Le succès à long terme avec des stratégies gagnantes  - inscription gratuite !

Les meilleures stratégies Avec des stratégies adaptées, le poker devient très facile. Nos experts vous montrent comment y parvenir pas-à-pas. 

Des experts de talent Progressez avec des joueurs professionnels accomplis grâce à nos coachings live et sur

notre forum.

Argent réel gratuit
PokerStrategy.com est totalement gratuit. Et nous vous offrons en plus de l'argent réel gratuit.

Vous êtes déjà membre de PokerStrategy.com ? Connexion

Stratégie No-Limit (NL)

Après le flop - Vous avez relancé préflop

NL_flop_agressor
Vidéo : cliquez ici

Introduction

Dans cet article
  • Ne jouez jamais passivement les mains faites sur le flop
  • Faites des continuation bets uniquement si le flop s'y prête
  • Ne bluffez jamais plus de deux adversaires

Téléchargements

Lorsque vous avez une main forte avant le flop, et que le jeu de votre adversaire vous laisse pour le moment présumer que vous avez la meilleure main, alors vous relancez. Mais une bonne position et un nombre réduit d'adversaires peuvent également vous pousser à relancer avec une main moyennement forte, par exemple, lorsque vous essayez de voler les blinds.

La situation dont traite cet article est celle où vous avez relancé avant le flop et où un ou plusieurs adversaires suivent. S'il y a une relance derrière vous, alors la situation est toute autre. Le présent article va vous indiquer comment jouer sur le flop après avoir relancé avant le flop.

EXEMPLE 1
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes MP2
  • UTG1, UTG2, UTG3 et MP1 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • MP3 et CO se couchent
  • BU suit $1 
  • SB se couche
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(3): Vous, BB, BU - Pot: $3.10
 
EXEMPLE 2
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU et SB se couchent
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(2): Vous, BB - Pot: $2.10
 

Vous êtes ce qu'on appelle l'agresseur préflop, et votre approche est donc différente de si vous vous étiez contenté de suivre une relance préflop, ou s'il n'y avait pas eu de relance.

Dans cet article, vous apprendrez, ...

  • ... comment évaluer la force de votre main.
  • ... ce qu'est un continuation bet, et comment le jouer.
  • ... quelle influence ont les cartes communes et les adversaires.
  • ... comment jouer sur le flop, le turn, et la river.

Notez bien qu'un article unique ne suffit pas à couvrir ce thème très complexe. Voir le flop en tant qu'agresseur préflop est la situation de jeu que vous vivrez le plus fréquemment, en raison de votre jeu agressif. Bien jouer ces situations est la clef de voûte du jeu en No-Limit Hold'em.

Mettez donc un maximum à profit l'offre d'apprentissage de PokerStrategy.com, les contenus additionnels, les vidéos, les autres articles stratégiques et, bien sûr, le forum, afin d'accroître et d'asseoir votre connaissance. Sans cela, vous ne pourrez pas vous assurer une réussite à long terme aux limites plus élevées.

Quelle est la force de votre main ?

Votre premier regard sur le flop doit se tourner vers votre main, et la question "que valent mes cartes ?". AK est une main forte avant le flop, mais un mauvais flop peut lui faire perdre énormément de valeur.

Dans l'ensemble, on peut distinguer 5 catégories de mains possibles. Ces catégories ne sont pas rigides, certaines mains se trouvent à la frontière et peuvent basculer d'un côté ou de l'autre selon la situation.

Ces cinq catégories sont :

  • Mains sans valeur
  • Tirages faibles
  • Tirages forts
  • Mains faites moyennes
  • Mains faites fortes
Mains sans valeurs

Il s'agit des mains avec lesquelles vous avez complètement manqué le flop, par exemple, une petite paire sur un flop avec des cartes plus élevées, ou des cartes comme AK ou KQ qui n'ont rien touché sur le flop, et ne sont donc plus que des overcards.

EXEMPLE 3 - POUBELLE
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU et SB se couchent
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(2): Vous, BB - Pot: $2.10
 
EXEMPLE 4 - PETITE PAIRE
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU se couche
  • SB suit $0.9 
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(3): Vous, SB, BB - Pot: $3.00
 
Tirages faibles

Cette catégorie renferme toutes les mains qui ont un potentiel faible ou inexistant de remporter l'abattage, ou qui ont peu de possibilités d'amélioration. On y retrouve les tirage gutshot, les petites paires ainsi que les overcards avec tirages backdoor (un tirage, qui doit toucher une bonne carte sur le turn ET la river, au lieu de pouvoir toucher sur le turn OU la river, comme un tirage normal)

EXEMPLE 5 - GUTSHOT
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU et SB se couchent
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(2): Vous, BB - Pot: $2.10
 
EXEMPLE 6 - BOTTOM PAIRE
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU suit $1 
  • SB et BB se couchent
Sur le flop - Joueurs actifs(2): Vous, BU - Pot: $2.35
 
Tirages forts

Les tirages forts contiennent toutes les mains qui ne sont pas encore une main faite digne de ce nom, mais qui ont de bonnes chances de le devenir. Il s'agit des tirages couleurs, tirages quinte bilatéraux, mais également des tirages combos, comme les petites paires avec un tirage couleur ou un OESD, ou encore, un tirage couleur assorti d'un tirage quinte.

EXEMPLE 7 - TIRAGE COULEUR
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes MP2
  • UTG1, UTG2, UTG3 et MP1 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • MP3 se couche
  • CO suit $1 
  • BU se couche
  • SB suit $0.9 
  • BB se couche
Sur le flop - Joueurs actifs(3): Vous, SB, CO - Pot: $3.25
 
Mains faites moyennes

Ne vous laissez pas berner par le titre. Les mains faites moyennes sont, dans un pot relancé, les mains relativement fortes qui peuvent souvent remporter l'abattage. Il s'agit de toutes les paires fortes, que ce soit top paire avec un bon kicker ou encore overpair.

Elles sont fortes, mais pas invulnérables. Elles peuvent être rattrapées. Lorsque cela arrive, vous êtes alors souvent loin derrière, par exemple, si vous avez une overpair et qu'un tirage couleur se réalise.

EXEMPLE 8 - TOP PAIRE AVEC UN BON KICKER
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes MP2
  • UTG1, UTG2, UTG3 et MP1 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • MP3 se couche
  • CO suit $1 
  • BU se couche
  • SB suit $0.9 
  • BB se couche
Sur le flop - Joueurs actifs(3): Vous, SB, CO - Pot: $3.25
 
EXEMPLE 9 - OVERPAIR
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU suit $1 
  • SB et BB se couchent
Sur le flop - Joueurs actifs(2): Vous, BU - Pot: $2.35
 
Mains faites fortes

Cette catégorie est celle des monsters. Elle débute par double paire, et finit par la quinte flush royale, en passant par les quintes et les brelans. Bien sûr, la force véritable de votre main dépend des cartes communes et du nombre d'adversaires. Une main faite forte se distingue en ceci qu'elle est presque assurément la meilleure main, et qu'elle sera très difficile à rattraper.

Comment jouer sur le flop ?

Sur le flop, vous posez la pierre de fondation du restant de la main. Dans cet article, vous apprendrez...

  • ... ce qu'est un continuation bet.
  • ... quels flops et adversaires s'y prêtent.
  • ... de quelle taille doivent être vos mises.
  • ... que faire quand quelqu'un mise avant vous.
  • ... que faire quand votre continuation bet se fait relancer.
Qu'est-ce qu'un continuation bet ?

Un continuation bet est une mise qui "continue" l'agressivité montrée lors des tours précédents. Vous avez relancé avant le flop, le flop est distribué, et vous misez à nouveau. Il s'agit d'un continuation bet, ou contibet. Il s'inscrit dans la continuité de votre relance précédente.

Une mise peut avoir des motifs de base divers :

  • Vous souhaitez pousser tous les joueurs à se coucher, et ainsi remporter le pot directement.
  • Vous avez une main faite et souhaitez la protéger contre les tirages. C'est ce qu'on appelle la protection
  • Vous avez une main faite et souhaitez soutirer de l'argent de la part de mains adverses. C'est ce qu'on appelle la maximisation de la value.
EXEMPLE 10 - CONTIBET
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes MP2
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1 et Vous vous couchez
  • MP3 relance à $1
  • CO se couche
  • BU suit $1 
  • SB se couche
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(3): BB, MP3, BU - Pot: $3.10
  • BB checke
  • MP3 mise $2.35
EXEMPLE 11 - CONTIBET
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1 suit $0.25 
  • UTG2 et UTG3 se couchent
  • MP1 suit $0.25 
  • MP2, MP3 et vous vous couchez
  • BU relance à $1.5
  • SB et BB se couchent
  • UTG1 et MP1 suivent $1.25 
Sur le flop - Joueurs actifs(3): UTG1, MP1, BU - Pot: $4.85
  • UTG1 et MP1 checkent
  • BU mise $3

Vous connaissez sans doute déjà ce move, que ce soit par le biais de la pratique, des vidéos, ou de la télévision. Le continuation bet, après avoir relancé préflop, est un move standard.

Il peut s'agir d'un bluff, mais on le fait également avec une main faite. Cela signifie que vous ferez souvent des contibets, même lorsque vous n'avez rien touché. Bien sûr, tous les flops et adversaires ne s'y prêtent pas.

Si l'adversaire se couche rarement sur le flop, alors un contibet de bluff a un intérêt très limité. Si le flop est ainsi fait qu'il aide beaucoup de mains différentes, par exemple lorsque beaucoup de tirages sont possibles, alors vous pouvez également renoncer. Il y a de bons flops et de mauvais flops pour le continuation bet de bluff.

Quels flops se prêtent à un continuation bet ?

Règle No 1 : Si vous avez une bonne main faite, comme top paire ou mieux, alors vous faites toujours un continuation bet. Votre mission est : construire le pot et protéger votre main.

Règle No 2: Si vous avez un tirage fort, et êtes face à un adversaire, alors vous faites toujours un continuation bet. C'est une sorte de bluff que l'on nomme semi-bluff. Vous pouvez remporter la main en poussant l'adversaire hors du pot, mais également en améliorant éventuellement votre main lors du tour suivant.

Cela reste toutefois un bluff, qui n'est profitable que s'il fonctionne assez régulièrement en tant que tel. Vos chances d'amélioration ne justifient pas à elles seules la relance. Pour cela, la probabilité que vous remportiez la main n'est pas assez élevée, à moins que vous n'ayez un monsterdraw.

Contre beaucoup d'adversaires, qui ont du mal à abandonner leur main, les chances qu'ils se couchent sont assez réduites. Ce n'est que quand les éléments en présence laissent présumer un fold de tous les joueurs présents (bon flop + types d'adversaires adéquats) que vous pouvez faire un contibet de semi-bluff contre plusieurs adversaires.

Si ce n'est pas le cas, vous jouez votre tirage strictement selon les règles de cote et d'outs, que vous connaissez grâce à l'article cote et outs. Vous checkez, et si quelqu'un mise, vous calculez votre cote du pot pour voir la carte du turn.

Règle No 3 : Si vous avez un tirage faible, une main faite faible ou bien rien du tout, alors votre continuation bet est un bluff. Bluffer contre plusieurs adversaires, ou contre des adversaires qui abandonnent rarement leur main est une dépense inutile. En règle générale, un bluff avec une main faible ou sans valeur ne peut être envisagé que si vous avez deux adversaires au maximum.

Ce dernier des cas est celui qui vous arrivera le plus fréquemment. Vous avez relancé avant le flop, un ou deux adversaires suivent, et vous ne touchez rien de terrible sur le flop. La question est maintenant de savoir si un bluff vaut le coup. Cela dépend des cartes communes et de la façon de jouer de vos adversaires

En observant les cartes communes, vous devez répondre à deux questions :

  • Vos adversaires peuvent-ils croire que vous avez touché quelque chose ?
  • Vos adversaires ont-ils souvent touché quelque chose sur ce tableau ?

Tous les flops sur lesquels vous pouvez répondre oui à la première et non à la deuxième, sont des bons flops à continuation bet. Par exemple, les flops avec des cartes hautes comme Roi, Dame ou As, sont bons, car, en tant que relanceur préflop, vous avez souvent des cartes hautes. Vous êtes donc crédible si vous essayez de représenter une paire haute en misant.

EXEMPLES DE BONS FLOPS
Une carte haute    
  • Vous misez
Un As et une tête
  • Vous misez
Une paire
  • Vous misez

Comme vous pouvez le voir un bon flop est un flop qui aura aidé peu de mains. Il offre peu de possibilités de tirages et peu de chances d'être face à une main faite forte. Sur un bon flop, vous pouvez représenter une main forte, tandis que votre adversaire a rarement les cartes suffisantes pour aller chasser un bluff s'il vous met sur un bluff.

Sur le premier flop, un OESD avec 43 est le seul tirage fort possible. Il n'y a pas non plus grand nombre de mains faites fortes possibles. Les quelques combinaisons de double paire sont envisageables, 52, K2, K5 ne sont pas vraiment vraisemblables, dans la mesure où votre adversaire a suivi une relance avant le flop. Un brelan de 5 ou de deux, ou une top paire de rois sont les seules mains fortes que votre adversaire pourrait avoir touchées. Ce n'est pas beaucoup, et votre adversaire aura rarement une main avec laquelle il pourra jouer.

Le deuxième flop est du même type. Aucun tirage fort possible, et l'as et le roi vous permettent de représenter une bonne main de manière crédible. Pour votre adversaire, il est difficile d'avoir une bonne main faite, et les tirages ne sont pas possibles.

Cela vaut pour le troisième exemple également, à cela près qu'ici, vous ne pouvez pas représenter plus qu'une overpair. Votre adversaire vous croira donc moins souvent. D'un autre côté, un tel flop aura très rarement aidé qui que ce soit.

Que votre adversaire vous mette sur un bluff est une chose. Mais de là à avoir une main suffisante pour en tirer profit, en est une autre. La seule solution qui lui reste est de vous bluffer lui-même en relançant votre continuation bet. Les joueurs agressifs attaquent régulièrement sur un tel flop. C'est pourquoi, cela ne vaut pas la peine de faire un continuation bet si votre adversaire est agressif et sait faire des contre-bluffs sur de tels flops.

EXEMPLES DE MAUVAIS FLOPS
Très propice aux tirages
  • Vous checkez
Très propice aux tirages
  • Vous checkez
Très propice aux tirages
  • Vous checkez

Les trois exemples sont titrés : très propice aux tirages. Si c'est le cas, alors un contibet n'est envisageable que si vous avez un seul adversaire.

Dans le premier exemple, vous pouvez difficilement représenter une main forte. De plus, ce flop a livré une bonne raison de continuer à bon nombre de mains. 98, 87, 76, 65, 54, 43, 88, 77, 66, 55, 44 ainsi que les tirages couleurs ne se coucheront pas. Ce sont des mains avec lesquelles votre adversaire aura volontiers suivi une relance avant le flop. Une paire de neuf, une paire de dix, il y a encore plus de combinaisons possibles avec lesquelles votre adversaire ne se couchera pas.

Vous ne pouvez rien représenter, votre adversaire aura souvent quelque chose de jouable. Deux raisons qui font que ce flop ne se prête à un contibet que contre un seul adversaire adéquat.

Cela vaut également pour les autres exemples. Les flops aident beaucoup de mains. Votre adversaire pourrait d'ores et déjà avoir double paire ou une quinte. Il peut avoir touché un tirage quinte, un tirage couleur, ou une paire avec un gutshot. Bien sûr, il peut avoir manqué le flop, mais c'est assez souvent le cas contraire. Si vous voyez de telles cartes communes, alors vous pouvez, la plupart du temps, abandonner votre main et attendre une meilleure situation.

EXEMPLES DE FLOPS MOYENS
Carte haute avec tirage couleur  
  • Vous réflechissez...
Trois cartes hautes
  • Vous réflechissez ...
As avec couleur possible
  • Vous réflechissez ...

Bien souvent, le flop n'est pas idéal pour un continuation bet, mais pas non plus complètement inapproprié. Il nage entre deux eaux. Vous pouvez représenter une main forte, mais il est également assez probable que vos adversaires aient touché quelque chose.

Les trois exemples ci-dessus affichent de tels flops. Sur ces flops, il y a deux choses que vous ne devriez pas faire :

  • Faire un continuation bet à chaque fois.
  • Ne jamais faire de continuation bet.

Cela dépend des adversaires. Que pourraient-ils avoir touché ici. Parmi ces mains, lesquelles coucheront-ils ? Avec quelles cartes suivraient-ils une mise, et avec quelle facilité abandonneront-ils face à un continuation bet ? Ce sont des flops pour lesquels il n'y a pas de solution miracle. En cas de doute, mieux vaut renoncer à votre mise.

Quels adversaires se prêtent à un contibet ?

Il y a différents types d'adversaires, et chacun d'entre eux réagit différemment face à un continuation bet. Voici une catégorisation grossière de quatre types de joueurs :

  • Loose-passif

    Le joueur loose a du mal à abandonner sa main. C'est la raison pour laquelle ils ne se prêtent pas à un bluff. Le joueur loose passif se distingue par ailleurs par le fait qu'il est rarement agressif. Il mise ou relance rarement, mais suit en revanche souvent. Ne le bluffez pas, mais essayez plutôt de toucher une bonne main, et de lui extirper de la value une fois votre main touchée. Il suivra souvent avec des mains faibles.

  • Loose-aggressif

    Les joueurs loose agressifs ont également du mal à abandonner leur main. Ils bluffent plus souvent. Par exemple, sur le flop avec une paire, montré plus haut, ils attaqueront souvent. Contre ce type de joueurs, mieux vaut également renoncer à des bluffs trop fréquents. Vous lui soutirerez de l'argent plutôt en touchant une bonne main et en le faisant payer grassement. Vous devez lui abandonner un certain nombre de petits pots, mais pourrez en gagner des gros lorsque vous touchez une bonne main.

  • Tight-passif

    Les joueurs tight passifs sont les adversaires idéaux pour un contibet. Tight signifie qu'ils jouent peu de mains. Ils abandonnent vite, et ne sont agressifs que lorsqu'ils ont une main forte. Contre ces adversaires, vous pourrez faire des contibets très fréquents. Si ceux-ci échouent, alors vous savez au moins ce que votre main vaut : rien du tout.

  • Tight-aggressif

    Le style tight agressif est, en principe, également le vôtre. De tels joueurs jouent de bonnes mains et essayent d'éviter les situations marginales. C'est pourquoi on peut les bluffer. Vous êtes vous-mêmes bluffable, ce qui est positif. Si vous ne l'étiez pas, cela signifierait que quelque chose ne va pas. Les bons joueurs doivent être bluffables.

    Contre les TAGs, vous pouvez également attaquer bon nombre de flops, mais pas autant que contre les joueurs tight passifs. Cela vaut avant tout pour les joueurs qui jouent plusieurs tables en même temps. Si c'est le cas, les joueurs jouent plus souvent leur jeu standard, et abandonnent presque systématiquement lorsqu'ils n'ont rien touché.

On peut donc dire que, plus un adversaire est tight, et plus il est exigeant pour jouer une main, plus un continaution bet de bluff est intéressant. Les adversaires loose agressifs sont les moins adaptés à ce type de move. En particulier aux petites limites, où on trouve bon nombre de joueurs qui ne connaissent rien au poker, la devise est : ne bluffez jamais un joueur incapable de se coucher.

Évitez également de faire des contibets de bluff lorsque les adversaires n'ont plus qu'un petit tapis. Soit il s'agit d'un mauvais joueur, soit d'un joueur appliquant la stratégie du petit tapis, et tous deux se coucheront difficilement. Moins votre adversaire a d'argent, moins votre mise fonctionnera, car les joueurs avec un petit tapis se sentent souvent attachés au pot.

Vous devez également observer si les approches de votre adversaire changent avant et après le flop. Il y a des joueurs qui sont très appliqués dans leur jeu préflop, et deviennent complètement loose après le flop, auquel cas un contibet ne fonctionnera pas souvent. D'un autre côté, on rencontre également des joueurs très loose préflop, qui sont trop curieux pour se coucher, et veulent à tout prix voir le flop. Une fois le flop vu, ce genre de joueur se couche alors très aisément s'il n'a rien touché. Ce type d'adversaire est parfait pour vous, car il entre dans tellement de coups, qu'il aura rarement de bonne main sur le flop.

Comment vous décider ?

Vous avez maintenant toutes les informations nécessaires pour prendre votre décision. Vous devez cependant approcher différemment chaque information.

Pour commencer, les cas faciles : vous avez une main faite moyenne ou forte, top paire avec un bon kicker ou mieux. Dans ce cas, vous faites toujours un continuation bet. Le nombre et le type des adversaires importent peu. Votre main est souvent la meilleure et vous avez de bonnes chances de vous améliorer.

Avec un tirage fort, vous misez toujours si vous êtes face à un seul adversaire. Contre deux, vous misez assez souvent. Face à encore plus d'adversaires, cela dépend des cartes communes et du type d'adversaires. Il est profitable s'il est assez probable que tous vos adversaires se couchent face à une mise.

L'affaire devient plus difficile si vous avez un tirage faible, ou une petite paire, ou rien du tout. De telles mains ne justifient en elles-mêmes pas une mise, et le bluff doit donc fonctionner assez souvent pour être profitable. Vous devez donc observer attentivement le flop et vos adversaires :

  • Beaucoup d'adversaires - vous ne misez pas.
  • Flop très propice aux tirages - vous ne misez pas.
  • Adversaire loose, qui suit toutes les mises - vous ne misez pas.

Un bon joueur fait normalement entre 65% et 75% de Continuation bets. Si vous avez la position sur votre adversaire, vous ferez des continuation bets un peu plus souvent. En moyenne, un bon joueur renonce au contibet avec entre un quart et un tiers des mains qu'il a relancé préflop. Les 65% à 75% restants sont les bluffs purs, les semi-bluffs, et les mains avec lesquelles il a touché quelque chose.

Si vous n'avez plus qu'un adversaire, alors vous devriez presque toujours miser, si toutefois il ne s'agit pas d'un joueur très loose qui n'abandonne que rarement sur le flop. Contre deux adversaires, le flop doit s'y prêter. Les joueurs doivent également être propices à un contibet, et donc, en mesure de se coucher. Nous vous avons déjà montré comment le définir.

Afin de vous entraîner, observez les quatre exemples suivants et essayer de décider si vous feriez un contibet ou non.

EXEMPLE 12 - OVERPAIR
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au BB
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1 et MP2 se couchent
  • MP3 suit $0.25 
  • CO se couche
  • BU suit $0.25 
  • SB suit $0.15 
  • Vous relancez à $1.75
  • MP3, BU et SB suivent $1.50 
Sur le flop - Joueurs actifs(4): Vous, SB, MP3, BU - Pot: $7.00
  • SB checke

La solution n'est pas compliquée. Vous misez, évidemment. Votre main est forte, mais vous devez également la protéger. Vous essayez de soutirer de l'argent des moins bonnes mains, mais voulez également offrir un prix prohibitif à un tirage couleur pour voir la carte du turn. 

Si vous n'aviez pas eu de bonne main ici, vous auriez dû renoncer à un contibet. Trois adversaires sur un flop propice aux tirages présentent une bonne raison de ne pas investir d'argent avec des mains faibles ou moyennes.

EXEMPLE 13 - TIRAGE FORT
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au BB
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1 et MP2 se couchent
  • MP3 suit $0.25 
  • CO se couche
  • BU suit $0.25 
  • SB suit $0.15 
  • Vous relancez à $1.75
  • MP3, BU et SB suivent $1.50 
Sur le flop - Joueurs actifs(4): Vous, SB, MP3, BU - Pot: $7.00
  • SB checke

Vous n'avez, certes, pas de main forte, mais un tirage fort. D'une part, vous avez des chances de toucher une couleur, et d'autre part, deux overcards qui pourraient vous donner top paire top kicker. Même face à trois adversaires, vous devez miser ici.

EXEMPLE 14 - BLUFF CONTRE DEUX ADVERSAIRES
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes MP2
  • UTG1, UTG2, UTG3 et MP1 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • MP3 et CO se couchent
  • BU suit $1 
  • SB se couche
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(3): Vous, BB, BU - Pot: $3.10
  • BB checke

Cette situation est très limite. Si vous savez qu'un de vos adversaires est plutôt loose, alors vous devriez abandonner. Si vous ne le savez pas, ou savez que vos deux adversaires sont plutôt tights, vous pouvez miser. Le flop est assez bon, et vous avez encore quelques outs de top paire top kicker, avec votre As et votre Roi.

EXEMPLE 15 - PAS DE BLUFF CONTRE DEUX ADVERSAIRES
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes MP2
  • UTG1, UTG2, UTG3 et MP1 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • MP3 et CO se couchent
  • BU suit $1 
  • SB se couche
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(3): Vous, BB, BU - Pot: $3.10
  • BB checke
  • Vous checkez

Sur ce flop, mieux vaut abandonner. Si les adversaires ne sont pas extrêmemens tights, un contibet ne vaut pas le coup. Beaucoup de mains auront touché quelque chose, et vous aurez du mal à représenter quoi que ce soit. La probabilité que les deux joueurs abandonnent a considérablement baissé sur ce flop.

De quelle taille doivent être vos mises ?

Une fois que vous avez décidé de miser, reste la question de savoir combien vous misez.

En règle générale on peut dire que :

  • Plus le flop est mauvais, et plus il y a de tirages possibles, plus votre mise doit être élevée.
  • Plus vous avez d'adversaires, plus votre mise doit être élevée.

Votre mise doit toujours osciller entre la moitié du pot et le pot complet. La valeur standard étant 2/3 du pot. Contre deux adversaires avec des tirages possibles sur le flop, vous pouvez miser le pot complet, afin de protéger votre main au maximum (vous allez rarement bluffer dans cette situation).

Contre un adversaire sur un flop inoffensif, un contibet à la moitié du pot suffit. Dans ce cas, vous ne devez pas vraiment protéger votre main contre les tirages et, si vous bluffez, le bluff est moins coûteux et a donc moins souvent besoin de fonctionner pour être profitable.

EXEMPLE 16 - BLUFF
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU et SB se couchent
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(2): Vous, BB - Pot: $2.10
  • BB checke
  • Vous misez $1.25

Dans cette situation, une mise d'environ la moitié du pot suffit. Le flop est inoffensif (on parle également de flop sec), et, si vous aviez une main faite, vous ne devriez pas vraiment la protéger. Vous pouvez donc bien représenter l'as avec une petite mise. Votre bluff sera moins coûteux et aura donc moins souvent besoin de fonctionner.

Sans As ou, mettons, un sept, votre adversaire ne peut pas vraiment continuer à jouer. De plus, vous avez la position. Il est donc souvent forcé d'abandonner.

EXEMPLE 17 - OVERPAIR
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au BB
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1 et MP2 se couchent
  • MP3 suit $0.25 
  • CO se couche
  • BU suit $0.25 
  • SB suit $0.15 
  • Vous relancez à $1.75
  • MP3, BU et SB suivent $1.50 
Sur le flop - Joueurs actifs(4): Vous, SB, MP3, BU - Pot: $7.00
  • SB checke
  • Vous misez $6

Vous connaissez déjà cet exemple. Ici, c'est un continuation bet évident. Puisque votre main est vulnérable, que le flop offre un tirage fort et que vous avez trois adversaires, dont deux ont la position sur vous, votre mise doit être élevée. C'est pourquoi vous misez quasiment à hauteur du pot.

EXEMPLE 18 - BLUFF CONTRE DEUX ADVERSAIRES
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes MP2
  • UTG1, UTG2, UTG3 et MP1 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • MP3 et CO se couchent
  • BU suit $1 
  • SB se couche
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(3): Vous, BB, BU - Pot: $3.10
  • BB checke
  • Vous misez $2

Nous avons déjà expliqué en quoi ce contibet est assez limite. Vous pouvez tout à fait y renoncer. Mais si vous le faites, alors une mise standard aux deux tiers du pot est recommandable.

Que faire si un adversaire mise avant vous ?

Les choses ne se déroulent pas toujours aussi aisément que dans les situations présentées auparavant, où tout le monde checke sur le flop, et où vous pouvez tranquillement réfléchir si vous voulez faire un continuation bet ou non. Il arrive également régulièrement qu'un adversaire mise avant même que ce soit votre tour de parler. Puisque c'est vous qui avez l'initiative et à qui il "revient" de miser, on appelle une telle mise sans initiative un donkbet. Votre réaction dépend alors de la taille de la mise.

  • Vous avez un adversaire et il mise très peu par rapport au pot (souvent entre un et trois big blinds).

    Cette mise indique souvent une main allant de faible à moyenne. Si l'adversaire a un petit stack de moins de 2,5 fois le pot, alors un bluff ne vaut pas le coup. Il se sent souvent attaché au pot et n'abandonnera quasiment rien. Dans cette situation, vous ne jouez que les mains faites et les tirages forts, et relancez directement.

    Si votre adversaire a un stack moyen, alors vous pouvez tout à fait relancer avec une main plus faible. Pour ce faire, il est impératif qu'il ne soit pas trop loose, et vous devez être également certain qu'il ne fait pas ça afin de provoquer une relance. Chez un joueur tight-agressif, qui en principe ne fait pas de tel move, un petit donkbet pourrait bien être un piège. Prudence, donc.

  • Vous avez un adversaire et il mise assez haut.

    Dans ce cas, vous devriez jouer les mains faites (top paire top kicker et plus) et les tirages forts, en les relançant, et coucher le reste.

  • Vous avez plusieurs adversaires

    Contre plusieurs adversaires, les bluffs ne sont plus vraiment envisageables. En règle générale, vous relancez avec les mains faites fortes et les tirages forts. Avec les tirages faibles et les mains faites médiocres comme middle paire ou faible top paire, vous pouvez parfois suivre une petite mise. Si vous n'avez rien touché, vous vous couchez.

La situation devient plus compliquée lorsqu'un deuxième joueur relance avant votre tour de jeu. Dans ce cas, vous ne pouvez plus jouer que les mains faites fortes (double paire ou mieux), et les tirages combo forts, en particulier tirage couleur+OESD. Après une mise et une relance vous pouvez aussi vous séparer de top paire et même d'une overpair. Cela dépend bien sûr des adversaires et des cartes communes.

Le deuxième joueur fait preuve d'une grande force. S'il est très agressif, cela ne signifie pas forcément grand-chose. Est-ce que beaucoup de tirages sont possibles ? Peut-il avoir une moins bonne main que la vôtre qui lui semble justifier une relance ??

EXEMPLE 19 - PETITE MISE
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU et SB se couchent
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(2): Vous, BB - Pot: $2.10
  • BB mise $0.5
  • Vous relancez à $2

Ici vous pouvez relancer la mise flop sans souci. Le joueur au big blind indique une certaine faiblesse avec cette approche, et vous avez quelques occasions de retomber sur vos pieds, avec votre As et deux tirages backdoors.

EXEMPLE 20 - GROSSE MISE
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU et SB se couchent
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(2): Vous, BB - Pot: $2.10
  • BB mise $1.5
  • Vous vous couchez

La même situation, à cela près que, cette fois-ci, la mise adverse est plus élevée. Vous pouvez vous coucher. La mise élevée indique plus de force. Beaucoup de joueurs font un tel move avec une top paire faible, ou encore 88 ou A9 ici. Un bluff vous coûterait trop, et ne vaut pas le coup ici.

EXEMPLE 21 - PLUSIEURS ADVERSAIRES
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU se couche
  • SB suit $0.9 
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(3): Vous, SB, BB - Pot: $3.00
  • SB checke
  • BB mise $0.75
  • Vous vous couchez

Dans ce dernier exemple, l'adversaire au big blind fait certes une mise plus faible, mais le nombre d'adversaires est plus élevé. Un bluff contre deux adversaires a donc des chances réduites de succès, et serait de l'argent gâché.

Que faire quand quelqu'un relance ?

Une autre situation à laquelle vous serez confronté régulièrement : vous avez fait votre contibet, et un adversaire vous relance.

Bien sûr, vous devez maintenant abandonner toutes les mains sans valeurs, comme les petites et moyennes paires, et les tirages faibles. Avec des tirages combo forts, comme tirage couleur + OESD, Tirage couleur + paire, lorsque vous tirez vers la quinte/couleur max, vous pouvez continuer à jouer agressivement. Si vous avez plus de 12 outs intacts, alors vous pouvez vous mettre all-in suite à la relance.

Si vous avez un bon tirage isolé, comme tirage couleur, tirage quinte bilatéral, ou encore tirage double gutshot, alors vous pouvez éventuellement suivre la relance. Cela dépend de la taille de la relance. Cela nous ramène au sujet cote du pot et cote du pot implicite.

Dans l'ensemble on peut dire que vous pourrez remporter encore environ la moitié du pot du turn en cas de réalisation de votre tirage sur le turn. C'est pourquoi nous pouvons établir la règle grossière suivante : vous pouvez suivre la relance si vous ne devez pas payer plus des 3/4 du pot actuel (en incluant les mises et relances adverses).

Face à des adversaires passifs, dont les relances démontrent beaucoup de force, ou contre les adversaires très mauvais, vous pouvez partir du principe que vous remporterez encore plus d'argent lors des tours d'enchères suivants. C'est pourquoi vous pouvez également suivre une mise à hauteur du pot, contre ces joueurs (à condition que les tapis effectifs soient assez profonds pour vous garantir cette cote implicite).

Si vous avez une main faites à partir de top paire, alors vous devez observer le flop. Si celui-ci offre bon nombre de tirages, quintes ou couleurs, alors vous devriez relancer immédiatement avec vos très bonnes mains. Sur le flop sans danger, vous pouvez également vous contenter de suivre avant de garder l'adversaire dans le pot s'il bluffe ou a une main faible.

Avec des mains plus faibles, comme top paire avec un kicker faible, vous pouvez, en général, vous coucher face à une relance, à moins que l'adversaire ne soit, de manière générale, très agressif.

EXEMPLE 22 - OVERPAIR (AA)
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes UTG1
  • Vous relancez à $1
  • UTG2, UTG3 et MP1 se couchent
  • MP2 suit $1 
  • MP3 et CO se couchent
  • BU suit $1 
  • SB et BB se couchent
Sur le flop - Joueurs actifs(3): Vous, MP2, BU - Pot: $3.35
  • Vous misez $2.5
  • MP2 se couche
  • BU relance à $7.5

Voici une situation pas facile. Le flop offre plusieurs possibilités de tirages, et votre adversaire pourrait bien avoir top paire de Rois. C'est pourquoi vous relancez de préférence. La relance serait si élevée qu'elle vous attacherait de toute façon au pot, vous pouvez donc vous mettre all-in immédiatement.

EXEMPLE 23 - TIRAGE COMBO FORT
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU suit $1 
  • SB se couche
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(3): Vous, BB, BU - Pot: $3.10
  • BB checke
  • Vous misez $2.5
  • BU relance à $8
  • BB se couche

Vous avez un tirage couleur et un OESD, soit 15 outs d'amélioration vers une main qui sera très probablement la meilleure. Face à la relance, vous devriez vous mettre immédiatement all-in. Même si le joueur au button était un joueur qui ne se couche jamais dans ce genre de situation, votre all-in serait justifié, et profitable, car votre tirage est vraiment excellent.

EXEMPLE 24 - TOP PAIRE AVEC BEAUCOUP D'ACTION
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU suit $1 
  • SB se couche
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(3): Vous, BB, BU - Pot: $3.10
  • BB checke
  • Vous misez $2.75
  • BU relance à $8
  • BB et Vous vous couchez

La situation est bien différente ici. Vous avez certes top paire avec un très bon kicker, mais sur ce flop, il y a bon nombre de mains envisageables face auxquelles vous êtes déjà battu - double paire, brelan, quinte voire même couleur. Peut-être même AT avec l'A de trèfle.

Même si vous aviez la meilleure main, l'adversaire aurait un grand nombre de possibilités de vous rattraper, de sorte que vous ne pouvez pas continuer à jouer cette main. Peut-être vous souvenez-vous de l'adage : des gros pots pour de grosses mains, et des petits pots pour des petites mains. Votre main est trop faible pour disputer un gros pot. Continuer ne serait pas profitable.

Comment jouer sur le turn ?

Sur le turn, il convient de réévaluer votre main. Est-elle toujours forte ? Peut-elle s'améliorer, et, le cas échéant, est-elle toujours sans valeur ? Le turn a-t-il réalisé un tirage que l'adversaire pourrait avoir ?

  • Avec des mains faites fortes, vous continuez à jouer agressivement.
  • Si vous avez tenté un bluff sur le flop, vous abandonnez sur le turn.
  • Si vous aviez un tirage fort, vous pouvez continuer à jouer agressivement face à un adversaire, mais devez devenir passif face à plusieurs.
  • Vous misez avec des paires fortes, mais en cas de cartes communes inoffensives, vous pouvez également checker et suivre une mise.
  • Si un tirage possible s'est réalisé, vous devez être prudent. Avec de bonnes mains faites sans grand potentiel d'amélioration, il est préférable de miser et d'abandonner face à une relance.
  • Si un adversaire mise avant vous, alors ne relancez qu'avec des mains vraiment fortes, et ne bluffez pas.
Continuer à jouer agressivement avec des mains faites fortes

Si votre main est toujours forte, double paire ou mieux, alors vous continuez à jouer agressivement. Si un tirage vers une meilleure main s'est réalisé, alors vous devez réfléchir si vous préférez miser et vous coucher face à une relance, ou checker, et suivre une mise.

EXEMPLE 25 - BRELAN
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes MP2
  • UTG1, UTG2, UTG3 et MP1 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • MP3 et CO se couchent
  • BU suit $1 
  • SB se couche
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(3): Vous, BB, BU - Pot: $3.10
  • BB checke
  • Vous misez $2.5
  • BU et BB suivent $2.5 
Sur le turn - Joueurs actifs(3): Vous, BB, BU - Pot: $10.60
  • BB checke
  • Vous misez $8.5

Sur le turn, vous avez toujours la meilleure main possible. Il y a des dangers de tirages couleurs et quinte. Vous devez continuer à protéger votre brelan face à eux, et voulez par ailleurs amener de l'argent dans le pot. C'est pourquoi vous misez.

EXEMPLE 26 - UNE COULEUR SE RÉALISE
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes MP2
  • UTG1, UTG2, UTG3 et MP1 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • MP3 et CO se couchent
  • BU suit $1 
  • SB se couche
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(3): Vous, BB, BU - Pot: $3.10
  • BB checke
  • Vous misez $2.5
  • BU et BB suivent $2.5 
Sur le turn - Joueurs actifs(3): Vous, BB, BU - Pot: $10.60
  • BB checke
  • Vous misez $8.5

Un tirage couleur et un tirage quinte se réalisent, mais vous avez vous-même encore quelques chances de l'emporter si Villain a vraiment un de ces mains. En effet, vous pouvez toucher un full sur la river. Mais les adversaires n'auront pas forcément une couleur faite, par contre, l'un deux a souvent au moins un cœur, et donc un tirage.

Vous pouvez donc être en tête, mais devez protéger votre main, et, si vous êtes battu, vous avez encore 10 outs vers un full ou un carré.

Une excellente combinaison entre une main faite forte et un tirage fort, que vous ne pouvez pas jouer passivement ici ! En effet, il y a bon nombre de moins bonnes mains qui suivront une mise, et vous pouvez également l'emporter même si vous êtes déjà battu.

Ne bluffez plus sur le turn

Si vous avez bluffé sur le flop, vous devriez abandonner sur le turn. Avec des tirages faibles ou des mains sans valeurs, continuer à jouer ne vaut pas le coup. Un bluff coûte cher et fonctionne trop rarement.

EXEMPLE 27 - BLUFF MANQUÉ
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU suit $1 
  • SB et BB se couchent
Sur le flop - Joueurs actifs(2): Vous, BU - Pot: $2.35
  • Vous misez $1.4
  • BU suit $1.4 
Sur le turn - Joueurs actifs(2): Vous, BU - Pot: $5.15
  • Vous checkez

Sur le flop, vous avez bluffé. Cela n'a pas marché. Votre main ne s'est pas améliorée sur le turn et vous abandonnez donc. Miser encore une fois fonctionnera certes parfois, mais cela fait également gonfler le pot avec un bluff. C'est une approche que vous devriez éviter de vous approprier.

Jouez les tirages forts passivement

Si vous avez un tirage fort contre plusieurs adversaires, alors vous ne pouvez pas jouer agressivement de manière profitable. Vous checkez, et regardez si quelqu'un mise. Si c'est le cas, alors vous devez calculer votre cote du pot et observer lequel d'un call ou d'un fold sont préférables.

Contre un seul adversaire, une mise peut parfois être profitable. Mais cela est seulement vrai s'il y a de bonnes chances que l'adversaire se couche. Si ce n'est pas le cas, alors vous devez jouer un tirage également passivement et abandonner si la cote ne se prête pas à un call..

Même si votre main a belle allure, il ne reste qu'une carte commune à venir, et la probabilité de toucher votre tirage s'est donc fortement réduite.

EXEMPLE 28 - TIRAGE FORT CONTRE UN ADVERSAIRE
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU suit $1 
  • SB et BB se couchent
Sur le flop - Joueurs actifs(2): Vous, BU - Pot: $2.35
  • Vous misez $1.4
  • BU suit $1.4 
Sur le turn - Joueurs actifs(2): Vous, BU - Pot: $5.15
  • Vous misez $3.25

Sur le flop, vous avez bluffé. Le turn vous aide sous forme d'un tirage couleur. Puisque les cartes communes ne permettent par ailleurs pas vraiment de main forte, vous pouvez encore une fois bluffer sur le turn.

Top paires et overpairs

Avec les paires, vous avez deux possibilités :

  • Vous misez et vous couchez en cas de relance.

    Sur le flop, une relance peut également signifier un bluff ou un tirage. Sur le turn, en revanche, une relance sera presque toujours une main très forte, en particulier aux petites limites . Les joueurs extrêmement looses agressifs (les maniacs) sont une exception à cette règle. Ils sont si agressifs qu'ils sont en mesure de relancer le turn avec de moins bonnes mains faites, des tirages ou même des purs bluffs. Contre de tels joueurs, une overpair ou une top paire sont toujours jouables, si toutefois les tirages forts ne se sont pas réalisés.

  • Vous checkez

    Si vous avez la position sur vos adversaires, et s'ils checkent, alors vous pouvez checker. Vous faites un check behind. Vous suivez ensuite éventuellement une mise sur la river, en fonction de la carte distribuée. Si vous êtes hors position, vous checkez et suivez une mise. Sur la river, vous devez à nouveau prendre une décision.

EXEMPLE 29 - VOUS MISEZ
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU suit $1 
  • SB se couche
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(3): Vous, BB, BU - Pot: $3.10
  • BB checke
  • Vous misez $2.5
  • BU suit $2.5 
  • BB se couche
Sur le turn - Joueurs actifs(2): Vous, BU - Pot: $8.10
  • Vous misez $6

Miser est surtout justifié lorsque vos adversaires ont la position sur vous, ou lorsque vous ne souhaitez pas offrir de carte gratuite. Dans cet exemple, le tirage couleur s'est certes réalisé, mais l'adversaire ne va pas automatiquement l'avoir. En revanche, chaque cœur a maintenant un tirage couleur.

Vous devez donc miser pour protéger votre main contre cet éventuel tirage. Si votre adversaire relance, alors vous pouvez partir du principe que vous êtes battu, et vous coucher. Vous joueriez de la même façon si la couleur n'était pas arrivée, mais que le turn avait été, mettons, un dix de trèfle. Si votre adversaire relance, alors vous avez également un fold.

EXEMPLE 30 - VOUS MISEZ PUIS VOUS COUCHEZ
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes MP2
  • UTG1, UTG2, UTG3 et MP1 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • MP3 et CO se couchent
  • BU suit $1 
  • SB se couche
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(3): Vous, BB, BU - Pot: $3.10
  • BB checke
  • Vous misez $2.5
  • BU suit $2.5 
  • BB se couche
Sur le turn - Joueurs actifs(2): Vous, BU - Pot: $8.10
  • Vous misez $6.5
  • BU relance à $15
  • Vous vous couchez

La meilleure approche avec cette carte du turn est de miser et de se coucher face à une relance. L'adversaire relancera rarement avec une moins bonne main que la vôtre. Vous ne pouvez pas checker, car même une main comme 22 a 14 outs contre votre paire de valets.

Si votre adversaire se contente de suivre la mise, alors soit vous abandonnez directement sur la river, ou vous faites une petite mise et vous couchez face à une relance.

EXEMPLE 31 - VOUS CHECKEZ
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU suit $1 
  • SB se couche
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(3): Vous, BB, BU - Pot: $3.10
  • BB checke
  • Vous misez $2.5
  • BU se couche
  • BB suit $2.5 
Sur le turn - Joueurs actifs(2): Vous, BB - Pot: $8.10
  • BB checke
  • Vous checkez

Cette approche est envisageable lorsqu'aucun tirage notoire n'est possible, et que vous avez la position. Dans cet exemple, les cartes communes permettent au mieux un tirage gutshot. Vous ne devez donc pas protéger votre main sur ce turn.

Si vous checkez, alors les possibilités sont les suivantes :

  • Si votre adversaire a une meilleure main, vous le payez moins grassement. Vous maintenez un petit pot.
  • Si votre adversaire a une moins bonne main, comme par exemple un gutshot, une moins bonne paire d'as ou une paire de huit, ou autre, alors il se coucherait souvent en cas de mise. En checkant, vous indiquez de la faiblesse, et il va souvent faire une mise sur la river, que ce soit un bluff, ou en pensant avoir la meilleure main. S'il ne mise pas, il suivra peut-être une mise de votre part, plus aisément que sur le turn.

Le cas est différent si le turn complète un tirage du flop. Si par exemple, le flop présentait deux cartes d'une même couleur, et que le turn amène une troisième carte de cette couleur, alors vous devez avoir une réflexion différente. Il est souvent possible que l'adversaire vous ait alors battu. Dans ce cas, avec des mains plutôt fortes, mais qui ont peu de chances d'amélioration, vous pouvez miser et vous coucher face à une relance. 

Avec des mains qui peuvent encore s'améliorer, comme une paire avec un tirage fort, vous pouvez : checker et suivre une mise, si vous n'avez pas la position. Ou bien checker en position, et suivre une mise sur la river.

Si votre adversaire mise sur le turn avant votre tour de jeu, alors vous devriez relancer avec des mains faites vraiment fortes (double paire ou mieux). Si un tirage vers une meilleure main vient de se réaliser, alors vous ne devriez éventuellement pas relancer, mais plutôt suivre. Exception faite de la situation où vous avez un brelan lorsqu'un tirage couleur ou quinte s'est réalisé.

Comment jouer sur la river ?

Sur la river, la question de la force de votre main se pose à nouveau. Votre premier regard doit encore une fois s'orienter sur les tirages éventuellement réalisés. Le cas échéant, vous devez vous demander s'il est vraisemblable que votre adversaire ait ce tirage. Si vous avez une main faite forte, comme double paire ou mieux, et si vous avez encore de fortes chances d'être en tête, alors vous devriez continuer à jouer agressivement.

Si vous avez une top paire ou overpair, avec lesquelles vous aviez misé sur le flop et le turn, alors vous devriez plutôt tendre à renoncer à une mise sur la river. Exception faite, bien entendu, des situations où vous êtes face à un joueur très loose ou mauvais en règle générale. C'est surtout intéressant lorsque le flop offrait des chances de tirages qui ne se sont réalisées ni sur le turn, ni sur la river, que vous avez misé flop et turn, et que votre adversaire est assez agressif pour bluffer avec un tirage raté.

Si un tirage vraisemblable se réalise et que l'adversaire a la position sur vous, alors il est préférable de miser et de vous coucher face à une relance. Vous gagnez ainsi peut-être encore un peu d'argent de la part des moins bonnes mains, avec lesquelles votre adversaire ne miserait pas. Contre des joueurs agressifs, vous pouvez également checker et suivre une mise. Si le jeu de votre adversaire indique fortement que vous êtes battu, alors vous devriez vous coucher.

En règle générale, les joueurs bluffent peu sur la river. En conséquence, si un tirage couleur se réalise sur la river, que vous misez, et que votre adversaire relance, alors vous pouvez être quasiment certain que vous êtes battu, et vous coucher la plupart du temps.

Avec double paire ou mieux, il est préférable de miser encore une fois, afin de permettre à votre adversaire de suivre avec une moins bonne main. Sur la river vous ne devriez plus autant miser que sur le flop et le turn, car vous ne devez plus protéger votre main. En règle générale, vous devriez miser aux alentours de la moitié du pot. Sur la river, vous devriez éviter de bluffer. Les riverbluffs fonctionnent rarement.

EXEMPLE 32 - BLUFF RATÉ
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU suit $1 
  • SB et BB se couchent
Sur le flop - Joueurs actifs(2): Vous, BU - Pot: $2.35
  • Vous misez $1.4
  • BU suit $1.4 
Sur le turn - Joueurs actifs(2): Vous, BU - Pot: $5.15
  • Vous misez $3.25
  • BU suit $3.25 
Sur la river - Joueurs actifs(2): Vous, BU - Pot: $11.65
  • Vous checkez

Comme nous l'avons déjà évoqué, vous devriez abandonner vos bluffs au plus tard sur la river. Dans cet exemple, vous avez pu tenter un nouveau bluff grâce au tirage couleur. Une fois que votre adversaire a de nouveau suivi, et que la river a amené un deux, inoffensif au possible, vous ne pouvez pas partir du principe qu'il abandonnera maintenant. Vous allez remporter le pot trop rarement avec un bluff.

EXEMPLE 33 - TOP PAIRE
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU suit $1 
  • SB se couche
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(3): Vous, BB, BU - Pot: $3.10
  • BB checke
  • Vous misez $2.5
  • BU suit $2.5 
  • BB se couche
Sur le turn - Joueurs actifs(2): Vous, BU - Pot: $8.10
  • Vous misez $6
  • BU suit $6 
Sur la river - Joueurs actifs(2): Vous, BU - Pot: $20.10
  • Vous checkez
  • BU mise $10
  • Vous vous couchez

La situation est assez limite. Vous pouvez également jouer la river avec une petite mise. Si votre adversaire relance, vous vous couchez. Ainsi, il suivra éventuellement avec de moins bonnes mains, vous maintenez le showdown à un prix raisonnable. S'il relance, un bluff est peu vraisemblable.

D'un autre côté, la probabilité d'un bluff est en soi déjà assez faible. Après tout, il a suivi sur le flop et le turn. S'il mise sur la river, alors il a souvent déjà quelque chose, et vous ne battez pas grand-chose. Dans la plupart des cas, un adversaire ne misera pas avec une moins bonne paire, et sera ravi de pouvoir prendre l'abattage gratuit.

S'il mise, il aura souvent une quinte, une couleur, un brelan ou un bluff. Vous pouvez donc checker, et vous coucher face à une mise, si celle-ci n'est pas minuscule.

EXEMPLE 34 - TOP PAIRE
Avant le flop - NL25 Blinds: $0.10/$0.25
Vous êtes au CO
  • UTG1, UTG2, UTG3, MP1, MP2 et MP3 se couchent
  • Vous relancez à $1
  • BU et SB se couchent
  • BB suit $0.75 
Sur le flop - Joueurs actifs(2): Vous, BB - Pot: $2.10
  • BB checke
  • Vous misez $1.4
  • BB suit $1.4 
Sur le turn - Joueurs actifs(2): Vous, BB - Pot: $4.90
  • BB et Vous checkez
Sur la river - Joueurs actifs(2): Vous, BB - Pot: $4.90
  • BB misez $3
  • Vous suivez $3 

Dans cet exemple, vous avez choisi une approche typique de contrôle du pot. Vous avez relancé avant le flop et touché une top paire avec un kicker moyen. Vous misez, votre adversaire suit.

Le turn ne change quasiment rien. Votre adversaire checke à nouveau et vous l'imitez. Bet flop, check behind turn, call river. Retenez bien cet enchaînement.

Dans cet exemple, vous ne devez pas nécessairement miser sur le turn, sauf contre de très mauvais adversaires. Autrement, vous ne faites que fuir les moins bonnes mains. Un neuf et peut-être un roi, continueront à jouer. Vous pouvez ignorer le tirage couleur, car il n'est apparu que sur le turn, et n'aide que peu de mains avec lesquelles votre adversaire aura suivi sur le flop.

Vous ne devez pas protéger, et pouvez ainsi inciter l'adversaire à miser sur la river avec une moins bonne main, tout en préservant un petit pot si vous êtes battu.

En résumé

Jouer la position, et avec une agressivité contrôlée est la clef du succés au No Limit Hold'em. C'est pourquoi la situation de jeu la plus importante est celle où vous avez relancé avant le flop et jouez post-flop en tant qu'agresseur préflop.

La question qui se pose alors toujours est de savoir si vous devez ou non faire un continuation bet. Cet article vous a livré les éléments de réponse de base. Misez toujours avec des mains faites fortes et des tirages forts. Votre mise doit osciller entre la moitié du pot et le pot complet

Sur le turn, vous abandonnez les bluffs. Vous misez encore avec les mains faites fortes. Avec les tirages, vous jouez passivement et vous vous pliez à la cote du pot, à moins que la situation vous soit favorable : un tirage fort contre un adversaire capable de se coucher. Avec une paire, hors position, vous devriez tendre à miser. En position, sur un tableau non propice aux tirages, vous pouvez également envisager un check.

Si vous avez opté pour cette ligne, vous devriez alors suivre une mise sur la river. Si, en revanche, vous avez misé sur le flop et le turn avec une paire, alors vous devriez vous contenter d'un check river, à moins que l'adversaire ne soit très mauvais.

S'il est assez probable que vous ayez la meilleure main sur la river, alors vous jouez agressivement sur la river. Vos mises doivent être en revanche un peu moins élevées. Vous pouvez vous contenter d'une mise aux alentours de la moitié du pot.

Le prochain article traite de la situation inverse, où vous avez simplement suivi une mise sur le flop.

Lire l'article : Après le flop - Un adversaire a relancé avant le flop

 

Commentaires (11)

#1 WyattM, 07/03/09 22h49

Article très complet et qui répond à beaucoup de questions, les exemples sont bien choisis en plus... 10/10 !

#2 Phil2, 09/03/11 15h50

Très intéressant comme article. Je vous remercie!

#3 Kalver101, 02/05/11 03h41

Sa fait 2 fois que je lis cet article et il est très complet! good job! :)

#4 Karaal59, 05/05/11 19h10

Article très intéressant , cependant j'ai une petite question : imaginons que je dispose de A2, si sur le flop il y a : 3,4,9 . Peut-on considérer cela comme un tirage gutshot ? ou un gutshot c'est simplement lorsqu'il manque une carte au milieu comme expliqué dans les articles précédents .

#5 platoune, 04/07/11 15h26

karaal, si tu compte tes outs, c'est a dire seulement les quatres 5, tu peut considerer que ce tirage est identique a un gutshot. de meme que:
hand: AJ
flop: KQ5

#6 2Good2Fold, 14/10/11 16h37

Merci pour cet article de qualité ;)

#7 burnedsyn, 23/03/12 19h31

encore un très bon article a lire et relire pour s'en imprégner merci pour tout ces articles de bonnes qualité

#8 rltiger21, 24/07/14 02h40

merci

#9 ethanol94, 25/12/14 17h11

Bon article ;-) En revanche la relance standard à 4 BB est t-elle toujours d'actualité en micro-limites ?

#10 ouiouidac, 26/09/15 17h03

Article complet argumenté d'exemples et très agréable à lire.
Merci !

#11 ospath, 30/10/15 11h38

Merci, super article à lire et à relire !