Le succès à long terme avec des stratégies gagnantes  - inscription gratuite !

Les meilleures stratégies Avec des stratégies adaptées, le poker devient très facile. Nos experts vous montrent comment y parvenir pas-à-pas. 

Des experts de talent Progressez avec des joueurs professionnels accomplis grâce à nos coachings live et sur

notre forum.

Argent réel gratuit
PokerStrategy.com est totalement gratuit. Et nous vous offrons en plus de l'argent réel gratuit.

Vous êtes déjà membre de PokerStrategy.com ? Connexion

Stratégie Fixed-Limit (FL)

Types d'adversaires : Comment jouer contre un rock ?

rock

Introduction

Dans cet article
  • Jouez agressivement
  • Faites des blindsteals et bluffs fréquents
  • Couchez les mains faibles et moyennes lorsque le rock devient actif

Les rocks sont tout le contraire des maniacs. En général, le maniac se fait immédiatement remarquer à une table ; le rock, lui  met bien plus longtemps à se faire remarquer (rock signifie rocher, et ce sobriquet leur a été attribué car ils font preuve d'une souplesse et d'une fantaisie qui n'est pas sans rappeler celle du rocher). Les rocks jouent peu de mains, et en relancent encore moins. Post-flop, ils ne misent et ne relancent qu'avec de bonnes mains. De même, vous les verrez rarement à l'abattage avec des mains marginales, ou attraper un bluff. C'est ce qui en fait des adversaires agréables, car on sait toujours à peu près quel type de mains ils ont, et on peut prendre les bonnes décisions en conséquent.

Les stats typiques d'un rock sont : 15/ 10/ 1,5 / 35 (VPIP / PFR / AF / WTS). Il y a également quelques TAGs weaks qui tendent dans cette direction. Face à eux, les consignes sont à peu près les mêmes que contre les rocks.

De par leur jeu très prudent, les rocks ne vous permettent pas de générer de gros gains, surtout qu'ils ont souvent de bonnes mains quand ils jouent. Ils perdent surtout de l'argent en se couchant trop. Chacun à la table profite du fait qu'ils abandonnent trop de mains relativement forte préflop. Vous pouvez en plus tirer profit du fait qu'ils vont trop rarement aller voir l'abattage.

Par ailleurs, vous pouvez faire usage de son "honnêteté". Lorsqu'un rock relance, alors il a une bonne main, et vous pouvez sans problème vous séparer de la vôtre, et le priver ainsi de "paiement".

Comment jouer contre les rocks ?

Les rocks font en général un certain nombre d'erreurs dont vous pouvez tirer profit.

Les quatre règles de bases pour jouer contre les rocks :

  • Attaquez leurs blinds.
  • Isolez-les préflop.
  • Bluffez-les, s'ils ne semblent pas avoir une bonne main
  • Couchez vos mais faibles s'ils se mettent à être actif.
1. Attaquez les blinds des rocks

Les rocks jouent trop peu de mains de départ, ce qui fait d'eux une excellente cible pour vos attaques de blinds. Lorsqu'un rock est assis au big blind, il va se coucher plus que la moyenne si vous relancez. Suivant l'ampleur de son manque de défense de blind, vous pouvez relancer plus ou moins de mains de départ.

Même lorsque l'adversaire suit, il va souvent se coucher face au continuation bet sur le flop. Si, par exemple, il couche plus de 60 % de BB face à un stealraise ("folded BB to steal"), alors l'ORC est assurément bien trop tight.

Avant de décider de comment adapter vos standards d'openraise préflop, vous devriez jeter un œil aux joueurs qui se trouvent entre le rock et vous. Si il y a un LAG, qui va bien souvent vous sur-relancer, alors vous ne devriez pas devenir trop loose. Si ce n'est pas le cas, c'est-à-dire, si entre vous et le rock, se trouvent des TAGs ou des fishs, alors vous pouvez relancer plus de mains que ne le recommande l'ORC.

Contre un tel adversaire, vous pouvez relancer en général une ou deux positions plus loose que l'ORC. Par exemple, 67s au CO, et Q8 au button. Si vous êtes face à un vrai rock endurci, qui a plus de 70 % de fold to steal, et si le SB est tight également, alors vous pouvez relancer jusqu'à 100 % de vos mains depuis le button. Cette situation est toutefois une exception, et même les rocks sont en général capable de défendre un tant soit peu leurs blinds.

2. Isolez le rock préflop

Un autre avantage provient de la tendance des rocks à abandonner trop facilement leur main post-flop. Ce sont donc de bons candidats à des relances d'isolation avec des mains qui ont peu de showdown value.        

EXEMPLE

CO: 20 / 10 / 1 / 31
Blinds: Tight

Preflop: Hero is BU with 89
2 folds, CO calls, Hero raises, 2 folds, CO calls.

Ce joueur relancera ses bonnes mains préflop. Son éventail n'est donc pas très fort. Même si vous n'avez pas vraiment d'avantage d'equity, il peut être souhaitable de l'isoler. Pour ce faire, il est important que les blinds se couchent également facilement. Vous pouvez ainsi remporter le pot avec un contibet si le rock n'a rien touché sur le flop.

Même si les blinds suivent, vous jouerez 3 ou 4 handed avec une main à bons tirages, ce qui est également souhaitable. Quelque soit la main d'isolation, le gros avantage avec le rock, c'est que vous savez toujours où vous en êtes, dans la mesure où il ne bluffera pas.

3. Bluffez le rock

Si le calldown trop loose de mains faibles est certes une grosse erreur, coucher trop souvent la meilleure main fait également perdre beaucoup d'argent. C'est la grosse faiblesse des rocks. Ils abandonnent trop vite post-flop et sont les victimes idéales pour vos bluffs et semi-bluffs.

Il est très important de regarder si le rock a montré de la force. Même s'il a un WTS très faible, si jamais il a déjà relancé, et ainsi déjà montré de la force, alors vous devriez éviter de bluffer.

Les rocks aussi sont en mesure de faire des continuation bets. Ce n'est pas nécessairement un signe de force, et vous pouvez tenter un bluff-raise. Ceci est cependant avant tout recommandé sur les tableaux qui se seront difficilement connecté avec l'éventail tight de l'adversaire.

EXEMPLE 1

BU: 17 / 10 / 1,5 / 31

Preflop: Hero is BB with T9
2 folds, BU (Rock) raises, 1 folds, Hero calls.

Flop:(4,5 SB) 2, 5, 8
Hero checks, BU bets, Hero raises, BU calls.

Turn:(4,25 BB) 3
Hero bets, BU folds

Le rock relance depuis le bouton, et a, en plus des pocket paires, un grand nombre d'overcards dans son éventail (éventail de 15% : 77+, A7s+, K9s+, QTs+, JTs, ATo+, KTo+, QJo). Ces mains vont facilement se coucher sur le turn, en cas de résistance, de sorte qu'un bluff sera profitable avec quasiment n'importe quelle main. Plus d'informations dans l'article Purs bluffs

EXEMPLE 2
Preflop: Hero is CO with AT
2 folds, Hero raises, BU (Rock) 3-bets, 1 folds, BB (Maniac) caps, Hero calls, BU calls.

Flop:(12,5 SB) 2, 3, 9
BB bets, Hero calls, BU calls.

Turn:(7,75 BB) 3
BB bets, Hero raises

Cette main semble étrangement jouée, mais est un bon spot pour un bluff contre un rock. Préflop, il 3-bet avec un éventail tight d'environ AQ+, AJs+ und 99+ . Le maniac renchérit derrière, ce qu'il fait avec beaucoup de mains, et vous êtes en tête face à la plupart des mains du maniac.

Vous partez du principe que le rock relancera AA ou KK sur le flop, et se contentera de suivre une moins bonne main. Vous suivez sur le flop car le pot est déjà très gros, que vous avez encore un backdoor flushdraw, et quelques autres outs. Vous suivez également "for information". Selon ce que le rock fait, vous saurez où vous en êtes.

Le rock se contente de suivre sur le turn. Il aura presque toujours AK, AQ ou AJs. Si vous relancez sur le turn, il va souvent coucher ses overcards. Vous avez ainsi fait se coucher une meilleure main, et avez par ailleurs de bonnes chances d'être en tête face au maniac.

4. Couchez les mains faibles et moyennes lorsque le rock devient actif

Les rocks jouent passivement et sans détours. Lorsqu'ils misent et relancent, vous savez que vous êtes face à une meilleure main. Ceci vous permet de faire des folds assez difficiles avec des mains relativement forte, sans risquer pour autant de coucher la meilleure main. Vous pouvez ainsi minimiser vos pertes. Même si vous avez une bonne main, comme par exemple top pair avec kicker moyen, il convient de devenir prudent lorsque le rock relance, et de se contenter d'un calldown.

EXEMPLE 1

Preflop: Hero is BU with 9T
2 folds, Hero raises, 1 folds, BB (Rock) calls.

Flop:(4,5 SB) 3, 8, K
BB checks, Hero bets, BB calls.

Turn:(3,25 BB) 9
BB checks, Hero bets, BB raises, Hero folds.

Lorsque le rock suit sur le flop, vous pouvez déjà penser qu'il aura souvent touché quelque chose. Mais puisqu'il peut avoir le tirage couleur ou un 8, vous misez à nouveau sur le turn. Contre la relance d'un autre adversaire, vous auriez eu un easy calldown, car l'adversaire pourrait relancer un 9, un tirage ou un bluff. Contre un rock, en revanche, vous pouvez abandonner votre main, car il aura souvent un set ou double paire, contre qui vous avez vraiment peu d'outs.

EXEMPLE 2

Preflop: Hero is BU with KJ
2 folds, Hero raises, 1 folds, BB (Rock) calls.

Flop:(4,5 SB) 3, 8, K
BB checks, Hero bets, BB raises, Hero calls down.

Contre un adversaire normal, la ligne standard serait call flop raise turn. Contre un rock, cette main est trop faible, car vous serez trop souvent battu. Puisque la main est tout de même trop forte pour un fold (il pourrait avoir un K) vous vous contentez de le suivre.

 

Ce n'est qu'une partie de l'article...

Avec une inscription gratuite à PokerStrategy.com, vous recevez de l'argent de poker gratuit pour jouer au poker et vous accédez à des centaines d'articles de stratégie comme ceux là - ainsi qu'à des vidéos de poker, des sessions de coaching en live et des forums de stratégie. Inscrivez-vous dès maintenant gratuitement et commencez à jouer pour bénéficier de toutes nos offres !

S'inscrire