"J'ai toujours eu une vie équilibrée" - interview de Jeremy Ausmus

Nous avons interviewé le vainqueur des WSOPE Jeremy Ausmus concernant notamment son premier bracelet, la table finale du Main Event des WSOP ainsi que son style de vie équilibré.

"C'est agréable de se sentir respecté par ses pairs"

//d3ltpfxjzvda6e.cloudfront.net/2013/11/14/jeremy-ausmus-wins-wsope-plobracelet.jpgPokerStrategy.com : bonjour Jeremy et félicitations pour votre bracelet aux WSOPE. Vous avez échoué à de nombreuses reprises durant les deux dernières années, êtes-vous soulagé d'avoir enfin réussi à remporter votre premier bracelet ?

Jeremy Ausmus : oui, ce n'était pas vraiment une question d'argent puisqu'il s'agissait d'un tournoi annexe. Dans notre métier, le succès se mesure avec le nombre de bracelets remportés. Je ne sais pas si c'est une bonne chose, mais je suis dans tous les cas très heureux d'avoir finalement réussi à en remporter un.

PokerStrategy.com : posséder un bracelet vous permet de le porter fièrement mais également d'attirer d'éventuels sponsors. Quelle est la chose la plus importante pour vous ?

Jeremy Ausmus : c'est tout d'abord agréable de se sentir respecté par ses pairs. J'ai travaillé dur pendant de nombreuses années pour obtenir ces bons résultats et je pense que mes efforts sont en train de payer. J'étais déjà respecté dans la communauté mais ce bracelet m'appporte une légitimité supplémentaire.

PokerStrategy.com : beaucoup de joueurs pros seraient prêts à endurer un downswing si cela pouvait leur permettre de remporter un bracelet. Qu'en pensez-vous ?

Jeremy Ausmus : je pense que cela ne serait qu'un succès relatif. Le but de ce jeu n'est pas de perdre de l'argent. Si vous gagnez un bracelet par an durant 10 ans mais que vous perdez plus d'un million de dollars durant cette période, vous allez finir par avoir des problèmes. Il est toutefois possible d'accepter de perdre un peu d'argent pour décrocher son premier bracelet. J'imagine de toute façon que les bracelets suivants n'ont pas la même saveur.

"Aucun joueur ne connaît son ROI réel en tournois live"

//d3ltpfxjzvda6e.cloudfront.net/2013/11/14/jeremy-ausmus.jpgPokerStrategy.com : vous avez terminé à neuf reprises dans les places payées durant les WSOP 2012 en accédant notamment à la table finale du Main Event. En 2013, vous avez terminé à dix reprises dans les places payées et vous avez terminé votre série par une victoire dans les WSOPE. Comment faites-vous pour gérer ces séries de tournois ?

Jeremy Ausmus : je pense que je possède un jeu solide et que je suis capable de jouer de la même manière du début à la fin de la série. Le fait que je gagne ou que je perde plusieurs tournois de suite n'affecte pas mon jeu.

Mes bons résultats me permettent tout de même d'acquérir davantage de confiance. Avant la table finale du Main Event des WSOP 2012, j'avais déjà terminé à huit reprises dans les places payées des WSOP. J'étais donc en pleine confiance, sachant que j'étais tout près d'atteindre cette table finale ou même de la remporter.

Lorsque j'ai commencé à participer aux WSOPE à Paris, je venais de disputer beaucoup de tournois rebuys à Los Angeles sans succès. Je n'étais donc a priori pas dans les meilleures dispositions pour effectuer un bon résultat.

PokerStrategy.com : vous êtes à la base un joueur professionnel de cash game online. Pourquoi avez-vous commencé à jouer davantage de tournois live ?

Jeremy Ausmus : avant le Black Friday, je jouais pas mal de tournois et j'avais de bons résultats. Je commençais donc à prendre confiance dans mon jeu. Je suis à la base un joueur de cash game mais j'ai toujours disputé pour m'amuser les principaux tournois du dimanche et du mercredi. Je ne pensais pas que je pouvais gagner autant d'argent en tournois qu'en cash game, c'est pourquoi je ne voyageais pas beaucoup sur le circuit par le passé : je ne voulais pas abandonner mon taux horaire de gains en cash game.

Après le Black Friday, j'ai commencé à prendre part à des parties de cash game en live. Pour briser la monotonie, j'ai décidé de participer pour la première fois aux WSOP et j'ai au final joué quasiment 30 tournois. J'avais tout de même déjà réussi à terminer troisième dans un tournoi live à Los Angeles pour 190.000$, je savais donc déjà qu'il était possible de remporter beaucoup d'argent en tournois. Le problème principal est qu'aucun joueur ne connaît son ROI réel en tournois live puisqu'il n'est pas possible d'en jouer assez pour que ce chiffre soit fiable. J'essaie dorénavant de jouer à la fois en tournois et en cash game, mais les tournois me prennent environ 70% de mon temps à l'heure actuelle. Il y a 4 ans, ce pourcentage n'était que de 10% environ. Mes résultats réguliers en tournois live m'ont poussé à y consacrer de plus en plus de temps.

"La limite entre jouer avec confiance et mal jouer est plutôt mince"

//d3ltpfxjzvda6e.cloudfront.net/2013/11/14/512x.jpegPokerStrategy.com : de nombreux joueurs ayant atteint la table finale du Main Event des WSOP ont par la suite enchaîné les bons résultats. Cette expérience vous a-t-elle permis de vous améliorer ?

Jeremy Ausmus : très honnêtement, je ne pense pas. En général, les gains des finalistes du Main Event des WSOP leur permettent de voyager sur le circuit international, ce qui explique pourquoi nous les retrouvons davantage dans les premières places des tournois principaux. Les gens ont tendance à penser qu'une victoire permet de jouer mieux et avec plus de confiance. C'est peut-être le cas pour certains joueurs, mais pas pour moi.

La limite entre jouer avec confiance et mal jouer est plutôt mince. Je pense que les finalistes ont simplement davatange d'argent et participent à plus de tournois. La chance joue un rôle important dans ce jeu, certains joueurs peuvent donc gagner un tournoi même s'ils n'ont pas un niveau exceptionnel.

PokerStrategy.com : cela fait plus d'un an que vous avez disputé la table finale du Main Event des WSOP. Avec le recul, pensez-vous que cela soit une bonne chose de décaler le déroulement de la table finale de quatre mois ? Ou auriez-vous préféré jouer directement cette finale ?

Jeremy Ausmus : cette décision a eu des avantages et des inconvénients. J'ai eu la possibilité de pouvoir réaliser beaucoup d'interviews et d'autres choses amusantes et on a donc plus parlé de moi dans les médias. En même temps, chaque décision au poker doit pour moi être prise indépendamment de la décision précédente. Le fait que la table finale soit décalée ne m'a donc pas dérangé de ce point de vue.

En revanche, certains joueurs ont pu profiter de ces quatre mois pour améliorer leur jeu plus que moi. Ma compagne était enceinte et le bébé est arrivé plus tôt que prévu. J'ai donc joué un nombre de mains réduit durant cette période. Je ne me sentais pas rouillé au début de la table finale mais j'étais quand même à court de jeu, avec notamment deux périodes de quatre semaine sans jouer. Russell Thomas était quant à lui coaché de manière intense par huit joueurs pros, et Jesse par Vanessa Selbst (même si ces joueurs étaient tout de même très bons avant cette période).

Financièrement parlant, je pense qu'il aurait été préférable pour moi que la table finale se déroule dans la continuité du tournoi, mais les contrats de sponsoring font que le résultat aurait peut-être été au final le même.

"Il est difficile d'avoir une vie équilibrée lorsque l'on passe beaucoup de temps à voyager"

//d3ltpfxjzvda6e.cloudfront.net/2013/11/14/carousel-ausmus.jpgPokerStrategy.com : contrairement à d'autres joueurs pros, vous avez une vie très équilibrée et vous consacrez beaucoup de temps à votre famille. Avez-vous toujours fonctionné de cette manière ?

Jeremy Ausmus : oui, j'ai toujours eu une vie équilibrée sans avoir à me forcer. Lorsque j'ai emménagé à Las Vegas, je jouais la nuit car les tables étaient plus faciles, mais j'ai toujours réussi à garder le contrôle. Maintenant que j'ai des enfants, il est important pour moi d'avoir un planning structuré et des horaires plus classiques.

Cela peut-être amusant durant un certain temps de ne pas se fixer de contrainte, mais si vous avez des objectifs de carrière cela reste tout de même préférable, que vous ayez ou non des enfants. Si vous vous levez tôt et que vous faites du sport, vous vous sentirez mieux dans votre corps et votre qualité de vie en général s'améliorera.

PokerStrategy.com : est-il plus difficile pour vous de continuer à avoir un rythme de vie équilibré maintenant que vous passez beaucoup de temps à voyager ?

Jeremy Ausmus : oui c'est en effet très dur. Ma femme s'occupe de nos enfants et ne peut donc plus m'accompagner lorsque je voyage. Nos enfants ont 3 ans et 1 an, il n'est donc pas envisageable pour l'instant de voyager avec eux.

Je dois donc partir seul et laisser ma femme et mes enfants à la maison, ce qui ne réjouit personne. Je ne me considère pas comme un joueur de poker professionnel de tournois. Je regarde simplement le calendrier des principaux tournois internationaux et j'essaie de choisir ceux qui me paraissent les plus rentables pour moi. Je joue en général deux ou trois tournois en plus des World Series à Las Vegas.

PokerStrategy.com : merci beaucoup Jeremy, et continuez à montrer l'exemple pour les joueurs de poker professionnels.

Par Barry Carter l Suivre Barry Carter sur Twitter

Partager cette page

Commentaires (3)

plus récent en premier