Le succès à long terme avec des stratégies gagnantes  - inscription gratuite !

Les meilleures stratégies Avec des stratégies adaptées, le poker devient très facile. Nos experts vous montrent comment y parvenir pas-à-pas. 

Des experts de talent Progressez avec des joueurs professionnels accomplis grâce à nos coachings live et sur

notre forum.

Argent réel gratuit
PokerStrategy.com est totalement gratuit. Et nous vous offrons en plus de l'argent réel gratuit.

Vous êtes déjà membre de PokerStrategy.com ? Connexion

Stratégie No-Limit (NL)

Shorthanded : les bases du jeu préflop

shorthanded_basics

Introduction

Dans cet article
  • Les avantages et inconvénients d'une open raising chart
  • Quand dévier des éventails indiqués
  • Quand sur-relancer vous-même, et comment jouer face à une sur-relance adverse
Dans cet article, vous allez acquérir des connaissances essentielles sur le jeu préflop aux tables 6-max. La dynamique du jeu shorthanded est fondamentalement différente de celle du jeu full ring. Notre objectif est de comprendre et appliquer ces différences du jeu préflop.

Avec l'aide de l'openraising chart et l'analyse des mains sélectionnées, vous allez apprendre comment adapter votre éventail, afin de réussir un passage au shorthanded profitable.

Pour finir, vous trouverez quelques principes de bases pour jouer dans les pots sur-relancés.

Pourquoi une openraising chart  (ORC) ?

Le débat général concernant le pour et le contre d'une chart de mains de départ a déjà été discuté suffisamment, et nous n'allons pas le relancer ici. Il s'agit plus de présenter une ORC pour le NL shorthanded, et d'en présenter les forces et faiblesses.

Une chart est toujours une aide pour débuter, qui vous permet de développer votre jeu. C'est pourquoi il s'agit avant tout d'un bon moyen d'aider des joueurs inexpérimentés à se lancer.

Plus vous accumulez d'expérience, plus vous devenez capable d'analyser chaque situation pour elle-même, et plus votre jeu se détachera de tels tableaux pour devenir votre propre jeu. Une table ne représentera jamais l'approche optimale, car au poker, les situations uniques sont bien plus importantes que les règles générales.

La chart a pour objectif de vous guider pour les premières mains, et vous donner un aperçu solide du type de mains jouables selon les positions. Pour commencer, je vous conseille de suivre les tables à la lettre, tout en gardant en tête que, plus vous allez acquérir d'expérience, plus vous allez vous retrouver dans des situations où l'approche ayant la meilleure EV ne sera pas l'approche recommandée par la chart.

L'ORC

Table standard pour le shorthanded
  UTG
MP
CO
BU
SB
Pocket paires 22+
22+
22+ 22+
22+
AX
AJo+
ATs+
AT+ A9o+
A6s+
A2+
ATo+
A6s+
Kx
KQ+
KJ+
K9+
K8o+
K7s+
K9+
Qx
- - Q9o+
Q9s+
Q8o+
Q7s+
Q9+
Jx
- - J9+
J8o+
J7s+
J9o+
J8s+
Connecteurs
- - 78o+
56s+
45+
67s+
One-gappers
- - T8s+ 79+
-
Table maximale Shorthanded
  UTG
MP
CO
BU
SB
Pocket paires 22+
 22+ 22+ 22+
22+
AX
AT+ A9+
A2+
A2+
A2+
Kx
KJ+
KJ+
K8o+
K7s+
K2+
K8o+
K7s+
Qx
- QJo+
QTs+
Q8o+
Q7s+
Q8o+
Q2s+
Q8o+
Q7s+
Jx
- - J8o+
J7s+
J8o+
J5s+
J8o+
J7s+
Connecteurs
56s+ 56s+
45+
45+
45+
One-gappers
- -
79+
79+
79+
Table minimale Shorthanded
  UTG
MP
CO
BU
SB
Pocket paires 66+
66+
22+ 22+
22+
AX
AQ+
AJs+
AJ+
A9o+
A7s+
A9o+
A2s+
AT+
Kx
-
KQ+
K9+
K9o+
K8s+
KT+
Qx
- -
QTo+
Q9s+
Q9o+
Q8s+
QT+
Jx
- - J9+
J8o+
J7s+
JT+
Connecteurs
- -
T9s+
45+
-
One-gappers
- -
T8s+
79+
-

La table au format PDF

Comment utiliser l'ORC

Il y a trois éventails différents. L'éventail normal, l'éventail loose, et l'éventail tight. Vous devez être en mesure de décider vous-même, en fonction de la situation, si vous préférez relancer de manière tight, loose ou standard.

En fonction de votre évaluation de la table, vous devez utiliser l'un ou l'autre des éventails d'openraise. Aux tables très loose, vous devriez jouer plutôt tight, et aux tables tights, vous pouvez faire des openraise plus loose. Pour le moment, nous ne donnons volontairement aucune indication sur le jeu à adopter après des limps ou des openraises.

Une fois que vous avez déterminé l'éventail que vous souhaitez utiliser, l'approche est simple. Vous relancez first-in toutes les mains listées, et couchez le reste. La taille de la relance devrait tourner aux alentours de 4 BB, et vous pouvez vous contenter de 3 BB depuis le button.

Quelques explications sur les éventails

Les éventails de l'ORC standard correspondent à une table normale. Vous y trouverez un bon mélange de mains pour la value et de mains "décéptives", qui vivent surtout de l'initiative et la position. Vous devez utiliser cet éventail lorsque :

  • vous ne pouvez pas évaluer vos adversaires avec précision
  • il n'y a aucune raison de relancer plus loose ou plus tight (par exemple, il ne reste que des adversaires normaux derrière vous).
  • Il y a autant d'arguments qui plaident en faveur d'une relance loose que d'une relance tight (par exemple, il reste un TAG très tight ainsi qu'un TAG/LAG très loose aux blinds).

Vous devriez en dévier lorsque :

Relance plus loose :

  • Vos adversaires sont très tight et se couchent beaucoup préflop et post-flop.
  • Vos adversaires sont très mauvais et vous gagnez beaucoup d'argent en les jouant post-flop. Mais ils sont également en mesure de se coucher.
  • Des raisons "court terme" (par exemple, vous avez joué très tight dans les mains précédentes, et avez donc une image très tight)

Relance plus tight :

  • Vos adversaires réagissent agressivement.
  • Des shortstacks looses sont assis aux blinds.
  • Des raisons "court terme", comme la perte d'image (vous venez de perdre un pot, de montrer un bluff, vous avez une image loose, ...)

Bien entendu, il s'agit là d'une liste non exhaustive des raisons possibles de déviation de l'éventail standard. Avec le temps, vous allez développer un instinct vous permettant de bien évaluer chaque situation. Vous devez adapter plus avant vos éventails lorsque vous vous retrouvez dans des situations particulières, comme par exemple :

Des blinds très mauvais et ayant le call facile :

  • Ici, rien ne sert de faire des steals avec n'importe quelle main poubelle. D'un autre côté, les mains offrant de la value sont plus fortes.

Joueurs faisant beaucoup de coldcalls avec des mains moyennement fortes :

  • Afin d'éviter la domination ici, il est judicieux de jouer plus de mains décéptives avec des outs de pairs intacts, plutôt que des mains pour la value douteuses.

Beaucoup de joueurs tights et raisonnable :

  • Dans ce cas, il est rentable de relancer les mains décéptives plus tôt.

Comme vous pouvez le voir, ces charts ne représentent pas une indication des éventails parfait dans chaque situation. Comme nous l'avons déjà évoqué, il s'agit plus de points de repères à même de vous aider.

Limpeurs

Pour cela, il n'y a pas de tables. Comme en Full Ring, les situations diffèrent trop les unes des autres pour pouvoir les traiter de manière concrète dans une table. Vous devez décider, en vous basant sur des critères comparables à ceux que vous utilisez pour le blindsteal, s'il est rentable de prendre la dead money supplémentaire ou non.

Il y a des joueurs face auxquels vous pouvez presque autant relancer que contre les blinds, et d'autres face auxquels cela ne serait absolument pas profitable. D'une manière générale, vous devez vous poser les questions suivantes (également valables en situations de blindsteal) :

  • Votre main est-elle plus forte que l'éventail du limpeur ?
  • Le limpeur se couchera-t-il face à une relance ?
  • Vous retrouverez-vous souvent heads-up face au limpeur (vous devez également prendre les blinds en compte ici) et est-il en mesure de se coucher post-flop ?
  • La taille effective des tapis est-elle suffisante pour développer un jeu post-flop ? Pourrez-vous faire un contibet ?

En vous basant sur les réponses à ces questions, vous devriez être en mesure de prendre une décision en faveur ou défaveur d'une relance.

Sur-relance

Avant de commencer, un point important : ne modifiez pas votre comportement de 3-bet de manière trop abrupte. En ce qui concerne les 3-bets, vous devriez vous habituer lentement à la nouvelle dynamique. Appliquez petit à petit les indications proposées ici. De cette manière, vous vous évitez des pertes liées au manque d'expérience.

Par ailleurs, une grosse partie de ce chapitre traite du jeu contre des joueurs réfléchis voire bons. Vous êtes sans doute déjà au courant que, contre de mauvais joueurs, il est inutile d'être attentif à la répartition de votre éventail dans une situation donnée. Nous estimons que c'est le cas et ne reviendrons donc pas là-dessus.

Pour les 3-bets non plus, la dynamique particulière du shorthanded fait qu'il n'est pas possible de rédiger une table concrète. Il est tout simplement trop important de déterminer si votre main se prête à une sur-relance dans la situation actuelle. En règle générale, vous devez différencier plusieurs objectifs que votre 3-bet est à même de poursuivre.

3 –Bet pour la value :

  • Vous avez la meilleure main et comptez sur un call ou un 4-bet de la part de mains moins fortes.

3-bet décéptif :
Vous n'avez pas la meilleure main, mais pensez pouvoir générer une espérance de gain positive en :

  • poussant la meilleure main à se coucher.
  • remportant de gros pot lorsque vous touchez.
  • élargissant votre éventail de 3-bet (est rentable uniquement dans le futur).

Afin de faire un 3-bet pour la value, il faut tout simplement que votre main soit en tête face à l'éventail avec lequel votre adversaire est susceptible de continuer à jouer. Avec QQ+ et AK, vous pouvez faire une sur-relance systématique (mais n'êtes pas obligé de le faire). Bien souvent, vous pouvez le faire également avec TT, JJ et AQ.

Par ailleurs, lorsque vous envisagez de faire un 3-bet pour la value, vous devriez savoir comment réagir à un 4-bet ou un call. Il est tout à fait possible de faire un 3-bet pour la value et de vous coucher en cas de 4-bet. C'est le cas lorsque vous pensez que votre adversaire suivra avec l'éventail que vous battez, mais sur-relancera avec un éventail face auquel vous ne pouvez pas vous mettre all-in profitablement.

Contre des adversaires suivant de manière loose, il est également possible de faire des 3-bets pour la value avec un éventail plus large. Vous devez déterminer cela par vous-même.

Tous les 3-bets qui n'entrent pas dans la catégorie 3-bets pour la value poursuivent plusieurs objectifs. Vous devenez ainsi moins facile à lire. Les joueurs réfléchis ont la tâche moins facile face à vous. Vos éventails ne sont pas aussi transparents. Cela permet souvent de gagner plus d'argent lorsque vous avez de très bonnes mains.

Éventails de 3-bet déceptifs    

Il nous faut maintenant définir un éventail de mains pour les 3-bets déceptifs. Les mains qui s'y prêtent sont des mains qui ne sont pas dominées en cas de call adverse, et qui ont un gros potentiel pour devenir une main avec laquelle vous êtes prêt à jouer votre tapis entier. Il peut, par exemple, s'agir de :

Connecteurs assortis

  • Tirages quinte et couleur, ainsi que certains tirages combos, qui ont également assez d'equity pour un all-in dans un pot sur-relancé.

Petites pockets

  • Sets

Dans une moindre mesure, les As "wheels" assortis sont également envisageables. Comme avec les connecteurs assortis, il y a ici une autre raison pour le 3-bet :

  • Vous possédez un des 4 As, ce qui rend AA, AK et AQ moins vraisemblable.

Une raison qui s'y oppose cependant :

  • Si votre adversaire à tout de même un As, vous êtes bien souvent dominé.

Les mains qui ne font pas partie de ces catégories s'y prêtent moins. Les mains avec lesquelles vous pourriez être dominé sont particulièrement problématiques. Comme dans un pot relancé, il peut également arriver, dans un pot sur-relancé, que vous ayez 3 outs et top paire, que vous ne pourrez bien souvent plus coucher en raison de la taille du pot (plus élevée du fait du 3-bet).

Vous avez maintenant une première impression de ce avec quoi vous pouvez faire des 3-bets hors value. Nous devons maintenant déterminer quand et contre qui ceux-ci sont justifiés. Les 3-bets déceptifs sont comparables aux semi-bluffs sur le flop. Les conditions pour leur profitabilité sont à peu près les mêmes. Une partie vient de la fold equity, l'autre des pots que vous remportez au showdown.

En règle générale, vous devez être attentif à ne pas faire trop de semi-bluffs préflop. Cela impliquerait une grosse perte de crédibilité, ce qui n'est pas votre objectif premier. Vous devez essayer de trouver un juste milieu entre vos 3-bets pour la value et vos semi-bluffs, vous deviendrez ainsi plus difficile à lire, tout en ne risquant pas d'être confronté trop souvent à des rebluffs.

Au début, vous devriez toujours faire des 3-bets pour la value. Il y a, certes, un certain nombre de situations particulières ou un call avec une main ayant de la value a une meilleure espérance de gains, mais il s'agit de théorie avancée, que nous ne traiterons donc pas dans le cadre de cet article.

Qu'un 3-bet déceptif soit justifié ou non dépend de bon nombre de facteurs. Voici une liste de certains d'entre eux avec leurs conséquences sur votre décision. Mais, encore une fois, la décision finale vous revient.

Les caractéristiques de vos adversaires impliquent les approches suivantes :

Votre adversaire se couche souvent face à un 3-bet :

  • Vous devriez faire plus souvent des 3-bet de semi-bluff.

Votre adversaire fait beaucoup de 4-bet :

  • Vous devriez moins faire de semi-bluffs, moins jouer en 3-bet/fold. En revanche, plus de 3-bet/broke.

Votre adversaire suit souvent les 3-bets :

  • Moins de semi-bluffs, et plus de 3-bet pour la value.

Votre image implique les approchent suivantes :

Image tight

  • Faites plus de semi-bluffs, car votre fold equity est plus élevée avec une image tight.

Image loose

  • Faites moins de semi-bluffs et plus de 3-bet pour la value, car vos adversaires se couchent moins.

L'éventail pour la value preflop oscille entre 3 et 4,5 %. Si vous faites à peu près autant de semi-bluffs que de 3-bets pour la value, alors c'est un bon compromis.

Particularités du jeu hors position

Jusqu'à présent, seules des considérations générales ont été présentées. Je tiens toutefois à évoquer la dynamique particulière du jeu OOP. Lorsque vous êtes hors position, vous devez prendre en compte le désavantage que vous procure votre position. La probabilité que Villain vous suive est nettement plus élevée que lorsque vous êtes en position.

C'est d'ailleurs logique, car votre adversaire aura la position sur vous sur le flop. Vous devriez toujours garder cela en tête lorsque vous faites un 3-bet hors position. Ici encore, vous devriez décider, dès le début, des tableaux sur lesquels vous comptez faire un contibet.

Par la même occasion, vous devez considérer la fold equity préflop. Si vous en arrivez à la conclusion que ni un bluff préflop, ni un bluff postflop ne seront assez souvent couronnés de succès, alors renoncez-y. Dans de telles situations, vous n'avez d'autre choix que de vous contenter de jouer pour la value.

En défense de blinds aussi, vous devez vous efforcer de trouver un juste milieu. Si vous vous contentez de sur-relancer pour la value, alors vous ne serez pas payé assez souvent. Si vous bluffez trop, face à des bons joueurs, vous vous retrouverez trop souvent dans des situations non profitables à long terme. Soit vous serez confrontés à de gros problèmes postflop, soit vous devrez trop souvent vous coucher préflop face à un 4-bet.

Comment jouer face aux 3-bets ?

Vous savez maintenant quel devrait être votre comportement de 3-bets. La question reste de savoir comment réagir face à des 3-bets adverses. Pour cela, vous devriez comme toujours déterminer les éventails face auxquels vous jouez, et décider en conséquence.

Afin de déterminer les éventails, vous devez vous servir des informations dont vous disposez. D'une part, des stats précises, qui ont une bonne pertinence statistique, si vous avez assez de données. D'autre part, vous pouvez vous servir de votre impression générale sur le joueur :

Quel éventail attendez-vous de la part de quelqu'un avec de telles caractéristiques ?

Une fois que vous avez déterminé un éventail approximatif, vous devez vous demander avec quelle partie de cet éventail il réagira à une action donnée de votre part. Pour ce faire, il est également important de prendre en compte l'éventail qu'il vous donne pour l'action que vous avez réalisée.

Bien entendu, vous ne pouvez pas déterminer son éventail de main avec précision, mais plutôt en terme de rapport entre mains de semi-bluffs (pockets, connecteurs, etc.) et mains pour la value (gros As, grosses pockets,).

Vous avez maintenant les trois options suivantes : raise, call ou fold.

Bien entendu, avec toutes les actions que vous entreprenez face à un 3-bet, vous devriez faire attention à ne pas polariser. Si vous faites des 4-bets avec des mains fortes, alors vous devriez également faire parfois des 4-bets de bluff (bien entendu, seulement si votre adversaire est capable de se coucher). Si vous suivez avec des mains moyennes, alors vous devriez également suivre avec des mains faibles ainsi que des monster.

4-Bets

Pour un 4-bet face à un 3-bet, les arguments sont à peu près les mêmes que pour le 3-bet lui-même. Soit vous avez une main forte, et faites un 4-bet avec l'intention de finir all-in, soit vous voulez pousser votre adversaire à se coucher.

Raisons pour un 4-bet avec une main forte :

  • Balancing de vos 4-bets de bluffs.
  • Vous considérez que votre adversaire est prêt à go broke avec bon nombre de mains avec lesquelles il a fait son 3-bet.
  • Éviter vos propres erreurs sur le flop.

Raisons pour un 4-bet de bluff :

  • Votre adversaire croit que vous avez un éventail de 4-bet fort, et se couchera donc souvent. Pour ce faire, il lui faut un éventail de 3-bet relativement loose.

Facteurs qui entrent en jeu ici :

  • Votre adversaire (est il loose dans ses all-ins ?)
  • Votre image, surtout préflop (beaucoup/peu de 3-/4-bets)

Les mains qui se prêtent à de tels bluffs sont : d'une part, les mains qui "bloquent" une partie des mains avec lesquelles votre adversaire se mettrait all-in (par exemple, Ax réduit les chances de AA de 50 %, et de AK de 25 %). Par ailleurs, il faut que vous puissiez être sûr de pouvoir vous permettre de vous coucher face à un all-in.

2,5 fois la taille du 3-bet est une taille de 4-bet qui a été validée par bon nombre de joueurs. C'est avec cette taille de relance que vous devriez commencer.

Call du 3-bet

Ce qui peut justifier un call d'un 3-bet avec une main forte, c'est l'espérance de pouvoir faire rentrer plus d'argent dans le pot post-flop que préflop. C'est parfois le cas lorsque vous pensez que votre fold equity préflop est trop élevée pour un 4-bet, mais savez de votre adversaire qu'il bluffe volontiers après le flop.

Par exemple, considérez la situation suivante :

Vous êtes UTG et relancez à 4 BB. Tout le monde se couche jusqu'au SB qui sur-relance à 14 BB, le BB se couche. Si vous faisiez un 4-bet ici, vous généreriez bien souvent une fold equity énorme. Si vous vous contentez de suivre, alors vous le gardez bien souvent dans le pot avec des mains qu'il aurait couché préflop. Et post-flop, hors position, il risque de perdre encore pas mal d'argent. Si vous avez une main pour la value ici, alors le call est généralement préférable au 4-bet.

Un call avec une moins bonne main peut être justifié par l'espérance de remporter le pot sans amélioration, ou de se faire payer en cas de hit. Dans la plupart de cas, un call est plutôt recommandable en position.

Les raisons qui plaident en faveur d'un tel call :

  • Votre adversaire bluff beaucoup, et n'a donc pas d'éventail fort.
  • Votre image fait que votre adversaire vous mettra sur une main forte, votre adversaire ne vous bluff pas trop souvent.
  • Vous connaissez bien cet adversaire de sorte que vous êtes en mesure d'évaluer, par exemple, son comportement de multi-barrel.

Les raisons qui s'y opposent :

  • Votre adversaire ne vous accorde que peu de crédit.
  • Votre adversaire bluffe beaucoup après le flop.
  • Votre adversaire est très attaché à l'abattage.
  • Votre adversaire fait peu de 3-bets, et a donc une main très forte.

Ce sujet n'a été qu'évoqué ici, et non pas traité en profondeur.

 

Commentaires (9)

#1 aureli, 16/04/10 19h39

Ca signifie quoi les termes de table "standard, maximal, minimal" dans l'intitulé des tableaux ?

#2 Piskou, 16/04/10 21h16

normal, tight (donc on joue plus loose) et loose (on joue plus tight) si je me souvient bien. mais tu peux trouver l'explication dans l'article sur l'open raise avancé FR ;)

#3 Bart2Mars, 17/04/10 06h52

@1 et 2: suffit de lire l'article et non pas seulement la table... Tut est expliqué ;)

#4 putsh, 03/05/10 16h15

Votre adversaire fait beaucoup de 4-bet :

Vous devriez moins faire de semi-bluffs, moins jouer en 3-bet/fold. En revanche, vous pouvez faire plus de 3-bet/fold.

il y aurai pas une erreur là?

#5 grgbpm, 30/03/11 19h54

le lien OPC est dead

#6 2Good2Fold, 13/01/12 17h17

Très bon article merci ;)

#7 Martel36, 22/04/12 22h45

les positions en SH c'est pas SB,BB,MP2,MP3,CO,BU ???

eu metre SB,BB,UTG,MP,CO,BU

#8 geomania, 03/05/12 14h29

@Martel36
Non même en SH il y a une position UTG, et un seul MP. Mais cela revient au même finalement ca n'est qu'une convention dés le départ pour mieux comprendre les articles. Le tout c'est de ne pas passer de l'un à l'autre. Les rédacteurs ont choisis ce format ce qui est plus clair car lorsque l'on parle de MP on est sur de savoir de quelle position il s'agit, pas besoin de préciser 1 ou 2 qui serait source d'erreur à mon avis.

#9 koubi4491, 05/05/16 08h16

Encore un très bon article. Beaucoup d'infos sont à assimiler, digérer. Merci