m'inscrire sur ce site et de reprendre tout au debut.
Merci pour tous ces articles.

#4 sankhama, 20/06/09 11h48

Un contenu vraiment extrêmement intéressant. Merci à toute l'équipe !

#5 Steph2121, 16/01/10 22h06

Merci beaucoup

#6 crocop35, 03/02/10 19h20

merci , trés interessant.

#7 nicolas10117, 04/06/10 13h17

M'y trouvant actuellement, merci pour l'aide apportée!!!!!

#8 djconnexion, 07/09/10 09h30

ces articles sur la psycho du poker sont super, merci

#9 Areop, 09/09/10 10h01

Merci encore pour cet article.

Rare sont les sites ou l'on aborde la psychologie du poker et je trouve que c'est réellement nécessaire.


Areop ;)

#10 redbullpoker5, 21/01/11 17h55

cool

#11 Xtreme1983, 25/01/11 13h11

Merci!!

#12 GivMeUrCash, 02/03/11 16h59

Une pause ne fait jamais de mal, bien au contraire... ;)

#13 db998, 06/06/11 03h06

Le downswing ça fait penser au cercle vicieux, à la vrille, loi de Murphy, LEM. Effectivement prendre une pause, penser à ot'chose, jouer aux billes ça doit aider. Moi j'ai arrêté 18 mois. Ca va mieux là.

#14 Skaya971, 11/06/11 05h23

Merci. J'aurai du le lire plus tôt celui-là :|
mieux vaut tard que jamais ;)

#15 meclay, 24/07/11 20h08

Que des leches culs, pfff!
mais le pire c'est que je suis dac avec eux :(
LOL

#16 Skysos, 28/09/11 02h23

Yeah merci pour cet article! Il faut vivre l'instant présent!

#17 Julien, 04/10/11 16h25

@16 oui !

vivre l'instant présent, et penser à long terme :p

et hop, plus de tilt...

#18 pacoroum, 26/11/12 22h15

et hop un de plus !!! quel bon article
ça me parle bien ... merci on va mettre en place la technique ...

#19 creeping, 29/04/13 17h14

Et bien je dois etre pas mal down depuis la semaine derniere. Y un soir ou j'ai pete un cable avec des gars qui suivent mes relances et finissent par toucher ce qui veulent.
J'ai fini ma session en etant degouté.
Je me disais je vais resserrer a mort pour plus me faire avoir...
Le lendemain une peu de sport, une petite review de sessions pour constater que j'avais qq erreurs mais que finalement j'avais eu pas mal de malchance. J'ai fait un peu d'ICM trainer pour conforter mes prises de decision. J'ai refait une session, j'ai pas eu trop de chances encore une fois et le fait d'y avoir refléchi m'a permis de mieux accepter et au final j'etais quasi a l'equilibre et surtout plus tranquille
J'avais lu cet article il y a longtemps mais une relecture de temps en temps ca peu aider dans ces moments. Merci

#20 phenixvr6, 25/07/14 13h18

Je re lits cette article 5 ans plus tard et il sonne toujours aussi bien :), bon petit résumer : ne pas essayer de l'éviter où de le rattraper, mais le gérer pour l'absorber tranquilement et limiter la casse.
J'aime le 100 % de chance du downwwing, il faut obligatoirement s'y préparer.

Merci

#21 ethanol94, 23/01/15 10h49

Je laisse ce super article de côté en espérant en avoir besoin le plus tard possible :-p

#22 Gregox, 04/10/17 09h16

merci