Le succès à long terme avec des stratégies gagnantes  - inscription gratuite !

Les meilleures stratégies Avec des stratégies adaptées, le poker devient très facile. Nos experts vous montrent comment y parvenir pas-à-pas. 

Des experts de talent Progressez avec des joueurs professionnels accomplis grâce à nos coachings live et sur

notre forum.

Argent réel gratuit
PokerStrategy.com est totalement gratuit. Et nous vous offrons en plus de l'argent réel gratuit.

Vous êtes déjà membre de PokerStrategy.com ? Connexion

Stratégie No-Limit (NL)

Comment jouer les midpairs/underpairs ?

Cet article est disponible quel que soit votre rang suite à cette promotion Parrainage sur PokerStrategy.com. midpairs

Introduction

Dans cet article
  • Quand aller à l'abattage avec votre main
  • Sur quels tableaux les bluffbets sont-ils préférables
  • Quand ne pas miser

Lorsque vous avez une pocket paire avant le flop, et n'avez pas la chance qu'il s'agisse d'une paire d'as, vous allez régulièrement vous retrouver dans la situation suivante : le flop amène des overcards, et vous n'avez plus qu'une middle paire ou underpair. La question est maintenant de savoir comment jouer cette main au mieux. Quelle est la force d'une telle middle paire ? Une underpair est-elle jouable post-flop ? Que devez-vous prendre en compte ?

Dans cet article, vous apprendrez comment jouer post-flop avec des middle pairs ou underpairs, afin de pouvoir éviter les erreurs.

Pour commencer, il est important de bien savoir quelle est la probabilité de vous retrouver avec une mid- ou underpair sur le flop. Pour ce faire, vous pouvez consulter le tableau suivant, afin de voir la probabilité de transformer votre pocket paire en middle paire :

Probabilité d'overcards :

 Votre main
22 33 44 55 66 77 88 99 TT JJ QQ KK
Overcards 88.25 88.22 87.96 87.12 85.39 82.43 77.92 71.53 62.94 51.82 37.84 20.67
Une Overcard 0.00 1.35 5.71 12.12 19.59 27.14 33.80 38.57 40.49 38.57 31.84 19.31
Paired Board 0.00
1.35
2.45
 3.31  3.92 4.27  4.41  4.29  3.92  3.31 2.45
1.35
Non-paired Board  0.00 0.00 3.27 8.82 15.67  22.86 29.39 34.29 36.57 35.27 29.39 17.96
Deux Overcards 0.00 19.31 31.84
38.57
40.49
38.57
33.80
27.14
19.59
12.12
5.71
1.35
Paired Board 0.00
1.35
2.45
 3.31  3.92 4.29
4.41
4.29
3.92
3.31
2.45
1.35
Non-paired Board 0.00
17.96 29.39
35.27
36.57
 34.29 29.39
22.86
15.67
8.82
3.27
0.00
Trois Overcards 88.25 67.57 50.41
36.42
25.31
16.71
10.33
5.82
2.86
1.12
0.29
0.02
Paired Board 16.16
 13.47 11.02
8.82
 6.86 5.14
 3.67  2.45  1.47  0.73  0.24 0.00
Non-paired Board  71.84 53.88 39.18
27.43
18.79
 11.43 6.53
3.27
1.31
0.33
0.00
0.00
Full House  0.24  0.22  0.20  0.18  0.16 0.14
 0.12  0.10  0.08  0.06  0.04 0.02
(Toutes les indications sont en %)

Dans ce tableau, vous pouvez bien voir dans combien de cas vous serez confronté à une, deux voire trois overcards, sans que votre main ne soit devenue un set ou un carré.

Soyez bien conscient du fait qu'en cas de calls préflop lorsque vous avez JJ, vous serez confronté à au moins une overcard dans plus de 50 % des cas. Cela peut vous aider à prendre votre décision avant le flop, si vous pensez qu'avec votre pocket paire, vous serez trop souvent confronté à de l'action post-flop, et ne saurez comment jouer une mid- ou underpair.

Dans cet article, il ne s'agit pas directement du jeu préflop avec des pocket paires, mais plutôt de la situation où vous voyez un flop et êtes confronté à des overcards.

Maintenant que vous pouvez à peu près évaluer la probabilité de vous retrouver avec une midpair ou underpair, vous devez prendre conscience des forces et faiblesse d'une telle main après le flop.

Les points forts des mid- et underpairs

Le bluffcatching

Dans une majorité des cas, votre adversaire n'aura pas touché le flop si sa main de départ n'était pas une pocket paire. De votre côté, vous n'avez certes pas de paire élevée, mais êtes en mesure de battre son A ou K-high à l'abattage. C'est à dire que si vous jouez contre un adversaire agressif, qui fera souvent des bluffs ou semi-bluffs, vous aurez souvent la possibilité de jouer votre main passivement pour essayer d'attraper un bluff avec votre pocket paire.

Avec une telle Midpair/Underpair, vous serez souvent dans une situation passive, où vous vous contentez de suivre, car vous ne battez qu'un bluff. Cette approche peut s'avérer surtout rentable contre les bluffeurs agressifs.

Continuation bets sur le Flop

Si vous étiez preflop avec une pocket paire en main, le premier à relancer, que vous aviez été suivi, et que le flop amenait une overcard, alors c'est en général le bon moment pour faire un continuation bet. Parfois, vous penserez peut-être que vous préférez faire des continuation bets pour la value et la protection avec vos mains très fortes et utiliser vos mains sans paires pour balancer vos continuation bets avec des mains faibles.

En conclure qu'une mid-pair a une certaine showdownvalue et que vous préféreriez voir l'abattage à moindre coût plutôt que de transformer votre main en bluff en faisant un continuation bet pourrait donc sembler tomber sous le sens.

Et contre un joueur passif, il pourrait s'agir d'une bonne approche, mais pensez bien que, lorsque vous faites un continuation bet sur le flop, vous ne souhaitez pas représenter une main trop bipolarisée. Si vous jouez contre un adversaire qui est en mesure de vous faire un float post-flop en position, et que vous avez une midpair qui ne craint pas trop d'autres overcards/scarecards, alors il est souvent préférable de faire un continuation bet. Celui-ci amène certains avantages :

Si une blank arrive sur le turn, et si vous jouez OOP, vous pouvez provoquer un float de votre adversaire et ainsi mettre à profit la force de votre main, le bluff catching. Même si votre adversaire décide de prendre le check behind sur le turn, ce n'est pas trop grave. Vous aurez ainsi pu contrôler le pot OOP, et avez le choix, sur la river, de faire un value bet thin, ou de jouer à nouveau en check/call (suivant la texture de la river) afin de pousser votre adversaire à faire un bluff ou un value bet incorrect avec une main plus faible.

Un tel continuation bet n'a pas seulement l'avantage de vous permettre de provoquer un float. Il vous permet également de jouer la main plus profitablement par la suite. Si votre adversaire a suivi votre continuation bet, et qu'une nouvelle overcard apparaît sur le turn, (mieux, une overcard absolue), alors vous pouvez utiliser cette scarecard pour faire un second barrel, puisque cette carte pourrait bien être une mauvaise nouvelle pour votre adversaire.

En faisant un tel 2nd barrel, vous représentez une meilleure main que celle que vous avez, et pouvez donc sans trop de problème vous coucher en cas de raise ou call turn/bet river. Cette ligne 2nd barrel/fold turn aidera votre jeu en général par la suite dans la mesure où contre des adversaires appropriés, vous n'aurez plus à avoir peur de go broke avec TPTK sur le turn, tout en générant de l'action lorsque vous avec des overpairs ou des sets.

Pour mieux comprendre ce concept, observons un premier exemple.

EXEMPLE 1:

0.50$/1.00$ No-Limit Hold’em (6 handed)

Stacks & Stats
Hero (MP) 100$
Villain (BU) 100$

Preflop: Hero is MP with 9, 9
UTG folds, Hero bets 4$, CO folds, BU calls 4$, 2folds.

Flop: (9.5$) Q, 5, 8 (2 players)
Hero bets 8$, BU calls 8$.

Turn 1: (25.5$) 5 (2 players)
Hero checks

Dans cette situation, vous pouvez contre un adversaire agressif jouer en float induce et jouer le turn en check/call. Ainsi, vous maintenez un petit pot et gardez la possibilité de remporter l'abattage. Contre des adversaires plus passifs, qui auront souvent un tirage quinte ou couleur, mieux vaut faire un 2nd barrel de protection.

Turn 2: (25.5$) A (2 players)
Hero bets 20$

Contrairement à l'exemple du dessus, cette carte du turn est tout sauf une blank. Vous avez relancé depuis MP, et aurez donc très souvent fait un continuation bet avec Ace high sur ce flop. C'est pourquoi votre adversaire devra souvent vous mettre sur une paire d'as. Vous avez donc un bon spot pour transformer votre midpair en bluff, et faire coucher des tirages, une Q, ou de meilleures pocket paires (JJ, TT). Vous pouvez vous coucher sans remords en cas de résistance adverse.

Si vous décidez maintenant de checker votre main sur la turn, vous aurez énormément de mal à évaluer la force de votre propre main, et vous offrirez ainsi à votre adversaire la possibilité d'extraire une value maximale de votre main. Si votre adversaire décide tout de même de suivre votre 2nd barrel, vous allez difficilement réussir à le bluffer hors de la main si il a Q ou A.

Les points faibles des mid- et underpairs

La force de votre main 

Parfois, il vous sera difficile de pouvoir évaluer correctement la force de votre main. Avec une midpair, vous ne pouvez pas savoir si ils ont une meilleure main après avoir suivi un continuation bet.

Ici, il est très important d'observer la tendance de jeu adverse ainsi que la texture du tableau. Certains joueurs suivent, par principe, toujours un continuation bet sur le flop avec un tirage ou une paire. D'autres joueurs sont plus weaks et couchent parfois un éventail de main assez large face à un continuation bet. En fonction de la texture du tableau, la force de votre midpair/underpair peut également fortement varier. Sur un tableau sec, vous serez plus souvent derrière l'éventail de call adverse que sur un tableau à tirages.

Si, par exemple, vous décidez de renoncer au continuation bet sur le flop, alors vous aurez également du mal à évaluer la force de votre main dans cette situation. Certains joueurs miseront 100 % de leur éventail sur le turn, d'autres non. Vous devez pourtant toujours craindre que votre adversaire vous ai déjà battu, et sache que vous ne pouvez pas, sans reads, suivre deux streets en étant battu dans une majorité des cas.

L'évaluation de la force de votre main est donc la grosse problématique que posent les midpair/underpairs. Sur ce point, bien entendu, une underpair est toujours plus faible qu'une midpair dans la même situation. Cependant, toujours partir du principe que votre underpair est battue serait une erreur.

La cote implicite inversée

En raison du problème que représente l'évaluation correcte de la force de votre main, vous êtes confronté à un autre gros inconvénient lorsque vous jouez avec des midpairs/underpairs. En règle générale, vous avez de la cote implicite inversée dans une grande majorité des cas lorsque vous jouez une ligne passive. Ce n'est qu'exceptionnellement, lorsque vous avez d'excellents reads sur votre adversaire et savez qu'il est très agressif et bluffe avec un éventail polarisé, que vous pouvez réduire le facteur de cote implicite inversée en cas de bluffinduce.

C'est pourquoi vous devriez absolument prendre cet aspect en compte et bien observer la stratégie adverse. Si vous trouvez un joueur résolvant le problème de l'évaluation des mains par une ligne passive de calling station, alors vous devriez prendre une note afin d'adapter votre éventail de main à ce joueur.

L'equity faible en cas de semi-bluff

Avec une midpair/underpair, vous n'allez quasiment jamais être en mesure de faire un semi-bluff rentable. En cas d'action suite à votre semi-bluff, vous ne serez jamais face à un éventail de main vous offrant une equity suffisante pour continuer à jouer profitablement.

Vous devriez donc bien garder en tête que vous ne semi-bluffez jamais post-flop avec ces mains, il s'agit toujours d'un bluff pur. C'est pourquoi les bluffs de all-in avec une midpair/underpair sont une grosse erreur. Vous devez générer une equity énorme pour compenser l'absence d'equity en cas de call. En règle général, vous ne générerez pas assez de fold equity pour compenser le fait d'être un "all-in outsider" à 15/85.

Les concepts essentiels pour le jeu avec les midpairs/underpairs

Que s'est-il passé auparavant ?

Afin d'atteindre un EV maximal post-flop, avec midpair/underpair, il est extrêmement important de garder en tête que votre ligne ne doit pas seulement être choisie en fonction de la texture du tableau et de votre adversaire. Une des questions essentielles est de savoir comment vous en êtes arrivé à avoir cette main. Il existe deux cas résolument différents :

  • Vous étiez l'agresseur préflop et avez été suivi. Sur le flop, vous avez l'initiative avec midpair/underpair.
  • Vous avez-vous même suivi ou limpé, et avez joué votre pocket paire pour la set value..

Selon que votre situation correspond à l'un ou l'autre schéma, les possibilités post-flop varient énormément. En dehors de votre position relative post-flop, l'analyse préalable de la situation est un aspect extrêmement important. Car, il faut bien se rappeler que, sur le flop, vous ne jouez pas que votre midpair/underpair, mais l'éventail complet que vous aurez dans cette situation. C'est pourquoi, en tant que relanceur UTG avec 55 sur un tableau AK2, vous pouvez bien plus aisément faire un continuation bet, afin, également, de balancer vos bonne main, et d'exploiter le crédit que vous donne votre action préflop et votre position.

Un autre cas : vous avez pocket 3 sur le board T52, et vous avez fait un coldcall pour la set value de l'openraise de MP. Même si votre adversaire décidait de faire un continuation bet ici, ce n'est ni un auto-fold, ni un auto-call, ni un auto-raise. Vous pouvez, en principe,  adopter chaque ligne. Il vous faut juste comprendre pourquoi.

En règle générale, votre adversaire n'a pas de monsterhand sur un tel tableau. Son continuation bet peut aller de A-high, K-high, à un set, en passant par une overpair ou top paire. Mais c'est précisément cet éventail très large qui confère sa faiblesse à votre underpair.

Il est quasiment impossible de vraiment évaluer la force de votre main. Vous serez encore souvent en tête, ce qui plaide en faveur d'un call. Mais vous devez prendre en compte la cote implicite inversée, et savoir que vous aurez du mal à suivre deux mises post-flop, dans la mesure où quasiment toutes les cartes susceptibles de tomber seront mauvaises pour votre pocket de 3.

Mais coucher votre main systématiquement contre un éventail aussi large peut également sembler un peu weak, car vous abandonnez ainsi une pot equity non négligeable, face à l'éventail de Villain. Il est également important de ne pas jouer votre main de manière trop ostensible. L'adversaire ne devrait pas être en mesure de toujours vous mettre sur un set en cas de relance de son CB, et sur une midpair en cas de simple call de votre part.

C'est pourquoi une relance peut également être judicieuse dans cette situation. Vous transformez certes votre main en pur bluff, et la privez de sa valeur à l'abattage, mais vous ne limitez ainsi pas votre éventail aux seuls sets dans ce spot.

En raison de cette différence dans les possibilités post-flop, vous devriez savoir, avant le flop, à peu près comment vous comptez continuer à jouer après le flop, et mettre votre adversaire sur un éventail de main. Car défendre vos blinds passivement avec une middle paire contre un steal en fin de parole, pourrait fort bien vous amener dans une situation fort marginale.

En cas d'approche très weak, où vous vous couchez face à un continuation bet, ces spots ne vont certes pas vous faire essuyer de trop grosses pertes, mais, dans cette situation, vous allez sans aucun doute abandonner de la value, si vous ne vous préoccupez pas de cette réflexion.

Le bluffinduce et la texture du tableau

Si vous décidez de ne pas abandonner votre midpair/underpair directement sur le flop face à l'agressivité adverse, alors vous devez garder plusieurs aspects importants en tête concernant votre approche.

  • 1. Un bluffinduce doit toujours se baser sur des reads sur votre adversaire. Faire un calldown juste car vous ne savez pas si vous pourriez encore avoir la meilleure main est souvent une mauvaise idée. Mais, si votre adversaire est très agressif et est en mesure de faire des bluffs sur 2-3 barrels, alors cette ligne peut-être justifiée.

  • 2. La texture du tableau a également son importance. Plus il y a d'overcards/scarecards à votre paire susceptibles d'apparaître, plus vous vous retrouvez dans une situation de cote implicite inversée. Vous offrez ainsi la possibilité à votre adversaire de toucher ses 3 ou 6 outs contre votre main, et de faire ensuite un value bet. De plus, vous désirez évidemment éviter de coucher trop souvent la meilleure main face à des scarecards, et ainsi, d'offrir de bons bluffing spots à votre adversaire.
  • 3. Votre position est également un aspect important lorsque vous optez pour du bluffinduce. En général, cette ligne est préférable lorsque vous êtes IP. Car, hors position, l'adversaire pourra souvent prendre le check behind si il a un tirage ou une main moyenne, afin de prendre une carte gratuite, ou de contrôler le pot. Le problème est, ensuite, que vous pouvez rarement faire un valubet hors position sur la river avec mid/underpair.

Si vous checkez à nouveau, alors il fera souvent un check behind avec les mains n'ayant qu'un peu de SD value et les mains moins bonnes que la vôtre, et misera les meilleures mains, et quelques bluffs. Vous êtes donc confronté au problème que vous tirez trop peu de value de la part des mauvaises mains et des bluffs, et en offrez trop à votre adversaire lorsque vous êtes behind.

Si vous jouez en position, alors l'adversaire a moins de possibilités post-flop, et devra donc souvent miser ses tirages sur le turn ou faire un second barrel avec ses mains Ace high. Si il ne touche pas sur la river, il sera alors souvent tenté de faire un 3rd barrel avec ses tirages et ses Ace-high (si c'est un joueur agressif), afin de vous faire lâcher des paires faibles. C'est précisément cela qui rend un bluffinduce profitable.

Si l'adversaire décide de checker, vous pouvez alors opter entre le check behind pour le contrôle du pot et le un value/protection bet. Pensez bien qu'en cas de check adverse sur la river, vous devez réfléchir attentivement à l'éventail adverse.

Bien souvent, un bet avec midpair/underpair est une erreur, car votre adversaire ne vous suivra qu'avec de meilleures mains, et couchera les moins bonnes, contre qui vous gagneriez de toute façon l'abattage. Un bluff, même s'il génère de la fold equity et est EV+, est donc souvent inférieur à un check behind.

Pour bien illustrer tout cela, voici quelques exemples concernant le bluffinduce avec midpair/underpair.

EXEMPLE 2 : OOP

0.50$/1.00$ No-Limit Hold’em (6 handed)

Stacks & Stats
Hero (BB) 100$
Villain (UTG) 100$

Preflop: Hero is BB with 8, 8
UTG bets 4$, 4 folds, Hero calls.

Flop: (8.5$) K, 5, 2 (2 players)
Hero checks, UTG bets 7$, Hero calls

Sur ce tableau sec, un joueur agressif fera presque toujours un continuation bet, afin de vous pousser à vous coucher. Vous avez certes beaucoup d'overcards, et pensez à transformer votre main en bluff, mais vous optez pour un call, afin d'essayer de voir l'abattage à moindres coûts.

Turn: (22.5$) K (2 players)
Hero checks, UTG checks.

River: (22.5$) T (2 players)
Hero checks, UTG checks

Sur la river, vous avez maintenant du mal à savoir comment jouer votre pocket paire. Une moins bonne main vous suivra-t-elle encore ? Peu probable, et vous décidez donc de checker. Mais si l'adversaire mise sur la river, votre situation est difficile, car vous avez un bluffcatcher, mais l'adversaire ne bluffera pas assez souvent pour qu'un call soit votre ligne standard.

EXEMPLE 3 : En position

0.50$/1.00$ No-Limit Hold’em (6 handed)

Stacks & Stats
Hero (Button) 100$
Villain (CO) 100$ (Regular bien agressif)

Preflop: Hero is BU with 7, 7
2 folds, CO bets 4$, Hero calls, 2 folds.

Flop: (9.5$) 8, 5, 3 (2 players)
CO bets 7$, Hero calls.

Turn: (23.5$) 2 (2 players)
CO bets 17$, Hero calls.

Vous suivez ce turnbet pour la simple raison que votre adversaire a un éventail très large comprenant overcards, tirages couleurs et gutshot, et que vous pensez que votre adversaire vous fera souvent un 2nd barrel.

River: (57.5$) K (2 players)
CO checks, Hero checks.

Dans ces deux exemples de mains, vous avez sans doute remarqué que vous n'avez pas été confronté à un riverbet. Cela est fait exprès, pour bien illustrer en quoi il est important d'avoir un read particulier, et ainsi qu'aucun exemple de main ne peut livrer de concept général valable sans prendre en compte l'historique et la dynamique de la table. 

Jouer le tableau    

Hormis de la ligne passive, vous pouvez également utiliser midpair/underpair postflop pour forcer l'adversaire à devoir avoir une bien meilleure main que la vôtre pour être vraiment actif. Un exemple :

EXEMPLE 4 :

0.50$/1.00$ No-Limit Hold’em (6 handed)

Stacks & Stats
Hero (BB) 100$
Villain (CO) 100$

Preflop: Hero is BB with 7, 7
2 folds, CO bets 4$, 2 folds, Hero calls.

Flop: (8.5$) K, T, 3 (2 players)
Hero bets 7$

Dans cette main, vous pouvez bien sûr jouer check/fold flop. Mais elle vous permet également de balancer votre éventail de donk. Car votre adversaire a maintenant au moins besoin d'une carte haute à trèfle pour être dans une situation favorable. Même avec une paire, il aura du mal à pouvoir être très actif dans cette main.

Ainsi, vous avez la possibilité de faire des donks de protection/value avec vos couleurs floppées, qui ne sont pas forcément très fortes, au lieu de toujours checker et observer ce qui se passe.

Protection vs. Showdownvalue

Vous allez voir ici que bon nombre de joueurs de poker ont un très gros leak, car ils ne savent pas reconnaître quand il vaut mieux protéger son underpair/midpair, et quand jouer pour la showdownvalue. Les exemples suivants devraient illustrer cette situation.

EXEMPLE 5:

0.50$/1.00$ No-Limit Hold’em (6 handed)

Stacks & Stats
Hero (CO) 100$
Villain (UTG) 100$

Preflop: Hero is CO with 7, 7
UTG bets 4$, 2 folds, Hero calls, 2 folds.

Flop: (9.5$) J, 5, 2 (2 players)
UTG bets 7$, Hero calls.

Turn: (23.5$) T (2 players)
UTG checks, Hero checks.

River: (23.5$) 8 (2 players)
UTG checks, Hero checks.

Ici, certains joueurs seront tentés de se dire qu'il s'agit d'une bonne situation pour faire un float. Mais que vous apporte un float ? Protection ? Balancing des éventails ?

Si vous misez sur le turn après que l'adversaire a checké, alors vous devez avoir conscience du fait que vous retirez à votre main quasiment l'intégralité de sa showdownvalue. La seule possibilité de remporter la main est donc d'éviter d'aller à l'abattage. Il faudra donc que votre adversaire se couche sur le turn ou la river.

Si vous checkez, en revanche, vous conserver la possibilité de remporter un petit/moyen pot à l'abattage, si votre adversaire a Ace high ou une paire faible. La protection n'est donc pas nécessaire dans cette situation.

De tels floats devraient être pratiqués avec des top paires (avec lesquelles vous avez encore assez de showdownvalue en cas de call adverse), les bluffs purs, et les semi-bluffs (qui n'ont pas de showdownvalue que vous risqueriez de leur retirer en misant).

EXEMPLE 6:

0.50$/1.00$ No-Limit Hold’em (6 handed)

Stacks & Stats
Hero (BU) 100$
Villain (MP) 100$

Preflop: Hero is BU with 8, 8
UTG folds, MP bets 4$, CO folds, Hero calls, 2 folds.

Flop: (9.5$) 3, T, 2 (2 players)
MP bets 7$, Hero calls.

Turn: (23.5$) 5 (2 players)
MP checks, Hero bets 15$

Sur un tableau propice aux tirages, vous pouvez opter pour un float avec une midpair/underpair, car votre mise n'ampute pas toute la showdownvalue de votre main, dans la mesure où votre adversaire pourrait jouer en check/call avec un tirage, et où beaucoup de cartes sur la river pourraient vous poser problème (ce qui plaide en faveur d'une mise de protection).

Vous trouverez une problématique comparable lorsque vous êtes vous-même l'agresseur flop et devez choisir, sur le turn, entre un 2nd barrel et un check. Un petit exemple pour illustrer cela :

EXEMPLE 7 :

0.50$/1.00$ No-Limit Hold’em (6 handed)

Stacks & Stats
Hero (CO) 100$
Villain (BB) 100$ - TAG

Preflop: Hero is BU with J, J
2 folds, Hero bets 4$, 2 folds, BB calls.

Flop: (8.5$) 3, 3, 2 (2 players)
BB checks, Hero bets 7$, BB calls.

Turn: (22.5$) K (2 players)
BB checks, Hero bets 15$, BB raises to 89$ (All-In)

Avec un second barrel, vous faites une surreprésentation de votre main, et ne pouvez donc pas vraiment rester dans la main en cas d'action adverse. En soit, un check behind avec votre paire est une bien meilleure option contre une majorité des mains de l'adversaire.

Votre main a de la showdownvalue et vous donnez à votre adversaire la possibilité de miser avec un tirage manqué ou de jouer en check/call une moins bonne main sur la river. Faire un 2nd barrel en position serait souvent une erreur.

Si vous jouez hors position, votre décision entre un second barrel et un check est plus limite. En règle générale, cependant, un check a une meilleure EV qu'un 2nd barrel, qui vous ferait jouer pour un trop gros pot compte tenu de la force absolue de votre main.

En résumé

Dans cet article, nous avons revu les avantages et inconvénients des midpairs/underpairs, et vous devriez en avoir retenu, en substance, les choses suivantes :

  • L'action préflop engendre différentes options profitables de jeu post-flop.
  • Midpairs/Underpairs ne se prêtent jamais à un semi-bluff.
  • Les bluffinduces dépendent fortement de vos adversaires, du tableau et de la position.
  • Vous ne devriez pas détruire trop négligemment votre showdownvalue par des bets incorrects.
 

Ce n'est qu'une partie de l'article...

Avec une inscription gratuite à PokerStrategy.com, vous recevez de l'argent de poker gratuit pour jouer au poker et vous accédez à des centaines d'articles de stratégie comme ceux là - ainsi qu'à des vidéos de poker, des sessions de coaching en live et des forums de stratégie. Inscrivez-vous dès maintenant gratuitement et commencez à jouer pour bénéficier de toutes nos offres !

S'inscrire

Commentaires (5)

#1 jbld, 26/08/09 13h39

Il y a une coquille à mon avis dans l'avant dernier paragraphe avant les exemples : "contrôle du pot et le un value/protection bet".

#2 arnakoeur, 13/04/10 16h59

Exemples 5 et 6 des erreurs sur les positions: villain est UTG dans le 5 sur flop, turn , river.
Dans le 6 sur la turn, villain est MP.:)

#3 grgbpm, 29/05/12 08h16

bon complément de l'article précédent. Dommage pour les fautes qui enlèvent de la crédibilité à des articles aussi pointu.

#4 Julien, 29/05/12 10h02

n'hésitez pas à signaler les fautes avec l'outil "Vous voyez une erreur ?" sur la droite de la page.
elles nous parviennent par mail et je passerai les corriger au fur et à mesure.

#5 grgbpm, 01/06/12 07h25

ok, j'ai ommis de le faire j'en ai relevé 4 ou 5